Vic 2017, féria pluvieuse, féria heureuse

 

Vic Fezensac, arène de première catégorie a connu une édition qui fera date dans son histoire taurine avec la première alternative concédée à Manolo Vanegas par Curro Diaz, son parrain et devant Juan Bautista en qualité de témoin et du fait de la première retransmission en direct des corridas par la nouvelle chaîne Taurocast avec aux commentaires Manolo Molès et Ruiz Miguel.

La féria restera aussi dans les esprits par l'excellence du bétail présenté et l'engagement de la très large majorité des hommes.

De belles choses aussi avec la cuadra Bonijol qui a présenté dans une arène de première catégorie deux jeunes juments de cinq ans seulement et d'origine percheronne, des produits de l'élevage éponyme, filles d'un étalon lusitanien : Calice devant un novillo de Razo de Portillo et Bellissima face au vainqueur des trophées Paul Clarac et Jean Jacques Baylac, Jardinero qui restera malheureusement inédit au troisième tiers.

Sous la selle de Gabin Rehabi elles ont participé au succès du picador, vainqueur du prix du meilleur picador en devançant Oscar Bernal Matias qui affrontait le Miura. Devant le pupille de Los Maños, Gabin a montré ce que toréer voulait dire et que penser du retrait de la tête du taureau à reculons pour sortir de la quatrième pique. Salué par la musique il a su profiter d'un bicho très présent et puissant faisant montre d'une caste exemplaire.

 

Samedi 3 juin 4 Novillos de Raso de Portillo pour Mario Palacios et Miguel Angel Pacheco

La pluie a rendu la piste impraticable conduisant à la suspension de la novillada à la mi-temps. Le premier novillo acceptera 3 piques avant de dominer Palacios qui peinera à contenir la présence et la puissance de Patruillito avant de le tuer avec difficultés après 2 avis.

Il en sera de même avec Quitapenas qui subira 3 piques, renversant l'équipage à la première et en sortant seul à la troisième. Pacheco le torée plutôt à droite sans négliger la corne gauche où le novillo a tendance à serrer l'homme. Il le cloue d'une entière avant qu'il n'aille mourir aux planches. Le refus de trophée entraîne une bronca avant interruption pour cause d'état de la piste. Vuelta pour Pacheco.

Le ton était donné avec un bétail à la présentation et au comportement irréprochables, un amuse gueule de grande qualité et un sentiment de légère frustration.

Á noter l'intrusion en piste du trublion anti corrida néerlandais Peter Jansen qui sera interpellé et, espérons le, remis aux autorités espagnoles qui ont lancé un mandat d'arrêt à son encontre.

 

Samedi 3 juin 6 Doña Dolorès Aguirre pour Paulita, Octavio Chacon et Alberto Lamelas.

Bonne fréquentation des tendidos malgré le temps humide.

Paulita accueille un premier exemplaire qui prend 3 piques dont 2 dans l'épaule. Ce taureau restera sur la réserve gagnant du terrain en jouant de la tête. Il le tue d'un bajonazo. Silence.

Son second manso consentira 2 piques sans pousser. Le peu de charge fait retomber l'émotion. Paulita ne tente pas grand chose et torée de loin. La demie épée nécessite un descabello. Silence.

Octavio Chacon sera le vainqueur de la tarde. Il lance une larga et déploie un toreo classique et efficace devant la belle charge de son adversaire qui faiblit en toute fin de faena. Brindis à Ruiz Miguel. Le travail conclu d'une seule épée lui vaut une oreille et la vuelta au taureau.

Il hérite ensuite du premier sobrero du même fer, le titulaire ayant été réformé pour un problème médical. Brindis au public de ce spécimen « charolisé » au vu de son morphotype. Le toréo posé et souple en se croisant s'adapte parfaitement à ce taureau avisé et restant sur la défensive. Il perd les trophées à la mort. Ovation.

Alberto Lamelas combat un manso qui fera montre de noblesse après 3 rencontres pour 2 piques et un batacazo. La faena se déconstruit sur la fin avant une mort difficile et un avis. Applaudissements à l'arrastre et salut au tiers pour le piéton.

