Toulouse, le 25 juin 2017

 

                                                 Monsieur le Président du CSA,

                                                 Monsieur le Médiateur de Radio France

 

J'interviens auprès de vous en ma qualité de président de la Fédération des Sociétés Taurines de France.

Lors de l’émission de France Inter “SI TU ÉCOUTES, J'ANNULE TOUT”, diffusée le vendredi 23 juin dernier à compter de 17h, Frédéric Fromet a chanté une chanson intitulée  La mort du torero Fandiño.

Je me dois de vous faire savoir que cette ignoble chanson a profondément écœuré et blessé les membres des clubs affiliés à la Fédération des Sociétés Taurines de France qui m'ont mandaté pour intervenir auprès de votre autorité comme, d'ailleurs, sont choquées toutes les personnes que je rencontre depuis.

Avant tout, Ivan Fandiño, homme de bien et très grand matador, laisse dans le deuil une jeune femme, une petite fille de 4 ans, une famille éplorée, des millions d’aficionados qui l’admiraient, en France, en Espagne et dans le monde. Nous revendiquons l’honneur d’être d’entre eux.

Frédéric Fromet et ceux qui, près de lui, comme le montrent vos images, se sont grassement réjouis des paroles de sa chanson, bêtes et méchantes jusqu’à l’obscénité, ont insulté la mémoire du torero, mais aussi sa veuve, sa petite fille, tous ceux qui l’aimaient, nous ont insultés. Ils nous doivent réparation.

D’autre part, s’il est licite de ne pas aimer les courses de taureaux et de souhaiter leur prohibition, ça n’autorise pas n’importe quoi. Ça n’autorise pas à stigmatiser, à injurier, des composantes de notre population parce qu’elles s’inscrivent dans des spécificités culturelles minoritaires. C’est aller contre le vivre ensemble, c’est attiser les haines et les radicalisations. Un tel procédé est indigne d’une radio de service public.

Nous demandons des excuses publiques de la part de France Inter, des producteurs de l’émission, de Frédéric Fromet.

Nous demandons un droit de réponse que nous délèguerons à l’Observatoire National des Cultures Taurines.

Notre démarche auprès de votre autorité n'est pas exclusive de procédures autres qu'ouvre la jurisprudence constante encadrant la liberté d'expression et auxquelles nous nous associerons.

….

 

                                                                 Dominique Valmary