Nîmes, 16-18 septembre 2005 - Une feria chahutée par Éole

.......Une Feria des Vendanges toute en contrastes. Pas un très grand millésime, et pourtant quelques perles à se mettre sous les yeux !

.......Les toros ? De belle présentation dans l'ensemble.

.......Ceux de Las Ramblas (vendredi 16 septembre) avaient pris 30 kg. pendant leur séjour de 3 mois en Camargue... et aussi de la force, à la grande surprise et au grand dépit - dit-on ! - de leur mayoral ; il paraît qu'il va se faire souffler dans les bronches par quelques figures...

.......Ceux d'Alcurrucén (samedi matin 17 septembre) ne manquaient pas de qualité et de piquant.

.......Les Samuel Flores (samedi après midi), que l'on attendait, avec crainte, faibles et décastés ont été une belle et bonne surprise : légers mais charpentés, solides, encastés type "de la casa".

.......Les petits moustiques de Sanchez Arjona (maille domecq) de la corrida de l'art (dimanche 18 septembre matin) avaient allant, piquant et noblesse.

.......Seuls les Victoriano del Río (dimanche après midi) ont fortement déçu... mais le dernier a été"le" toro de la feria.

.......Alors... pourquoi un résultat en demi-teinte ? La faute à Éole déchaîné, sauf le dimanche après-midi et encore !

.......Ponce a fait un travail merveilleux de coulé à son premier, très noble et très faible : autant dire devant rien... mais il l'a fait comme personne ! Par contre ses "estocades" sont par le périphérique, et ratées. .......Juli (1 or.) nous a laissé entrevoir sa belle maturité en train de se faire ; mais entre 2 rafales... .......Juan Bautista a coupé une belle oreille sur un excellent toro, pourtant son toreo ne "dit" pas beaucoup. La tarde a donné une grosse impression d'ennui à beaucoup.

.......Mendoza brillant à l'accoutumée, mais ses toros (Gutierrez Lorenzo) manquaient d'allant : travail haché (1 or.). .......Manzanares père voulait, mais il avait contre lui le vent et le manque de compétition ; 3 véroniques plus la demie et 2 trincheras de gala pour le souvenir des éclats du passé. .......Cordobés hijo :nada de nada. C'était peu. .......Meca bien à son premier, mal tué. Hors du coup à son second. Sans doute vexé de l'hommage minable que lui avait rendu la ville au début, il a refusé de sortir pour une ovation après ce second combat. .......Un Loré majeur à son, second ; en ce moment, son épée ne passe plus, dommage car il aurait coupé au 1er ; mais le "paon" qu'il a eu ensuite, allié à son toreo engagé et efficace, a fait passer 12 minutes d'angoisse sur les arènes : avec une épée "de la casa", ce sont 2 oreilles et non 1 qu'il aurait coupées. A la sortie, l'aficion ne parlait que de lui. .......Pourtant le cyclone Ferrera avait soufflé avec 1 puis 2 oreilles à la clé ; on lui devait d'avoir chauffé la plaza, mais quel souvenir laissent ses banderilles honteusement truquées ? Et ses passes plus clinquantes qu'authentiques ?... Mais il y a place aussi pour ce genre de toreros ; merci donc a Ferrera qui lutte avec ses moyens et qui a tout de même donné quelques muletazos templés et bien tirés. Course très intéressante.

.......Honte à Conde qui s'est foutu des cochons de payants au-delà de toute mesure. .......Quelques gestes de gala de Morante, malgré la tourmente ; mais il a fait assassiner son 3e, plus difficile. .......Ces tout petits et dynamiques toritos ont TOUS été piqués mal et à mort. Merci, Mrs les artistes !

.......César Rincón plafonne quand la difficulté devient un peu plus forte... .......Castella mûrit tranquillement ; ses 3 oreilles sont un peu trop car le vent empêchait de templer et de ralentir sous peine de se faire arracher une muleta capricieuse, mais personne n'a boudé son plaisir au terme d'une course terne qui s'est achevée avec un grand toro.