4 contributions / 0 nouveau(x)
Dernière contribution
Post de Christiane Vanderdeelen à propos des cartels vicois

Je reçois ce matin, de Christiane Vanderdeelen, le message suivant  :

Bonjour Jean-Jacques,

[...] Sachant que vous êtes l’homme orchestre de la rubrique Forum du site de la FSTF, j’aimerais vous demander d’y publier le texte joint. [...]
Peut-être, espérons-le, que j’arriverai par mon message à récolter quelques commentaires... [...]

Certes, ce post, reproduit ci-après, mérite des commentaires. L'intérêt des forums est de permettre aux aficionados d'échanger et débattre courtoisement. J'ouvre ce débat dans l'espoir de nombreuses contributions... Valeureux belluaire dans l'arène, charmant garçon à la ville, tout à fait sympathique, Alberto Lamelas a toujours su se situer avec une belle et franche lucidité. Il doit à l'aficion française qu'il aime et qui le lui rend bien, une carrière française de peu de courses annuelles mais toujours devant des toros de vertad, se prolongeant depuis une bonne douzaine d'années. Parcours que beaucoup de matadors de sa génération peuvent lui envier. Il est, pour moi, l'un des toreros les plus estimables que j'aie connu. Il me semble qu'il vaut mieux que cette carrière, valeureuse mais éprouvante par le nombre de blessures reçues, connaisse maintenant une fin apaisée et heureuse. Fallait-Il le répéter cette année à Vic ? J'ignore s'il y a eu des tractations dans ce sens, je ne suis pas sûr que c'eut été opportun... Il est sûr, par contre, qu'"Alberto Lamelas restera bel et bien une figure emblématique de la feria del toro à Vic."que nous serons toujours heureux de l'accueillir dans des tentadores, des festivals, dans tous nos clubs taurins...

Voici le post de Christiane :

To(o)  Vic or not to(o)  Vic, that’s the question !

Que nous aimons la feria del toro qui fait que depuis 35 ans, en plein San Isidro, nos pas taurins nous amènent dans le Gers, plutôt qu’à Nîmes ou à Madrid.  Mais….

Au vu des carteles (enfin annoncés plus de deux mois après avoir reçu la demande de renouvellement de nos abonnements), mes compagnons et moi sommes abasourdis,  non pas par le choix « prestigieux » des ganaderias, quoiqu’à cet égard on pourrait attendre « autre chose » de Vic vu sa spécificité au sein du paysage taurin (on a pu lire d’ailleurs sur un site espagnol non-subventionné: … una feria de escasa originalidad y personalidad… Es esa la distinction con la que se quiere identificar Vic? ).

Le site de Torobravo était le premier à s’en étonner suivi de pas mal de commentaires sur les réseaux sociaux qui tous, depuis l’annonce des carteles le 30 mars dernier, se posent la même question : pourquoi le Maestro Alberto Lamelas n’est-il pas devant les Dolores Aguirre ?  Cherchons du côté du Club Taurin Vicois (pas chez le torero) qui très bizarrement s’est obstiné à l’écarter. Décidément les vicois ont la mémoire courte : 2014, Cantinillo et le valeureux Lamelas écrivent l’Histoire lors d’authentiques moments d’anthologie taurine ;  2015, une semaine après avoir été blessé à Alès il assume tout de même son contrat à la grande satisfaction de l’afición vicoise (2016, prévu devant les Valdellán, mais empêché par une grave blessure à Alès) ;  2017, toujours devant les Dolores Aguirre il livre un combat autoritaire à ses opposants ;  2018, devant les toros avisés de Raso de Portillo nous fûmes heureux à retrouver le Maestro (que le public entier appela à saluer à l’issue du paseo !) qui a bien mûri, dans son rôle difficile de combattant et qui nous impressionnera toujours par son honnêteté et son courage, lui qui fut le grand triomphateur à Cenicientos l’an passé.

Rebelote d’ailleurs à Mont-de-Marsan où lors de cette temporada 2019 Alberto Lamelas brille à nouveau par son absence ; pourtant en 2016 il s’y était distingué devant les Adolfos, et alors qu’il avait été carrément héroïque devant les Miuras en 2017, voilà que les montois l’écartaient en 2018.

Ainsi ce serait donc le Moun qui donne le (mauvais) exemple aux arènes Joseph Fourniol pour je ne sais quelle raison obscure mais incompréhensible pour de nombreux afcionados ??!!  Les goufres du « système » qui a maintenant contaminé le CTV, sont décidément bien impénétrables (quoique ....) mais pas glorieux.

