1 contribution / 0 nouveau(x)
les “couto“s sans l'âme

LES “COUTO“ SANS L’AME

 

Décidément, à Madrid comme ailleurs, une annonce chasse l’autre.

Des six “Couto de fornilhos “ annoncés, ils n’en restaient que quatre valides, les deux autres étant victimes de leurs frères…furent appelés deux remplaçant, deux     Domecq.

Arles nous ayant fait le coup (sur six Miura, seulement quatre valides) remplacés par du Domecq. On se demande si ces ganaderias ne peuvent pas vendre deux exemplaires supplémentaires, à moins que les acheteurs soient les mêmes, un peu radins

 

Les trois mômes présents, malgré toutes leurs bonnes intentions n ‘ont pas pu faire grand-chose, oublions les deux Domecq, dont le dernier, un froussard de première réfugié aux planches, fut toréé par Sébastien Ritter qui passa sa faena assis sur son toro pour ne pas qu’il s’enfuie. Paulita lui, s’étant pris le premier invalide, coula avec son second.

 

Ce fut donc Morenito de Aranda qui prit le premier “couto“, un toro montrant des signes de faiblesse (et en réalité peu piqué) un toro fuyard, inintéressé, et inintéressant.

J’attendais le garçon, capable du meilleur, à condition que le toro passe, bien entendu.

 

Mais voilà, est-ce la douceur Sévillane ? Est-ce, la sélection ? Ce lot ? Un mélange raté d’éprouvettes ? Toujours est-il que le toro se baladait, allant de ci, de là, humer les uns ou humer les autres.

Morenito, le toréa sur le bord, le laissant s’échapper, comme on laisse filer une truite, après avoir bataillé pendant une heure avec un fil inadapté, et un hameçon trop petit.

La suite fut du même acabit et sans intérêt.

 

Les jeunes toreros n’ont qu’une occase de se faire voir, surtout à Madrid, et il est triste que ceux-ci n’aient à se mettre sous la dent que ces toros là.

J’attendrai pour revoir ce trio qui ne fut pas ridicule, même si sans doute, d’autres auraient pu tirer un peu plus de ce lot sans âme.

 

CHF