1 contribution / 0 nouveau(x)
pobre de mi

Bon, il faut bien avouer, on n'y croyait pas en y allant...

La première course semblait au rabais...et seul Fandiño aurait pu, peut être faire quelque chose, mais comme le dit mon maçon, quand la brouette est trouée tu n'as pas de sable pour bâtir le mur.

La seconde, ce 1 contre 6, aurait pu, peut être, un peu décoller (je sais, je sais les puerto machin Domecq une cata..) mais rater les épées, essentielles, ne pas se hisser au niveau, oublier de se fouler un peu, oublier le poignet, ou alors il ne faut pas y aller...enfin bref pas un fiasco, mais pas un succès...qui n'a pas fait marrer l'apoderado Casas...

 

Enfin les toros de Adolfo, deux sur six (c'est la fin de saison, et on est au fond du sac) Disons le tout net seul Urdiales surnagea, notamment ces deux séries de naturelles formidables de détachement et de liant, le corps placé...un régal...une oreille...son deuxième adversaire, se casse la jambe et je maintiens que c'est Sérafin Marin qui sort le coin du capote et le fait vriller au moment ou il va toucher le burladero alors qu'un péon fait la même chose à l'opposé...bien sur c'est involontaire.

Mais l'oreille de Sérafin Marin est incompréhensible...heureusement que le réal jouait elle n'aura pas été fêtée à l'exception des catalans en joie sur les gradins....et celle de Diego en valait deux,

Madrid se perd...pobre de mi...

CHF