A des degrés divers, à Vic, les noms de Ruiz Miguel, El Fundi, Garapito, Cantinillo, et Lamelas restent à jamais gravés dans la mémoire des aficionados.  Tel Ulysse, héros épique de l’Odyssée de Homère, dont la valeur guerrière et l’intelligence sont mis en lumière,  Alberto Lamelas restera bel et bien une figure emblématique de la feria del toro à Vic.

Messieurs les vicois cette année je ne vous tire pas mon chapeau : être à ce point inféodés devient presque risible. Franchement, il n’y a pas lieu d’être fiers de votre ostracisme à l’égard de l’un des vôtres, je dirais même qu’il s’agit d’une injustice flagrante. Une société ou institution qui n’honore ou ne respecte pas ses héros, est une société en déclin.  Faites attention de ne pas vendre votre âme au diable (même le Corps des Présidents (CPAC) de la FSTF a encore du pain sur la planche à Vic, s’y trouvant presque sa raison d’être depuis que l’an passé nous avons malheureusement dû constater que c’était le callejon qui donnait ses injonctions au palco…).

Suerte a todos !

LAMELAS

Chère madame Vanderdeelen.

J'ai bien lu vos interrogations quand à la présence d'Alberto Lamelas à Vic Fezensac, et si j'osais je commencerai en cette semaine sainte, et la catastrophe historique que l'on sait à Paris, que les voies du Seigneur sont réellement impénétrables.

Sur un plan plus simple, si j'adhère totalement à certains de vos propos et notamment le lancement des abonos devenus monnaie courante sans que l'on ne connaisse les cartels en détails (ceci étant dit qui permettent tout de même à beaucoup d'aficionados de diluer leurs dépenses sur trois mois.....je suggère d'ailleur que celà soit sur douze mois car au final ce serait le même résultat.) 

En revanche, pour ma part, je suis assez satisfait des élevages choisis pour cette féria du toro. je m'explique, les novillos du "Retamar" que je ne connais pas vraiment vont m'intéresser, je ne sais si ils conviendront au jeune Lagravère qui est à la maison en quelque sorte, ou Dorian Canton que toute l'aficion Pyrénéo Landaise soutient...Mais il est intéressant de voir de nouveaux fers (certains vous demanderont pourquoi pas les novillos gerseois qui ne déméritent nulle part?)

Les Cebada Gago apparemment dans un trés bon moment, sont trompeurs, en effet il existe là comme ailleurs des toros faits pour le marché, des toreos locaux...et des Cebada de respect les deux sangs Nunez et Domecq donnant le change... les Dolores Aguirre, si rares et si précieux dans leur complexité, mais qui sont en danger car qui les présente en corrida, et enfin les Pedraza de Yeltes dont je reconnais volontiers que je ne les classerai pas dans les élevages durs mais plutôt exigeants et qui méritent d'être vus dans une petit Ruedo (Par la taille) et enfin la corrida concours qui reste une des seules véritable en France, avec la chance d'avoir excusez du peu un (Saltillo un Partido de Resina, un Flor de Jara, un los Manos, et un La Quinta et pour finir un Pagès Mailhan) j'ai beau regarder autour de moi dans les arènes régionales et mis à part Céret, Et La Quinta à Mont de Marsan ...je ne vois pas cette diversité. Alors on peut toujours reprocher le manque d'encaste moins connues, le laboratoire, mais il faut le savoir c'est une roulette Russe, et 95 fois sur cent l'aficionado s'emm....en rêvant,  comme le disait à peu près le grand Georges....Du coup les encastes disparaissent (exemple récent les Conde de la Maza) 

J'adhère aussi au fait que les présidences ont été changées, un moment, à Vic, avec peu de succès, et ce, avec des suspiscions, je me souviens d'une oreille donnée à Dufau par un président qui quelques weekends après était l'organisateur d'une autre course, quand les deux autres toreros au moins aussi bons, étaient repartis Fanny ...il existe des présidents de courses dites dures qui savent analyser les comportements piétons et Animaux, et suivre les trois tiers comme il se doit, avec l'influence de chacun de ceux-ci sur le suivant...des piques montées à l'envers, pompées, carioquées, et mises trés en arrière, influencent évidemment le comportement du toro....d'ou mon rejet des indultos de pacotille sur des medio toros non piqués.

Enfin Alberto Lamelas...

