4 contributions / 0 nouveau(x)
Dernière contribution
Pundonor

 

Manuel a répondu à mon mail, il va bien, il se remet et comme il l'écrit lui-même : “prêt à refaire la guerre“...du moins dans sa tête, parce que Manuel est un ressuscité.

Il est couché sur son lit d'hôpital, les drains bien en place, il se remet vite.

C'est cela, la faculté des toreros, vite récupérer.

Lui, Manuel, se relève d'une de ces blessures dont on parle peu dans le monde taurin, mais qui a des conséquences qui peuvent être dramatiques.

Sotillo de la Adrada est un petit pueblo de la province d'Avila, le genre d'endroit ou généralement les toreros ne se “jouent pas la vie“, seulement voilà, dans le genre, il y des types avec un truc en plus qui s'appelle le pundonor.

Manuel Escribano lui, l'a.

Alors, paire de banderilles al quiebro collé aux planches..le toro touche, le soulève, la corne ne pénètre pas...

Je ne me souviens pas qui exactement, mais un torero connu, un jour a dit :“les blessures par corne quand celle-si ne pénètre pas, sont des bombes à retardement..“ Il avait raison.

Manuel, a le souffle coupé, il respire mal et est un peu groggy...infirmerie, on se rassure, la corne n'a pas pénétrée.

Alors on attend un peu qu'il se refasse, c'était son second toro, un Flor de Jara, plutôt bon.

Manuel a mal au ventre, il pâlit, ne se sent pas bien, la douleur est terrible...finies les tergiversations, direction l'hôpital le plus proche...à peine arrivé..Manuel livide est pris en charge..examen, quatre litres de sang se sont répandus dans son ventre intact si ce n'est une contusion volumineuse.

A l'intérieur, sa veine illiaque s'est rompue...encore quelques minutes et il mourrait.

 

Sergio aussi a répondu, nous l'encourageons, nous qui l'avons vus à Bayonne, il y a à peine quinze jours.

Il va mieux chaque jour, mais la blessure est sérieuse.

Sergio Flores

Trois cornadas, 5, 10, et 15 cms rectum évité de peu. Je n'aime pas ces passes en redondo, de dos, mais Sergio est en confiance et là il torèe chez lui, au mexique..

Il nous écrit qu'il va se reposer et se refaire vite, pour toréer de nouveau, rapidement...

Pundonor, pas un mot pour se plaindre.

 

Hier, Nîmes, une Corrida de Miura.

David Adalid, banderillero reconnu comme l'un des tous meilleurs. Quiebro contre les planches, le Miura le prend au mollet, blessure, on l'emporte, son bas devient rouge écarlate, il écarte tout le monde et contre l'avis de son matador, il va poser la seconde paire qui lui échoit...blessé, il ne peut s'écarter assez rapidement de la tête du toro avisé...il est bousculé, repris...8 et 15 cms, mollet et genou droit...

 

Pundonor, folie...et si c'était aussi ça être torero...

 

Pour finir, Morante de la puebla, il vient à Dax après un un contre six, à Ronda (trois oreilles) il sort de blessure. Depuis quinze jours ça chuchotte dans le mundillo, viendra, viendra pas?

Il peut prétendre à un certificat médical.

Il vient, il est en mano à mano face à Sébastien castella. (Alcurrucen, Garcigrande et Victorino martin)

Sort son Victorino, un tonton.

On peut ergoter des siècles sur le c'était mieux avant...mais ce toro, compliqué et avisé rapidement, va prendre une première pique en poussant la cavalerie jusqu'au centre et retour aux planches, et va prendre une seconde pique...

Ce Victorino là, va semer la panique jusqu'à blesser tour à tour les deux banderilleros, qui, pundonor pour Paco Pena (son partenaire ayant été évacué avec un poignet cassé) et après avoir été pris une première fois à son tour, repart poser sa deuxième paire, dans les cornes, et sera poursuivi jusqu'au refuge dans une course de plus de vingt mètres la corne dans les reins...il ne cèdera rien.

Alors Morante, qui n'a aucun intérêt de se mouiller plus qu'il ne faut, va s'y mettre....Pundonor..

il torèe ce Victorino, il l'humilie, c'est une bagarre de rue, et surtout il lui tire quelques passes avec sa profondeur, son toreo...Pundonor..je le prends à gauche, et oui, ce toro ne veut pas passer...je vous le montre brave gens...la corne lui saute au visage...je le revois en début de saison à Istres...un torito mais quelle gestuelle, et là, il se joue la peau...le Victorino se retourne comme un piège à souris..quelle différence mes aïeux avec les domecqs d'hier...Morante tue mal..oui, il a sans doute eu peur (quoi que..?) oui il a été méfiant, mais oui il a toréé ce toro...Dans sa tête parfois embrumée, que peut-il se passer, qu'a-t-il pu se dire ? Entre le sable de Ronda, et le Victorino du jour...pundonor.

 

CHF

 

pundonor

Le grand et omnipotent El Juli ferait bien de s'en inspirer...

pundonor

Dans la série "pundonor",il serait dommage de ne pas citer cette paire de palos d'Escribano à Vic cette année.

Quiebro,le dos collé aux planches,je dis bien le dos collé aux planches et non pas comme Adalid par exemple à Nimes parallèle aux planches.Comme à Sotillo de la Adrada.Les arènes se sont levées comme un seul homme.Grand moment d'émotion.Une seule réserve tout de même:le toro ne s'arrange pas à taper contre les tablas !

manolo

Pundonor

Oui c'est vrai , Escribano aussi à Aignan en début de saison, mais l'un est matador et l'autre subalterne...il y a aussi d'autres gestes par exemple celui de Mora à Salamanca qui, voyant qu'il avait perdu les trophées pour avoir pinché tue à cuerpo limpio (l'image est impressionnante) 

cordialement