1 contribution / 0 nouveau(x)
LES POUX

LES POUX

 

 

L’image a fait le tour de la planète taurine, l’illuminé qui a agressé Morante de la Puebla, et qui avait tenté de le faire à plusieurs reprises,  en sautant dans le callejon, sans que la police, pourtant présente, ne bouge le petit doigt, va peut-être rendre service à l’aficion.

 

Il a saisi le meilleur avocat qui soit et qui pose trois points simples, pourquoi n’est-on pas en sécurité dans les arènes, pourquoi ces gens peuvent-ils au nez et à la barbe de l’autorité, empêcher :

 Un : Quelqu’un de travailler ?

Deux : Le mettre en danger par l’agression ?

Trois : Pourquoi le public qui va aux arènes lui non plus n’est pas à l’abri de tous ces fanatiques. ?

 

Il rajoute, signe des temps : cela se pourrait-il au football ?

Si non, alors cela ne peut être non plus dans les arènes.

 

Le message envoyé par Sébastien Castella à l’ensemble des médias et des autorités sur la dangerosité de ces minorités qui se donnent aujourd’hui tous les droits, n’est qu’un relais de plus de l’exaspération des aficionados qui jusque là ne s’unissaient pas, mais vont finir par trouver des réponses à ces actes dangereux.

 

L’annonce provocatrice de ce pauvre Jean-Pierre, suivi de sa Anne (qui ne l’avaient pas vue venir), fait que nous allons revoir les énergumènes aux yeux rougis, bavant (littéralement) leur haine, au point que l’on se demande à quoi il tournent, sur le pont de notre cher Dax, mais pas en féria, trop dangereux pour eux, non, à l’automne pour toros y salsa, quand il y a moins de monde.

Nous aurons droit à “la corrida“ de Francis Cabrel, qui doit toucher un paquet de royalties grâce à eux, et puis aux insultes et provocations en tout genre.

Les élus verts seront là aussi, madame Labeille député Européen viendra se faire voir et la police fera son boulot.

 

Mais Aujourd’hui, nous les connaissons, nous savons leurs méthodes et leur capacité à nuire (et d’abord à eux mêmes) nous savons qu’ils ne sont qu’une petite poignée, minuscule et dans le nombre et dans l’esprit, nous savons comment ils se déplacent, y compris quand les meneurs se sauvent prendre le train, quand les manipulés attaquent les forces de police....

On connaît la méthode pour se rassembler, comment et ou.

Les autorités sont prévenues.

Les jugements cassés par des courts, ne doivent pas nous faire baisser les bras.

Les failles du système sont faites pour être bouchées.

 “Charlie“ est Français n’est-ce pas ?

Il a défilé à leur côté, eux qui bêlaient qu’il fallait laisser ce pays libre. (sic) et qui entravent les libertés essentielles.

 

Que le FLAC aille pleurnicher dans les plis du drapeau de la mairie de Béziers au prétexte que le front national est leur allié, ce qu’aucun des animalistes n’a relevé jusque là (on a pas entendu le son des meneurs dire leur désaccord à cette alliance)

Que leurs “troupes“ soient recrutées en Belgique, en Hollande et chez les paumés que notre société à moulu a grains fins, ne met plus la démocratie tant vantée à l’abri.

 

Car par son essence même, la démocratie, au nom du droit à manifester (ce que nous ne contestons pas d’ailleurs) quand cela reste dans la norme, laisse les liberticides agir jusqu’au point de non retour.

Celui-ci est en passe d’être atteint.

 

La tauromachie, est notre culture, notre sol est notre terreau de famille et de traditions, et nous ne devons pas en avoir honte.

 

Qui sont les garrigues et consort pour nous donner des leçons de morale ou de savoir vivre eux qui mentent sans cesse, sur leur nombre, sur leurs croisades personnelles, sur les points qu’ils dénoncent, sur leurs soutiens (voire le retrait de la député Toulousaine qui apparaissait sur leur liste de soutien) sur leurs accointances avec les extrêmes, sur leurs agissements illégaux et anti démocratiques ?

PERSONNE sinon qu’un petit prof de banlieue qui s’est donné un Combat, un peu con un peu bas, pour exister, qu’un écrivaillon porno ancien “tortionnaire“ de laboratoire.

Même pas des “Charlie“

 

Un jour ou l’autre et quelles que soient les circonstances ils feront le pas de trop, c’est écrit, et je ne sais pas sous quelle forme ?

Juste, redire aux autorités qui l’ont vécus avec les mêmes “zadistes“ que la mort d’un humain par la haine n’est jamais justifiable.

 

A moins que, enfin, les pouvoirs publics, agissent, en anticipant ce pas de trop et ne les empêchent de le faire.

 

Et qu’ils méditent, quand ils s’en prennent aux toreros, cette phrase, qui les résume bien :

 

▪   La démocratie, c'est le pouvoir pour les poux de manger les lions.

Georges Clemenceau

 

CHF