Son second est aussi manso. Il remate aux planches s'abîmant la corne droite et va 3 fois au cheval sans exprimer de classe. Brindis aux Armagnacs qui lui ont composé un paso doble. Le toreo servi sera laborieux et laissera l'impression qu'il aurait pu être mieux fait face au potentiel du taureau, la muleta étant très souvent touchée. Un bajonazo et 2 épées partielles ne suffiront pas. La fin intervenant après un avis et une demie bien basse.

 

Dimanche 4 juin Corrida concours pour Domingo Lopez Chavez, Morenito de Aranda et Michelito.

Ciel voilé et bonne assistance au regard de la météo menaçante.

Miura – Tendero - 02 2012 – est applaudi à son entrée en piste. Il ne va jamais au delà de la cape qui lui est présentée par Lopez Chavez. Il accepte 4 piques bien posées par Oscar Bernal qui saluera à sa sortie en venant progressivement de loin au trot puis au galop pour la quatrième. Il donne des coups de tête dans le caparaçon et se colle au cheval à la quatrième. Joli quite de DLC pour le juger puis le brinder au public. Le torero fera preuve de maîtrise et de dominio en se croisant et avec une économie de gestes appréciée. L'épée tombée est foudroyante. Le président jugeant la pétition minoritaire n'accorde pas l'oreille recueillant une bronca majuscule qui sera constante tout au long de la course. Double vuelta.

Valverde – Gastador – 04 2012 – se montre réservé à la cape et présentera quelques signes de faiblesse. 3 piques dans le dos et l'épaule sortant seul de la troisième et revenant au cheval pour recevoir une punition. Morenito de Aranda montre le taureau sans toutefois exiger de lui, ni se croiser. Il le tue mal. Quelques sifflets à l'arrastre et silence.

Cuadri – Tacholero – 01 2012 – est bien accueilli à la cape par Michelito. La première pique est ratée et doit être repositionnée. La deuxième est poussée mollement. Á la troisième le taureau qui tarde à charger le cheval doit être replacé pour une bonne troisième pique. Salut des péons aux banderilles. Et brindis de Michelito à son père. Le taureau noblito s'arrête dans ses charges. Il sera toréé essentiellement à droite avant que Michelito arrache une à une quelques naturelles, épée de mort en main. Deux pinchazos et ¾ de lame de biais. Silence.

Oliveiras Irmaos - Espanhol – 09 2011 – deuxième fer de Joao Folque de Mendoza. Doté d'une armure basse et ouverte le taureau avertit Domingo Lopez Chavez par deux fois à la cape. Il prend une première pique pompée où il s'emploie. Peu interéssé par l'exercice DLC devra placer le cheval au toril pour une pique poussée sur ¼ d'arène. Puis 3 piques volées et donc légères. Manso de manso il anticipe aux banderilles et suit les péons jusqu'aux planches. Après quelques passes extraites aux forceps le torero abrège la rencontre et doit le tuer aux planches d'un ¾ d'une épée courageuse. Sifflets à l'arrastre et salut au centre.

Valdellan – Minero – 03 2013 – le cadet de l'envoi se révèle présent et pressant dans la cape de Morenito de Aranda. Il subit 3 piques, toutes mal posées, en sortant seul et en revenant à la dernière. Bon comportement aux banderilles. Brindis au public. La faena manquera de consistance le torero se contentant de la noblesse de son adversaire. Ce toreo sur le passage se terminera d'estocades sans engagement : 3 pinchazos et ¾ d'épée tombée. Sifflets et applaudissements à l'arrastre.

