1 contribution / 0 nouveau(x)
Quelqu'un aurait une calculatrice?

 

Bon je me l’étais promis : je me tairai.

C’est à dire qu’à force de répéter les mêmes choses on se perd un peu.

Alors, je l’avais dit : je me tairai.

C’est vrai, après tout, je n’ai aucune obligation, ni de dire, ni d’écrire.

Ecrire pour écrire cela devient au mieux un exercice au pire une habitude.

Alors, je me suis dit, cette fois-ci (à l’instar de César qui demandait à son fils : laisses un peu mesurer les autres) laisses un peu écrire les autres.

Comme je ne suis payé par personne pour mettre trois mots, que je n’aime poser que des ressentis (d’autres écrivent tellement mieux les détails, les nombres de piques, de passes, de choses techniques) je ne note jamais rien.

Alors j’ai failli me fendre d’un sobre : “hier j’avais piscine“ qui aurait parfaitement été le contrepoids de la “piste aux étoiles“, proposée il y a deux jours, et du fiasco comico-taurin d’hier.

 

Bon, alors j’ai vu, et lu Perera..ben oui, la jambe en arrière, mais moi, ça me fait marrer la jambe en arrière, ils le font tous, enfin les big five (sauf Morante quand il s’arrime (et seulement là)) parce que quand il allume le puro et discute avec le rouquin son cousin, tu peux toujours repasser, le toro aussi, Morante il ne voit rien… …et puis le “saut de la rana del lado del rio“ de Juli (et entre nous, regardez bien les épées de Perera) vous verrez ou il passe…

Et oui, il fait passer les toros la jambe en arrière…bref, sempiternelles passes tronquées, truquées et répétées sur des invalides dont tout le monde ne parie pas une “pipa“ crachée avant le troisième tiers..mais que “tout le monde“ veut,

Qui n’a pas ses oreilles qui, son indulto ??.

C’est le même argument partout (Dax, Istres, Nîmes avec qui vous savez, en Espagne, au Mexique) l’indulto ça te situe dans l’élite..tu deviens crédible, beau, et tu as droit à ton nom sur la sainte bible de Mundotoro..

Mais au delà ?

Alors quand je demande des détails sur les derniers indultés, nom, élevage, poids, comportement, aux trois tiers etc..trés peu sont capables de me répondre.

C’est vrai, ça on devrait tout savoir d’un toro indulté, d’ou il vient, sa fiche d’identité, tout ce qui le concerne quoi.

Bon j’en reviens à mes toros du troisième tiers (c’est aussi douloureux que celui des impôts ce troisième tiers) d’ailleurs d’impôts à impotents, il n’y a juste qu’un pas…que je pourrais faire allègrement…hier je suis passé de la fête des mères, à la fêtes des M…….des.

J’étais donc sur la digestion…oui parce que Fête des mères aidant, et vu le temps pourri, Nous sommes restés attablés toute l’après midi à discuter avec des gens charmants, à l’excellentissime restaurant Soleil, de l’hôtel Beausoleil, plein comme un œuf..

Donc une digestion c’est deux heures, environ, la corrida elle, a duré trois heures pleines.

Vas expliquer en rentrant, que  c’est parce que c’était nul, que ça a duré une heure de plus, je te le dis tout net, tu  n’es pas  crédible, on te pense chez Zézé au comptoir ou en vadrouille avec les “arsouillos“, ailleurs, à la xunga (prononcer tchounga) chez Paxi (là, pareil) mais pas aux arènes..

Alors, hier Madrid, moi je m’en fichais, que ça dure, j’avais à côté de moi le célébrissime Pierre Deligne (oui, ben vous allez sur wikipédia, cherchez un peu, moi je ne vous mâche pas tout le boulot hein ?)

Bon donc, heureusement qu’il était à Côté de moi, Pierre, ça m’a aidé à m’y retrouver.

Du peñjaras (au cinquième changement on commence à se chatouiller sous les bras pour voir, en se marrant, si on ne rêve pas)..Du El Cortijillo, du Torrealba, Los Cholpes, Roselada, ou encore conde de la maza…tous aussi tristes les uns que les autres..

Une dégringolade, l’étalage de l’indigence de l’élevage dans toute sa splendeur.

Sinon, tous ces bœufs c’était magnifique, et ce Mayoral des arènes (c’est lui, qui a le plus bossé)..sérieux, travailleurs, torero avec son bolero..

Et la tête dépitée des matadors qui ne savaient plus quel toro de quel élevage ils allaient bien pouvoir toréer ?

On les oubliera aussi vite les pauvres petits, même Lamelas qui se livra au je ne sais plus combien..tième (cinq, mais deuxième en fait)..une simili faena de courage…sur un toro triste à mourir…

 

Eux, à l’opposé des figuras se prenaient la tête dans les mains, larmes aux yeux, au lieu de prendre le public à témoin comme un vulgaire Manzanares…ils perdaient toutes leurs illusions..et les contrats qui vont avec.

 

Très peu de choses à se mettre sous la dent en somme, mais comme le jour d’avant, comme toujours avec ces toros là…génuflexion, coups de têtes, refus, piques parallèles, dans le dos,  au cheval…pas trop…hein ?

Faut pas exagérer il faut qu’ils embistent  tout de même les bestiaux.. bref des nullités absolues, et dire qu’on va voir ça partout ailleurs, parce que là, c’est Madrid quand même alors le reste vous imaginez…audacieux les toros on vous dit..(Pub dacquoise de cette année pour la féria composée à 90% de Domecq) c’est quoi un toro audacieux ???

Mais comme je le dis encore, il faut atteindre le fond pour que quelqu’un réagisse..

Ben là on a jamais été aussi près..

C’est pourquoi je n’écrirai pas une ligne…hein, comment ?

C’est fait.. ?

Alors j’arrête là…

 

CHF