Nous reproduisons ci-après deux articles du quotidien Sud Ouest.

Celui du 7 février nous apprenait que les anticorridas avaient par leur pression réussi à faire déprogrammer un exposé sur l'élevage du taureau de combat, que le matador Richard Milian devait présenter aux élèves de troisième du collège Pierre Blanquie de Villeneuve de Marsan.

Celui de ce jour enregistre l'excellent réaction de l'UVTF qui rappelle une récente lettre du Ministre de l'Éducation nationale qui précise que « De l’école au lycée, le parcours d’éducation artistique et culturelle a pour ambition de favoriser l’égal accès de tous à l’art à travers l’acquisition d’une culture artistique personnelle [...] Dans ce cadre, la culture taurine pourra être abordée ». 

Nous, aficionados et parents d'élèves, avons à aider les enseignants de nos écoles, collèges et lycées à ouvrir, sans contrainte, l'abord de nous cultures, y compris taurines, à tous nos enfants et à empêcher qu'ils soient privés de rencontres aussi enrichissantes que celles de personnages de la trempe d'un Richard Milian.

 

Landes : les anticorridas font annuler la venue d’un ancien matador au collège
A LA UNE MONT-DE-MARSAN
Publié le .
Mis à jour  par Jean-Louis Hugon
.

 L'ancien torero Richard Milian devait intervenir sur la partie économique de la tauromachie. 
ARCHIVES PASCAL BATS

Directeur d’une école taurine, Richard Milian était invité vendredi pour donner une conférence aux élèves de troisième, à Villeneuve-de-Marsan, avant un voyage d’'étude en Espagne.

Richard Milian, ancien torero dans les années 1980 et 1990, devenu depuis directeur de l’école taurine Adour aficion, à Cauna, devait se rendre vendredi au collège Pierre-Blanquie à Villeneuve-de-Marsan pour parler aux classes de troisième. Dans l’optique d’un voyage scolaire à Valence, il devait intervenir pour leur exposer, sous l’angle économique, ce que représente l’élevage de toros bravos et comment fonctionne une école taurine comme la sienne.

Mais des membres de groupes anti-corridas, dont Sabine Landais, enquêtrice à la fondation Bardot et ancienne du Crac (Comité radicalement anticorrida), par leurs contacts sur les réseaux sociaux, ont expédié moult mails et coups de téléphone au standard du collège pour dénoncer cette invitation.

"C’est surtout en maman d’élève que je me suis exprimée, témoigne Sabine Landais, je ne pourrais pas supporter qu’un ancien torero vienne faire la promotion de la corrida en classe". Assurant que "plus de 380 personnes avaient partagé son message, même des parents d’élèves de Villeneuve-de-Marsan, mais sous couvert d’anonymat pour ne pas que leurs enfants soient stigmatisés", elle a aussi contacté le rectorat de l’académie de Bordeaux.

Après réflexion, la principale du collège, Cathy Dupouy, a décidé ce mercredi matin d’annuler la visite de Richard Milian au collège, "pour assurer la sérénité et la quiétude dans l’établissement", dit-elle.

"J’étais quand même loin d’imaginer que cela allait faire tout ce bruit et créer un tel remous !"

 

 

 
 

Intervention d’un torero dans un collège des Landes : l’UVTF réagit à l’annulation

 

 


 

 

Richard Milian, ancien torero, devait intervenir au collège Pierre-Blanquie, de Villeneuve-de-Marsan.

Les anticorridas ont avancé une circulaire du ministère de l’Éducation pour demander l’annulation de l’intervention d’un ancien torero dans une classe de troisième, au collège Pierre-Blanquie, à Villeneuve-de-Marsan, vendredi dernier.

L’Union des villes taurines de France (UVTF) répond par voie de communiqué en mettant en avant un courrier du ministre en date du 31 juillet 2017.

« De l’école au lycée, le parcours d’éducation artistique et culturelle a pour ambition de favoriser l’égal accès de tous à l’art à travers l’acquisition d’une culture artistique personnelle », cite l’UVTF. « Dans ce cadre, la culture taurine pourra être abordée ». La lettre du ministère précise qu’elle peut faire l’objet « d’enseignements, de projets spécifiques, d’actions éducatives, dans une complémentarité entre les temps scolaires, périscolaires et extrascolaires ».