Samedi 3 juin 11h Novillada piquée

4 novilllos RASO de PORTILLO

Pour: MARIO PALACIOS et MIGUEL ANGEL PACHECO

Président M. THURIES Thomas

Le temps était maussade et la piste déjà gorgée d’eau ; les deux novillos étaient remarquables de présentation. Le 1er supporta 3 piques magnifiques. Malheureusement le novillero ne fut pas à la hauteur de l’animal ; la faena se termina dans l’indifférence .

PACHECO se montra au niveau du 2ème (4 piques) et la muleta mit en valeur le RASO ; l’épée en bonne place fut d’effet rapide. La pétition de l’oreille, majoritaire n’a pas convaincu le président qui resta sur sa position. Quelle est cette nouvelle mode qui veut que le responsable du paleo n’applique pas le règlement ? (cela se reproduira lors des courses suivantes). Est-ce une preuve de courage ou de mépris vis-à-vis de la règle ou du public ?

Après de longues discussions entre M.Thuries et les toreros, la course fut suspendue, essentiellement pour préserver la piste en vue de l’après-midi. Dommage car nul ne sait si les 2 novillos suivants n’auraient pas permis un succès majuscule eu égard aux qualités des 2 premiers ! 7 piques pour 2 novillos ! Presque autant qu’une féria complète dans certaines villes : il n’est pas interdit de s’amuser dans une période dramatique !

 

Samedi 3 juin 18h

Dona DOLORES AGUIRRE Y BARRA

Anastasio Fernandez Conde de la CORTE

Présidence technique Monsieur SICET

PAULITA”; OCTAVIO CHACON ; ALBERTO LAMELAS

4/5 d’entrée, temps pluvieux.

Lot très bien présenté mais leur comportement ne fut pas homogène. Braves dans l’ensemble (17 piques) ; le meilleur : le 2ème (vuelta).

PAULITA. Il ne fut pas favorisé par le sorteo. Malgré sa bone volonté et son professionnalisme, il ne put « qu’écouter » deux silences.

OCTAVIO CHACON. Malgré ses 13 ans d’alternative, il est très peu connu en France. Toutefois, après quelques succès et une carrière où il ne rencontra que des toros de respect, il a pu se faire engager dans des arènes de catégorie. Son premier toro était le meilleur, il prit 4 piques avec bravoure et fut noble à la muleta. Octavio sut le mettre en valeur des deux côtés, il coupa une oreille et l’Aguirre fit une vuelta. Le deuxième était moins bon mais supporta trois rencontres. La faena variée et sérieuse se termina par une épée un peu de côté. Salut au tiers. CHACON mérite d’être revu (il sera dans de nombreuses arènes françaises).

Alberto LAMELAS. Si vous cherchez un troisième matador pour compléter un cartel chez nous, vous trouvez toujours Alberto et vous n’êtes pas déçu. Encore une fois il démontra son courage, les progrès réalisés et le respect du public et des toros.

Ses séries, à gauche en particulier lors des deux interventions furent remarquables. Hélas la mort fut lente à venir et les oreilles ne sont pas tombées. Qu’importe, LAMELAS aura toujours des contrats tant qu’il existera des aficionados « a los toros ». Depuis les Dolorès Aguirre de Vic, il s’est construit une légende non usurpée. Suerte maestro. Malgré les disparités entre les animaux, le public s’est retiré satisfait, l’esprit rempli d’espoir.

« Faites que vos rêves soient le plus grand possible, il en restera toujours quelque chose».

 

Dimanche 4 juin CORRIDA CONCOURS 11h

MIURA VALVERDE CUADRI VIDES OLIVEIRAS IRMAOS VALDELLAN LOS MANOS

Pour: Domingo LOPEZ CHAVES « Morenito de ARANDA » « MICHELITO »

Président : AMESTOY Marc.

Bonne et sérieuse corrida concours. Les deux meilleurs toros furent le 1er (MIURA) et le dernier (LOS MANOS). Tous prirent les trois piques et deux (les plus braves) quatre.

4/5 d’entrées. Le président M. Amestoy a reçu des broncas à chaque annonce, nous verrons pourquoi !