J'ai eu l'occasion de le croiser, de discuter avec lui, et j'ai trouvé un torero ouvert, souriant et extrêmement affable. Donc je n'ai rien contre lui. J'étais à Vic lors de son combat contre Cantinillo et à Mont de marsan pour les Miuras et ailleurs...

Que Vic ne l'ai pas invité peut se décliner de nombreuses manières, la toute première étant que Lartigue et Pilès ne sont pas de la même écurie, le premier ayant actuellement la main à Vic. La seconde raison est que pour ma part, je ne me risquerai pas à comparer Alberto Lamelas à Ruiz Miguel ou encore à el Fundi qui eux deux étaient de véritables lidiadors, sachant mettre leur toros en suerte, guider les différents tiers et respecter la Lidia. Alberto Lamelas me semble trés loin de pouvoir tenir la comparaison sur ce sujet. Que ce soit de sa faute ou pas, les cuadrillas qui entourent Alberto Lamelas sont catastrophiques les trois quart du temps. Je pourrai revenir su Cantinillo ce Manso Con Casta, qui sema le trouble dans l'arène et souleva l'émotion, car ingérable par des toreros non aguerris à ce genre de bestiole. L'émotion monta encore par le tercio de pique catastrophique de Gabin Rehabi qui alla défier le toro en milieu de piste (une hérésie à ce moment de la course ou il aurait du probablement suivre les planches et couper la course de Cantinillo pour l'enfermer et le piquer en le bloquant, je me souviens de Bonijol en piste se protégeant derrière son cheval, et des quelques passes données dans le déordre et toutes à droites, dans le recours ...et enfin de l'épée salvatrice sincère et efficace, soulageant tout le monde. L'émotion était au rendez-vous c'est certain, le reste cité plus haut...Plus probable.

De son combat contre le Miura qui le prit et le balança contre les planches à Mont de Marsan, le Miura l'avait bloqué contre les planches raccourcissant la charge, l'ayant "prévenu" quelques instants avant d'un coup de tête appuyé, montrant que le toro l'avait vu...Alberto s'était fait manger le terrain et n'avait pas su se dégager, il eut cette fois là beaucoup de chance....et du courage...car si, sur ce dernier point, je suis d'accord avec vous, il a un coeur "comme ça"...il n'en est pas moins vrai que celà "passe près", et que si celà crèe de l'émotion pure, il n'en demeure pas moins que les passes de recours passées, il se met en danger car son répertoire est ultra "léger", et sa cuadrilla ne l'aide vraiment pas...alors??? Alors me direz-vous, à l'instar des amants cocufiés, on se demande, mais qu'a bien l'autre de plus que lui n'aurait pas?

Des trois retenus, pour la course, (j'ai vu Gomez del pilar et Pacheco toréer déjà), je ne sais pas si ils ont réellement plus de métier ou de talent, ou quoi que ce soit, ils me semblent plus jeunes en tout les cas (ce qui n'est pas un critère me direz-vous avec justesse) et ils ne me paraissent au moins aussi courageux que Lamelas. Comparaison n'étant pas raison je m'arrêterai là...la véritable question est la suivante si sort un excellent toro de Dolores Aguirre, qui est le plus à même des quatre pour le toréer vraiment? 

Un argument avancé souvent par ailleurs et dans d'autres plaza dit que pour payer certains il faut en choisir d'autres moins gourmands et moins en vue...Chacon qui a le vent en poupe, Rafaelillo qui fera le show, pour sur, aranguant  la foule, Pinar, Escribano, Luque et Emilio de Justo se produisent partout dans de grandes arènes avec succès....

Je n'ai pas la réponse. En clair aurait-on pu donner une nouvelle opportunité à Lamelas, certes, oui.

Est-ce une hérésie que de ne pas l'avoir fait? je ne suis pas sur...

Attendons le 9 Juin au soir pour en reparler....

CHF

 

LAMELAS

Chère madame Vanderdeelen.

J'ai bien lu vos interrogations quand à la présence d'Alberto Lamelas à Vic Fezensac, et si j'osais je commencerai en cette semaine sainte, et la catastrophe historique que l'on sait à Paris, que les voies du Seigneur sont réellement impénétrables.

Sur un plan plus simple, si j'adhère totalement à certains de vos propos et notamment le lancement des abonos devenus monnaie courante sans que l'on ne connaisse les cartels en détails (ceci étant dit qui permettent tout de même à beaucoup d'aficionados de diluer leurs dépenses sur trois mois.....je suggère d'ailleur que celà soit sur douze mois car au final ce serait le même résultat.) 

