1 contribution / 0 nouveau(x)
A part peut être Garapito

A part peut être Garapito.

 

Quel bonimenteur celui-là, et donneur de leçon en plus.

Je m’agace fortement

Il me fait penser à ce type qui me racontait qu’il avait dansé un slow avec la choriste que Michael Jackson avait choisie, pour son spectacle “This Is It“ et que comme la vedette l’avait tenue dans ses bras, c’était comme si lui, avait dansé un slow avec le roi de la pop…pourquoi pas, en plus faut oser, non ?

 

Je lui parle d’un toro manso à souhait (le dernier Dolorès de Vic) et lui me parle de “Garapito“ l’immense toro de Palha qui était tout, sauf manso, mais qui était surtout un toro comme le rêve tous les aficionados du monde, exceptionnel.

Et sans vouloir faire offense à la grande dame défunte, son toro ne valait pas un pet comparé au Palha de 1992.

 

Et, non, Garapito n’a pas été gracié à Vic.

Il a eu droit à une simple vuelta.

 

Il a été mal tué par Juan Cuellar, et été bien mal toréé.

 

Jean Jacques Baylac l’ancien président de la commission taurine, aujourd’hui décédé, disait qu’il ne fallait pas en vouloir au gamin, qu’il avait été bon dans le début de sa faena (c’est aussi mon avis) et puis que peu à peu le toro l’avait mangé. Mais c’était parce que tu ne rencontre que de façon exceptionnelle ce type de toros.

 

J’y pense parce que les menteurs sont foisons dans notre petit milieu, j’ai connu mille types qui ont vu mourir Manolete à Linares, et mille autres qui ont vus José Tomas à Nîmes.

Je ne sais pas qui a vu Garapito ou pas, moi je m’en souviens, c’était le temps de mes escapades solitaires en aficion. J’allais voir, respirer, et regarder mourir les toros, je repartais sans faire la fête, juste pour les toros, par aficion, que mes économies me permettent la course d’après.

Alors Garapito je me souviens bien, très bien même.

J’y étais.

 

J’y pense parce que les novillos de la Quinta sont mal sortis, à Saint Sever et que cet élevage, comme Miura n’en finit pas de décevoir, sortie après sortie.

J’y pense parce que chaque fois que Cuellar toréait chez lui en banlieue madrilène il sortait par la grande porte, avec quatre oreilles et un rabo, mais que sa carrière s’est arrêtée aux corridas de frayeur, et de danger.

J’y pense parce que Clemente a été le seul à couper, malgré une protestation d’une partie du public.

J’y pense parce que dans quelques jours Céret, Orthez, et Mont de Marsan vont débuter, c’est mon second tiers, que j’attends beaucoup de ces journées, que peut être, avec de la chance, je vais croiser la route d’un Garapito, je suis incorrigible, comme tous les aficionados, la course à venir est la plus belle.

 

Garapito (pour ceux qui ne l’ont pas vus, et même si les images ne donnent pas le rendu du vécu) était un toro extraordinaire, combattu à Vic Fezensac, un toro de Bandera, comme aiment à le dire les connaisseurs.

L’un des tous meilleurs sorti, sur le territoire Français.

Regardez sa sortie, regardez le charger tout ce qui bouge, regardez le mettre en danger Fernandez Meca qui s’en sort par miracle.

Mais surtout, regardez les piques notamment la première et la seconde, impressionnant de fixité et de sauvagerie, regardez la musculature puissante et la poussée des reins.

Même si je ne sais pas ce qu’il en serait advenu avec le peto d’aujourd’hui, et les chevaux qui se couchent sur le toro, et la pique au milieu du dos?

Peut être se serait-il éteint?

Je vous reparlerai de ma théorie de la double carioca imposée au toro d’aujourd’hui.

Regardez aussi ou tombe la pique, et comment elle est donnée, en tournant le cheval pour lui permettre de pousser.

Tout ça en image sur le site suivant : https://www.facebook.com/Jeunesaficionados/posts/317237804961441

 

C’est bien que ce soient les jeunes aficionados, qui mettent ça en ligne, ça redonne de l’espoir.

Car face à la horde hurlante et sifflante que sont les “punaises noires“ du CRAC,  boum hue… (Garapito veut dire Punaise) ils se dressent tranquilles comme Jean Baptiste.

Ceux-là veulent nous faire croire que nous mourrons de notre belle mort, les jeunes leur prouvent que non.

Il est des batailles perdues d’avance.

Et des soutiens qui se font discrets ou pas.

 

J’ai frémis l’autre jour en lisant un programme de course Landaise sur lequel était écrit : “sans mise à mort“  

L’argument est pour l’information, m’a-t-on dit ?

Que croient ils ?

Que les fanatiques “animalistes“, leur ficheront la paix?

C’est comme le maire de ce petit village près de Bordeaux, qui a annulé le spectacle ou Julien Lescarret faisait trois passes de muleta au son d’un flamenco, à cause des mails reçus, pour avoir la paix m’a-t-il écrit.

Moi je le répète céder devant les antis, c’est leur permettre un pas de plus.

Ils se trompent tous ceux qui croient qu’il faut laisser faire, quand on sait que certains militent contre la domestication du chien d’aveugle, c’est à se le taper par terre.

Soyons solidaires et arrêtons l’hypocrisie, ils me font penser à cette Suissesse de “l’amour est dans le pré“, qui n’aime pas le foie gras, ni les petits animaux à manger lapins, poules, et autres veaux (sic) mais qui veut vivre à la ferme.

Et comme le lui répond le fermier : “je vais te montrer, des veaux, c’est pas petit..“

Mais elle s’en fout, tu crois qu’elle y connaît quelque chose à la vie rurale, lui, il est tout chamboulé qu’une fille comme ça s’intéresse à lui, il ne sent pas poindre le danger. Au vu des images, il va pouvoir tout changer, ou presque, tellement c’est cruel la vie animale.

 

Un autre exemple, je suis en avion l’autre jour, de retour d’Amsterdam,

(Pas de fantasme, j’y suis pour raisons professionnelles) je vole sur KLM.

 

Voici l’heure des sandwichs, on nous les sert dans une boite en carton sensée imiter du bois.

Il est écrit, en Anglais, que les poules qui fournissent les œufs étalés sur le “pain“ sont traitées dans le respect de l’animal, qu’elles peuvent vaquer du sombre au soleil, qu’elles ont au sol de la paille, et qu’elles ont surtout de l’Espace.

 

Nous, qui sommes entassés comme du bétail sommes donc moins bien considérés que les malheureux poulets.

Tu veux leur expliquer quoi aux bataves sur la corrida ?

Tu t’étonne d’entendre parler flamand, ou autre chez les antis.

Le Sandwich dégouline d’une sorte de jus blanc, je le laisse de côté.

Chez moi, dans les Landes, les poules ont la peau jaune, la crête rouge, et sont nourris au grain, les œufs sont énormes et d’un jaune Chine, à tomber par terre, pas cette matière que l’on nous sert.

 

Et bien les toros, c’est comme les poulets, l’élevage en batterie ne vaut pas grand chose, et l’on se contente de bien peu de nos jours (les voisins l’ont mangé mon sandwich.

Il avait raison Jean Ferrat en chantant qu’il faut savoir ce que l’on aime et manger le poulet aux hormones.

Nos toros élevés en batterie le sont, peut être pour la plupart aussi, ?

A part peut être Garapito.

 

CHF