5 août 2005 - Novillada nocturne à Vic-Fezensac

.......A la sortie de la novillada une bonne dizaine d'aficionados fédérés, insensibles à l'heure très tardive, se sont retrouvés devant les arènes au cours d'une tertulia improvisée. Les avis furent assez divergents, certains considérant le verre, au figuré, plus qu'à moitié vide, les autres à moitié plein, tandis que celui que chacun d'eux avait à la main, étant tour à tour plein et vide, inspirait leur éloquence. .......Essayons de traduire l'opinion moyenne : Les novillos de Justo Nieto, convenablement présentés, déçurent. Faibles, mansotes, manquant de race, ils démontrèrent que leur éleveur devait encore beaucoup travailler pour redonner du lustre à cet encaste mythique. .......Le troisième et surtout le sixième (jugé physiquement beau par les uns, affreux par les autres !) firent preuve d'un peu plus de force et ne manquaient pas de noblesse. Le sixième fut tellement mal piqué, par un picador Français, qu'il n'en fut finalement pas piqué, se contentant d'un picotazo dans l'épaule et s'employant au cours d'une deuxième rencontre à pousser et chahuter le cheval jusqu'au centre de la piste, cheval "bonijolien" qui sut se charger tout seul de la brega. Le picador avait perdu sa pique, et incapable de contrôler la situation, se laissa ballotter par les évènements... ......Nos "fédérés" s'accordèrent pour estimer que les prestations de Juan Andres Gonzales et Sebastian Sanchez Mora avaient été très médiocres. David Mora, à qui échurent les deux meilleurs novillos, coupa l'oreille de son premier, réclamée par un très faible minorité de spectateurs et contestée par une faible minorité également. Il coupa d'une manière plus consensuelle l'oreille de son second au terme d'une belle faena conclue par une bonne estocade.

.......L'après midi, sympathique festival taurin conduit par Victor Mendes et marqué par le retour de l'enfant prodigue, Michel Lagravère. Les deux novillos de Santafé Martón furent excellents, les tercios de banderilles spectaculaires. Victor Mendes fut gratifié d'une oreille.