En revanche, pour ma part, je suis assez satisfait des élevages choisis pour cette féria du toro. je m'explique, les novillos du "Retamar" que je ne connais pas vraiment vont m'intéresser, je ne sais si ils conviendront au jeune Lagravère qui est à la maison en quelque sorte, ou Dorian Canton que toute l'aficion Pyrénéo Landaise soutient...Mais il est intéressant de voir de nouveaux fers (certains vous demanderont pourquoi pas les novillos gerseois qui ne déméritent nulle part?)

Les Cebada Gago apparemment dans un trés bon moment, sont trompeurs, en effet il existe là comme ailleurs des toros faits pour le marché, des toreos locaux...et des Cebada de respect les deux sangs Nunez et Domecq donnant le change... les Dolores Aguirre, si rares et si précieux dans leur complexité, mais qui sont en danger car qui les présente en corrida, et enfin les Pedraza de Yeltes dont je reconnais volontiers que je ne les classerai pas dans les élevages durs mais plutôt exigeants et qui méritent d'être vus dans une petit Ruedo (Par la taille) et enfin la corrida concours qui reste une des seules véritable en France, avec la chance d'avoir excusez du peu un (Saltillo un Partido de Resina, un Flor de Jara, un los Manos, et un La Quinta et pour finir un Pagès Mailhan) j'ai beau regarder autour de moi dans les arènes régionales et mis à part Céret, Et La Quinta à Mont de Marsan ...je ne vois pas cette diversité. Alors on peut toujours reprocher le manque d'encaste moins connues, le laboratoire, mais il faut le savoir c'est une roulette Russe, et 95 fois sur cent l'aficionado s'emm....en rêvant,  comme le disait à peu près le grand Georges....Du coup les encastes disparaissent (exemple récent les Conde de la Maza) 

J'adhère aussi au fait que les présidences ont été changées, un moment, à Vic, avec peu de succès, et ce, avec des suspiscions, je me souviens d'une oreille donnée à Dufau par un président qui quelques weekends après était l'organisateur d'une autre course, quand les deux autres toreros au moins aussi bons, étaient repartis Fanny ...il existe des présidents de courses dites dures qui savent analyser les comportements piétons et Animaux, et suivre les trois tiers comme il se doit, avec l'influence de chacun de ceux-ci sur le suivant...des piques montées à l'envers, pompées, carioquées, et mises trés en arrière, influencent évidemment le comportement du toro....d'ou mon rejet des indultos de pacotille sur des medio toros non piqués.

Enfin Alberto Lamelas...

J'ai eu l'occasion de le croiser, de discuter avec lui, et j'ai trouvé un torero ouvert, souriant et extrêmement affable. Donc je n'ai rien contre lui. J'étais à Vic lors de son combat contre Cantinillo et à Mont de marsan pour les Miuras et ailleurs...

Que Vic ne l'ai pas invité peut se décliner de nombreuses manières, la toute première étant que Lartigue et Pilès ne sont pas de la même écurie, le premier ayant actuellement la main à Vic. La seconde raison est que pour ma part, je ne me risquerai pas à comparer Alberto Lamelas à Ruiz Miguel ou encore à el Fundi qui eux deux étaient de véritables lidiadors, sachant mettre leur toros en suerte, guider les différents tiers et respecter la Lidia. Alberto Lamelas me semble trés loin de pouvoir tenir la comparaison sur ce sujet. Que ce soit de sa faute ou pas, les cuadrillas qui entourent Alberto Lamelas sont catastrophiques les trois quart du temps. Je pourrai revenir su Cantinillo ce Manso Con Casta, qui sema le trouble dans l'arène et souleva l'émotion, car ingérable par des toreros non aguerris à ce genre de bestiole. L'émotion monta encore par le tercio de pique catastrophique de Gabin Rehabi qui alla défier le toro en milieu de piste (une hérésie à ce moment de la course ou il aurait du probablement suivre les planches et couper la course de Cantinillo pour l'enfermer et le piquer en le bloquant, je me souviens de Bonijol en piste se protégeant derrière son cheval, et des quelques passes données dans le déordre et toutes à droites, dans le recours ...et enfin de l'épée salvatrice sincère et efficace, soulageant tout le monde. L'émotion était au rendez-vous c'est certain, le reste cité plus haut...Plus probable.