Domingo LOPEZ CHAVES : excellent chef de lidia. Son métier lui permit d’être à la hauteur de son magnifique Miura (brave et noble) ; piqué par Gabin Rehabi accompagné de la musique lors du tercio. La faena variée des deux côtés suscita l’enthousiasme du public qui réclama l’oreille. La présidence ne voulut rien savoir et la fin de la matinée ne fut pas un « long fleuve tranquille » ! Certes l’animal ne passa pas à gauche mais la pétition plus que majoritaire doit faire fi des quelques faiblesses. Rappelons que le président est au service du spectacle et non l’inverse. CHAVES effectua deux vueltas !

« L’OLIVEIRAS IRMAOS » était inférieur au MIURA. Après 3 piques, Domingo, toujours aussi appliqué essaya de tirer la quintessence de son adversaire et après une épée entière il écouta des applaudissements.

MORENITO DE ARANDA hérita du Valverde et du Valdellan. Le 1er prit 3 piques et le 2ème en prit 4. Morenito n’eut droit qu’à deux silences après des faena sans engagement ni saveur.

« MICHELITO » : qu’allait faire ce matador dans cette galère ? Le cuadri (qui était hors du type) sembla moyennement intéresser le gersois d’origine. (silence). Il fut totalement dépassé par le « Los Manos » (le meilleur de la concours) ; 4 piques prises avec bravoure (musique lors des 2 rencontres) – 3 épées et 3 descabellos mirent fin au combat. Silence. Vuelta au toro qui signifiait selon la présidence qu’il s’agissait du meilleur des 6. MICHELITO ne put que constater les dégâts !

 

Dimanche 18h

4/5 d’arène. Légère pluie.

6 toros de PALHA. Lot magnifiquement bien présenté, très homogène. Braves: 17 piques.

ALBERTO AGUILAR EMILIO DE JUSTO RUBEN PINAR

Président M. LALANNE.

Alberto AGUILAR n’était pas dans son meilleur jour, certes il s’appliqua des 2 côtés à son premier mais il tua de façon pathétique. Silence. Même scénario au 2ème et même résultat. Silence.

Emilio DE JUSTO : il hérita certes d’un bon « sorteo » mais il profita au maximum de cette chance. 4 piques. Son travail varié toucha le public, notamment 2 séries de naturelles croisées, un pinchezo, une entière : une oreille. Au 5ème : entière et vuelte. Nous reverrons ce valeureux combattant.

Ruben PINAR : son 1er combat fut correct (salut) mais il échoua à l’estocade du 6ème : 4 pinchazos. Silence.

 

Lundi 5 juin 17h

Ganaderia ALCURRUCE

Temps très agréable. 4/5 d’arène

Président M. Joaquin CAMACHO

CURRO DIAZ JUAN BAURISTA MANOLO VANEGAS (passait l’alternative)

Evènement à Vic : il s’agissait de l’alternative donnée au Vénézuelien (que l’on avait vu en septembre 2016 devant de magnifiques novillos de Dolorès Aguirre).

Que penser de ce « cartel de luxe » dans des arènes telles que Vic ? certains seront dubitatifs et le resteront jusqu’au bout. Certes le lot d’Alcurruce était très bien présenté mais la bravoure n’était pas toujours au rendez-vous (14 piques).

Curro DIAZ cède son premier à VANEGAS qui a montré qu’il était largement au niveau. Il fut à l’aise à la muleta et après une estocade efficace il coupa une oreille. Le dernier était plus difficile et après une demi-lame et un descabello il fut invité à effectuer une vuelta.

Curro DIAZ, il a beaucoup de classe à la muleta (à gauche comme à droite). Une entière foudroyante fit tomber une oreille. Son 2ème plus difficile ne lui permit pas de briller. Silence.

BAUTISTA est très habile à la cape (notamment par véroniques). Pour le reste il semble réciter un cours bien appris qui porte peu sur le public vicois. Oreille et salut. Néanmoins il reste très professionnel et les Arlésiens qui se sont déplacés ont été très satisfaits.

Le bilan de la feria reste très positif quant aux toros très bien présentés et aux découvertes : Emilio DE JUSTO, VANEGAS, CHACON et des valeurs sûres tels que CHAVES, LAMELAS, AGUILAR.

Petit bémol pour le lundi, mais Vic connaît sa voie et n’en déroge pas.

« Ne demande pas ton chemin tu risquerais de ne plus le perdre ».

PS. Résultats : triomphateur : Emilio DE JUSTO ; meilleure cuadrilla : LOPEZ CHAVES ; meilleures piques : Gabin REHABI ; meilleurs toros : LOS MANOS 

                                                                                                 

                                                                                                                  André Régagnon