26 juin 2005 - Novilladas à Saint-Sever

.......Les aficionados du Sud-Ouest étaient tiraillés dimanche 26 juin entre les toros de Criado Holgado à Fenouillet et le cartel de Conde et Morante de la Puebla à Tolosa (Guipuzkoa). .......Ceux qui, optant pour une troisième voie, sont allés à Saint-Sever ne le regrettent pas. Au Cap de Gascogne, ils ont vécu une journée complète autour du toro et de la fête que savent faire les placitas toristas landaises. .......Le matin, NSP avec trois erales de XXXX de Salamanca, d'origine El Raboso-Juan Pedro Domecq, correctement présentés et avec des capas castañas bien typées. .......Le premier est sorti faible puis est allé a mas, ce qui a permis à El Landeño de lui servir une faena en ayant bien trouvé le sitio. Une oreille conclut la faena après une estocade tombée. Marco Leal, Ecole taurine d'Arles, a enflammé le public par son toreo enjolivé, bien lié même si un peu superficiel. Une vuelta. Enfin, Julien Dusseing "El Santo", le jeune espoir local, n'a pu s'exprimer devant le 3ème manso fuyant toute sollicitation. .......L'après-midi, rendez-vous avec les novillos de Barcial et un cartel hommes modifié suite aux blessures de Paco Ureña et Antonio-Joao Ferreira.

Sortie du premier novillo de Barcial.
Photo : Christophe Solin

...Les Barcial, trés bien présentés, n'ont pas failli à leur réputation de caste quelque fois un peu rustre, n'en déplaise à certaine presse taurine qui est sortie déçue. Festival de robes berrendos en negro, calceteros, coleteros, luceros, negros bragados, listons. Un total de 13 piques et tous bouche fermée jusqu'à la mort. Les novillos sortis en 2ème et surtout en 4ème ont démontré caste et noblesse. Les deux novillos les plus mal piqués ( 5ème et 6ème) furent parados pendant le 3ème tiers. Ce bilan réconforte l'aficionado si malmené actuellement par l'état des toros qu'on lui propose... ......Rafael Ronquillo, venu en remplacement, a été le plus "novillero" de la terna, variant les passes (pinchazo puis entière au premier), mais démontra ses limites au 4ème, le plus complet, en raison du faible nombre de corridas torées (1/3 de lame). Comment le fossé peut-il être aussi vaste entre ces quelques novilleros qui ont envie mais toréent peu et Cayetano si protégé, à qui l'on offre tant d'opportunités (...) avant qu'il n'ait encore rien montré !!! Alberto Aguilar, le seul annoncé au cartel d'origine est venu "sin ganas", ce qui étonna l'aficionado payant car il sait qu'Aguilar est plutôt lidiador. Sa mauvaise volonté se confirma par deux bajonazos et deux avis au 2ème, une demi-lame au 5ème qui avait pris une énorme première pique, et un avis. Alejandro Morilla "substituait" A.J. Ferreira et on ne put s'empêcher de se demander avant et pendant, ce qu'il venait faire dans ce cartel, lui qui est déjà un peu "protégé". Et surtout sa cuadrilla, était en situation de panique quasi permanente. Morilla , sans citer, composa la figure après le passage de la tête du toro, et tua le 3ème d'un bajonazo en s'esquivant. Il laissa piquer le 6ème par le picador de réserve, au toril, avant que le picador de turno n'administre une bonne carioca. Il conclut d'une entière dans le "rincón". .......Arturo Cobaleda maintient donc l'encaste "Barcial', patas blancas, qui a fait sa réputation. Dans une arène, lorsque le toro est présent, on ne s'ennuie jamais. Merci aux organisateurs de Saint-Sever d'être revenus à la novillada de verdad, le public remplissant aux deux tiers l'arène leur ayant ainsi répondu, alors que l'on connaît le problème économique des novilladas isolées même de bonne qualité.