De son combat contre le Miura qui le prit et le balança contre les planches à Mont de Marsan, le Miura l'avait bloqué contre les planches raccourcissant la charge, l'ayant "prévenu" quelques instants avant d'un coup de tête appuyé, montrant que le toro l'avait vu...Alberto s'était fait manger le terrain et n'avait pas su se dégager, il eut cette fois là beaucoup de chance....et du courage...car si, sur ce dernier point, je suis d'accord avec vous, il a un coeur "comme ça"...il n'en est pas moins vrai que celà "passe près", et que si celà crèe de l'émotion pure, il n'en demeure pas moins que les passes de recours passées, il se met en danger car son répertoire est ultra "léger", et sa cuadrilla ne l'aide vraiment pas...alors??? Alors me direz-vous, à l'instar des amants cocufiés, on se demande, mais qu'a bien l'autre de plus que lui n'aurait pas?

Des trois retenus, pour la course, (j'ai vu Gomez del pilar et Pacheco toréer déjà), je ne sais pas si ils ont réellement plus de métier ou de talent, ou quoi que ce soit, ils me semblent plus jeunes en tout les cas (ce qui n'est pas un critère me direz-vous avec justesse) et ils ne me paraissent au moins aussi courageux que Lamelas. Comparaison n'étant pas raison je m'arrêterai là...la véritable question est la suivante si sort un excellent toro de Dolores Aguirre, qui est le plus à même des quatre pour le toréer vraiment? 

Un argument avancé souvent par ailleurs et dans d'autres plaza dit que pour payer certains il faut en choisir d'autres moins gourmands et moins en vue...Chacon qui a le vent en poupe, Rafaelillo qui fera le show, pour sur, aranguant  la foule, Pinar, Escribano, Luque et Emilio de Justo se produisent partout dans de grandes arènes avec succès....

Je n'ai pas la réponse. En clair aurait-on pu donner une nouvelle opportunité à Lamelas, certes, oui.

Est-ce une hérésie que de ne pas l'avoir fait? je ne suis pas sur...

Attendons le 9 Juin au soir pour en reparler....

CHF

 

LAMELAS

Chère madame Vanderdeelen.

J'ai bien lu vos interrogations quand à la présence d'Alberto Lamelas à Vic Fezensac, et si j'osais je commencerai en cette semaine sainte, et la catastrophe historique que l'on sait à Paris, que les voies du Seigneur sont réellement impénétrables.

Sur un plan plus simple, si j'adhère totalement à certains de vos propos et notamment le lancement des abonos devenus monnaie courante sans que l'on ne connaisse les cartels en détails (ceci étant dit qui permettent tout de même à beaucoup d'aficionados de diluer leurs dépenses sur trois mois.....je suggère d'ailleur que celà soit sur douze mois car au final ce serait le même résultat.) 

En revanche, pour ma part, je suis assez satisfait des élevages choisis pour cette féria du toro. je m'explique, les novillos du "Retamar" que je ne connais pas vraiment vont m'intéresser, je ne sais si ils conviendront au jeune Lagravère qui est à la maison en quelque sorte, ou Dorian Canton que toute l'aficion Pyrénéo Landaise soutient...Mais il est intéressant de voir de nouveaux fers (certains vous demanderont pourquoi pas les novillos gerseois qui ne déméritent nulle part?)

Les Cebada Gago apparemment dans un trés bon moment, sont trompeurs, en effet il existe là comme ailleurs des toros faits pour le marché, des toreos locaux...et des Cebada de respect les deux sangs Nunez et Domecq donnant le change... les Dolores Aguirre, si rares et si précieux dans leur complexité, mais qui sont en danger car qui les présente en corrida, et enfin les Pedraza de Yeltes dont je reconnais volontiers que je ne les classerai pas dans les élevages durs mais plutôt exigeants et qui méritent d'être vus dans une petit Ruedo (Par la taille) et enfin la corrida concours qui reste une des seules véritable en France, avec la chance d'avoir excusez du peu un (Saltillo un Partido de Resina, un Flor de Jara, un los Manos, et un La Quinta et pour finir un Pagès Mailhan) j'ai beau regarder autour de moi dans les arènes régionales et mis à part Céret, Et La Quinta à Mont de Marsan ...je ne vois pas cette diversité. Alors on peut toujours reprocher le manque d'encaste moins connues, le laboratoire, mais il faut le savoir c'est une roulette Russe, et 95 fois sur cent l'aficionado s'emm....en rêvant,  comme le disait à peu près le grand Georges....Du coup les encastes disparaissent (exemple récent les Conde de la Maza) 

J'adhère aussi au fait que les présidences ont été changées, un moment, à Vic, avec peu de succès, et ce, avec des suspiscions, je me souviens d'une oreille donnée à Dufau par un président qui quelques weekends après était l'organisateur d'une autre course, quand les deux autres toreros au moins aussi bons, étaient repartis Fanny ...il existe des présidents de courses dites dures qui savent analyser les comportements piétons et Animaux, et suivre les trois tiers comme il se doit, avec l'influence de chacun de ceux-ci sur le suivant...des piques montées à l'envers, pompées, carioquées, et mises trés en arrière, influencent évidemment le comportement du toro....d'ou mon rejet des indultos de pacotille sur des medio toros non piqués.

