AIRE sur l’ADOUR - Mercredi 1er mai 2019

Novillada de Juan Luis FRAILE pour Juan Carlos CARBALLO (bleu ciel et or), Maxime SOLERA (bleu marine et or) et Dorian CANTON (jade et or).

            Lot jeune (3 ans et pas grand-chose …) qui, globalement, a déçu. S’ils sont dans l’ensemble venus facilement à la pique, ces novillos n’ont rien montré ensuite, sinon des coups de tête et des sorties rapides ; leur comportement à la muleta a été un moins anonyme, ce qui fait que quatre sur six ont été applaudis à l’arrastre, dont trois sans grande raison. Des trois novilleros en piste, seul Carballo a montré des qualités de lidiador et de toreria au 4ème.

1er (3 ans un mois) : negro liston, avec des retours secs dans la cape, qui sera mal piqué en trois rencontres : 1ère sans mise en suerte, pompée et en carioca, 2ème courte mais vrillée, sort seul, 3ème placé trop près, en place, sort seul et de suite. Banderilles inégales et sans poursuite. Après des doblones corrects, les deux premières séries à droite sont prudentes, le passage à gauche plus agité et, de ce fait, sans insister outre mesure ; le retour à droite voit le torero se croiser. Deux pinchazos, entière en avant, avis et quelques applaudissements.

2ème (3 ans un mois) : la réception a porta gaïola n’est pas loin de mal finir,  le novillo ignorant l’homme puis venant à angle droit ; il saute ensuite dans la cape et le fait reculer. Suivent quatre piques plus ou moins chaotiques de Gabin Rehabi : 1ère après avoir échappé au piéton, en arrière, secoue ; 2ème en se rapprochant, basse, restant passif ; 3ème et 4ème en place mais l’animal la fait sauter. Il attend ensuite les hommes au 2ème tiers, qui se conclut avec quatre palos cloués. Le novillero donne des doblones peu appuyés puis d’autres plus sérieux au centre. Suit une séance de reculades plus ou moins prononcées avec leurre accroché et avertissement clair à droite. Bronco, le cornu a compris et use de son ascendant sur l’homme pour finir aux planches. Estocade de la main gauche avec mete y saca, pinchazo doublé et ¾ de lame très bas. Silence.

3ème (3 ans pile, donc fête son anniversaire) : negro mulato qui prend deux piques au même endroit (plutôt en arrière), venant de la même (courte) distance : quel 1er tiers ! Banderilles avec poursuites et salut de Mathieu Guillon et de Manolo de Los Reyes. Canton torée par le large un adversaire noble et faiblot, de charge lente et à la limite de l’indigence, comme l’est le passage minimaliste à gauche. Bernadinas finales inutiles et ponctuées d’un désarmé, deux pinchazos profonds, ¾ de lame dans l’épaule et deux descabellos. Nouveau silence.

4ème (3 ans un mois) : negro entrepelado bragado, circonspect face aux acapes et coureur ; Carballo réussit cependant à le fixer assez vite. Deux piques en place en encadrent une autre basse, le novillo se défendant à la 1ère puis venant comme à regret aux deux suivantes, après avoir dûment gratté et regardé de tous côtés ;  applaudissements au picador. 2ème tiers correct. A la muleta, le novillero double sérieusement son opposant puis prend le temps de chercher -et de trouver- le sitio pour vaincre les réticences de l’animal à charger. Cette charge se montre alors vive et franche et la faena se déroule avec élégance et souvent sincérité, de belles naturelles étant ponctuées de trincheras. Le novillo finit aux planches, où il meurt d’une grande entière en place avec accrochage, vol plané et boiterie subséquente. Oreille méritée et applaudissements à l’arrastre plus compréhensibles que pour les novillos précédents.

5ème (3 ans 7 mois) : negro bragado brochito reçu par véroniques genou ployé, qui secoue puis pousse un peu sous une pique dans l’épaule de José Aguado ; la 2ème, prise en venant de loin, est d’abord en place puis replacée en arrière, après quoi le novillo tombe et retombe puis, de façon surprenante, suit les hommes aux banderilles. Au 3ème tiers, Solera accompagne prudemment une charge lente, doute à gauche et lasse le public en faisant durer sa faena plus que de raison. Deux mete y saca, entière basse (ou contraire vu la main gauche ?), avis et silence.

6ème (3 ans un mois) : negro bragado plus petit, bizco et d’armure un peu fermée, qui désarme l’homme. Deux piques de nouveau proches du lamentable pour les deux protagonistes : 1ère en arrière prise passivement, 2ème manquée puis placée après contact et de nouveau en arrière avec sortie immédiate. Salut d’El Santo pour deux poses soignées. La faena débute prudemment, tant sur les doblones que sur les derechazos, donnés cependant en baissant la main, puis sur les naturelles. Le novillo regardant clairement les planches en fin de passe, Canton réussit à le tenir au centre dans un premier temps, puis le laisse filer là où il veut pour le « toréer » par passes en aller-retour avec sortie par le haut, ce qui fait que son adversaire s’en donne à cœur joie en courant le long des planches. Nouvelles bernadinas, entière très avant, et l’animal tombe d’abord au centre ; relevé par le puntillero, il va mourir logiquement aux tablas. Avis et oreille sur demande minoritaire, accordée m’a-t-il semblé avec un regret ou une désapprobation justifiés. (Mini) vox populi, …

Présidence sérieuse de Pascal Darquié.