Los Manos – Jardinero – 03 2013 - était très attendu, il avait même fait la une de la carte de voeux du CTV ! Superbe de présentation et particulièrement armé il prend possession de l'arène. Le tiers de piques se fera en musique le taureau acceptant 4 piques en venant de plus en plus loin étant mis en suerte avec l'aide du chef de lidia. Il charge avec alegria et met à l'épreuve l'équipage mené par Gabin Rehabi qui assure. Salut aux banderilles. On avait tout vu puisqu'après quelques naturelles Michelito perdait pied et renoncait. Taureau inédit au dernier tiers, Jardinero devra subir la mort de la part du torero qui ne peut s'engager et jette la muleta au muffle du taureau, deux gestes seront nécessaires après avis. Sifflets et vuelta pour le taureau.

 

Dimanche 4 juin 6 Palha pour Alberto Aguilar, Emilio de Justo et Ruben Pinar.

Temps pluvieux et bonne assistance.

Ce sera la tarde d'Emilio de Justo qui confirme les bonnes impressions laissées lors de ses deux prestations françaises de 2016. Il a su toréer son adversaire dans une sobriété et une précision de gestes appréciées par le public qui lui accorde une oreille à chacun de ses taureaux cela même s'il ne se croise pas suffisamment. Sortie par la grande porte des arènes Joseph Fourniol.

Alberto Aguilar n'a pas été performant, très bruyant et mauvais tueur avec de très mauvais gestes.

Ruben Pinar, lui, a été transparent.

 

Lundi 5 juin 6 Alcurrucen pour Curro Diaz, Juan Bautista et Manolo Vanegas qui prenait son alternative.

Manolo Vanegas a tiré le lot des taureaux les plus massifs, son premier, Cumbre Alta le taureau d'alternative, est « charolisé », une rumeur accompagne son entrée avec quelques applaudissements. Il sortira seul des trois piques manquant de fixité et poussant d'une seule corne et se montrera difficile aux banderilles provoquant deux passages à faux. Après échange des trastos avec son parrain il conduit une faena volontaire brindée à son pére. Le taureau avisé et sur la réserve se révèle compliqué sur les deux rives. Avec une prestation juste et vaillante il emporte l'oreille du public malgré une entière tombée. Applaudissements à l'arrastre.

Son second, Alcachofita, présente une tête haute et superbement armée. Il prend quatre piques la dernière du centre de l'arène et provoque la chute du picador par défaut à la deuxième. Joli quite de Manolo par chicuelinas et revolera. Le taureau très présent ne laisse rien passer et ne lâche rien. Brindis au public. Manolo effectue une prestation supérieure avec autorité en toréant main basse, final par des manoletinas. ½ en place nécessitant deux descabellos. D'évidence le taureau de la tarde. Applaudissement à l'arrastre et vuelta pour Manolo qui a réussi son entrée dans la discipline majeure.

Curro Diaz a confirmé les bonnes dispositions de l'année précédente.

Afanosito est difficile à fixer à la cape et à mettre en suerte. Quite de Juan Bautista par chicuelinas. Par la suite sa maniabilité permettra plusieurs belles séries sur la corne droite mais il perdra son alegria à gauche. L'entière, légèrement tombée, conclue la prestation récompensée par une oreille.

Maraca est manso et se comporte en conséquence. Le taureau réservé s'avise rapidement, Curro décidant d'écourter la faena et de tuer d'une entière hémorragique suivant un pinchazo. Silence.

Juan Bautista effectue une très réussie prestation avec Pitera de belle présentation mais un peu trop gras ce qui suscite des applaudissements à son apparition en piste. Bonnes mises en suerte et prestation à la pique, le picador étant applaudi. Le toreo de JB est dominateur sans trop entrer dans les terrains du taureau qui se révèle mieux à droite ce que permet l'alegria du bétail. Á noter des naturelles de belle facture. Il le tue de deux recibir pinché le premier, bas le second. Oreille et applaudissements à l'arratsre.

Cumbrero est plus délicat à la cape et joue de la tête en fin de passe. 3 piques à distances progressives ou il s'emploie peu et sort seul. JB s'astreint à le régler et réussit quelques séries sur les deux cornes avant d'écourter la faena. Tout avait ét montré. Un volapié en se protégeant nécessite deux descabellos. Salut au tiers.