Enfin Alberto Lamelas...

J'ai eu l'occasion de le croiser, de discuter avec lui, et j'ai trouvé un torero ouvert, souriant et extrêmement affable. Donc je n'ai rien contre lui. J'étais à Vic lors de son combat contre Cantinillo et à Mont de marsan pour les Miuras et ailleurs...

Que Vic ne l'ai pas invité peut se décliner de nombreuses manières, la toute première étant que Lartigue et Pilès ne sont pas de la même écurie, le premier ayant actuellement la main à Vic. La seconde raison est que pour ma part, je ne me risquerai pas à comparer Alberto Lamelas à Ruiz Miguel ou encore à el Fundi qui eux deux étaient de véritables lidiadors, sachant mettre leur toros en suerte, guider les différents tiers et respecter la Lidia. Alberto Lamelas me semble trés loin de pouvoir tenir la comparaison sur ce sujet. Que ce soit de sa faute ou pas, les cuadrillas qui entourent Alberto Lamelas sont catastrophiques les trois quart du temps. Je pourrai revenir su Cantinillo ce Manso Con Casta, qui sema le trouble dans l'arène et souleva l'émotion, car ingérable par des toreros non aguerris à ce genre de bestiole. L'émotion monta encore par le tercio de pique catastrophique de Gabin Rehabi qui alla défier le toro en milieu de piste (une hérésie à ce moment de la course ou il aurait du probablement suivre les planches et couper la course de Cantinillo pour l'enfermer et le piquer en le bloquant, je me souviens de Bonijol en piste se protégeant derrière son cheval, et des quelques passes données dans le déordre et toutes à droites, dans le recours ...et enfin de l'épée salvatrice sincère et efficace, soulageant tout le monde. L'émotion était au rendez-vous c'est certain, le reste cité plus haut...Plus probable.

De son combat contre le Miura qui le prit et le balança contre les planches à Mont de Marsan, le Miura l'avait bloqué contre les planches raccourcissant la charge, l'ayant "prévenu" quelques instants avant d'un coup de tête appuyé, montrant que le toro l'avait vu...Alberto s'était fait manger le terrain et n'avait pas su se dégager, il eut cette fois là beaucoup de chance....et du courage...car si, sur ce dernier point, je suis d'accord avec vous, il a un coeur "comme ça"...il n'en est pas moins vrai que celà "passe près", et que si celà crèe de l'émotion pure, il n'en demeure pas moins que les passes de recours passées, il se met en danger car son répertoire est ultra "léger", et sa cuadrilla ne l'aide vraiment pas...alors??? Alors me direz-vous, à l'instar des amants cocufiés, on se demande, mais qu'a bien l'autre de plus que lui n'aurait pas?

Des trois retenus, pour la course, (j'ai vu Gomez del pilar et Pacheco toréer déjà), je ne sais pas si ils ont réellement plus de métier ou de talent, ou quoi que ce soit, ils me semblent plus jeunes en tout les cas (ce qui n'est pas un critère me direz-vous avec justesse) et ils ne me paraissent au moins aussi courageux que Lamelas. Comparaison n'étant pas raison je m'arrêterai là...la véritable question est la suivante si sort un excellent toro de Dolores Aguirre, qui est le plus à même des quatre pour le toréer vraiment? 

Un argument avancé souvent par ailleurs et dans d'autres plaza dit que pour payer certains il faut en choisir d'autres moins gourmands et moins en vue...Chacon qui a le vent en poupe, Rafaelillo qui fera le show, pour sur, aranguant  la foule, Pinar, Escribano, Luque et Emilio de Justo se produisent partout dans de grandes arènes avec succès....

Je n'ai pas la réponse. En clair aurait-on pu donner une nouvelle opportunité à Lamelas, certes, oui.

Est-ce une hérésie que de ne pas l'avoir fait? je ne suis pas sur...

Attendons le 9 Juin au soir pour en reparler....

CHF