Le 24 octobre 2013, sous l’égide de la Fondation 30 Millions d'Amis, 24 penseurs, philosophes, écrivains, historiens et scientifiques, ont signé un manifeste par lequel ils réclament que le Code Civil soit modifié pour créer entre les personnes et les biens une nouvelle catégorie où se situerait – comment dire ? – l’animal ou les animaux (il s’agirait en fait des vertébrés hors les poissons !?).

Ce manifeste s’appuie sur le "Rapport Antoine", publié en 2005 et qui n’a connu, jusqu'ici, aucune suite.

Le texte du manifeste est à découvrir ici avec les signatures de ses 24 auteurs.

Jean-Baptiste Seube, Professeur de droit, Doyen Honoraire de la Faculté  de droit et d’économie de La Réunion, spécialiste reconnu du droit des biens, a expliqué pourquoi il ne fallait pas modifier le Code Civil. C’est à lire sur le site de l’ONCT.

L’émission de Frédéric Taddei, "Ce soir ou jamais", du 8 octobre consacrait sa dernière parie au thème : "Le statut juridique des animaux comme «être sensible»".

Participaient au débat : Frédéric Lenoir, philosophe, sociologue et écrivain, signataire du manifeste des 24, Alexis Grüss, propriétaire du Cirque National Grüss, qui défendait la présence des animaux dans les cirques, Thomas VDB,  comédien et humoriste, dont le sketch sur la dépigeonnisation a illustré avec humour la hiérarchique relativité de nos préoccupations sociétales et Francis Wolff, faut-il le rappeler, professeur de philosophe à l’Ecole normale supérieure, qui a ouvert avec une simple et bonhomme évidence la compréhension de la philosophie et du droit à tous les spectateurs et auditeurs de l’émission pour qu’ils discernent clairement combien une modification de la définition de l’animal dans notre Code Civil serait, non seulement inutile, mais, a fortiori, nuisible.

Il sera à l'émission de F-O Giesbert sur le même sujet, jeudi prochain (21h35, France 5), à ne pas manquer. 

Mais profitons, ci-dessous,  du "replay", comme on dit, de "Ce soir ou jamais", tant qu’il est accessible. Dépêchons-nous !