Retour de Zaragoza

Quelques réflexions suite à la corrida concours célébrée à Zaragoza le jour de la Saint Georges (23 avril 2019) :

  • D’abord, le paseo débute avec trois minutes de retard dans une arène de 1ère catégorie ; Rome n’est plus dans Rome … ;
  • Entre un quart et un tiers d’arène, situation malheureusement habituelle pour la Misericordia quand il n’y a pas de figuras au cartel ;
  • Sur six élevages mis en compétition (Saltillo, Miura, Carriquiri, Concha y Sierra, Murteira Grave et Pablo Mayoral), aucun n’a fourni un toro complet ;
  • Le Murteira Grave, qui a obtenu le prix du meilleur toro, n’a été que (très) peu piqué ;
  • Du côté des hommes : Domingo Lopez-Chaves est le seul à s’être montré lidiador ; David Galvan est passé sans gloire mais avec quelque peine, échappant au 3ème avis lors de la lidia du dernier toro grâce à la mansuétude présidentielle de José Antonio Ezquerra, qui a fait sonner le 2ème à 14 minutes ; quant au torero de la tierra, Daniel Cuevas, on se demandait bien ce qu’il faisait là, et lui aussi d’ailleurs ;
  • Enfin, j’ai bien aimé l’humour du revistero du Heraldo de Aragon au sujet des 80 à 100 (eh oui …) anti-corrida qui, peut-être pour la 1ère fois, « honoraient » la Saint-Georges de leurs vociférations haineuses, ayant réservé jusqu’ici cet honneur à la Feria del Pilar : « On se demande s’ils étaient là pour protester contre la mort des toros ou contre celle du dragon que, selon la légende, Saint Georges terrassa. ».

Bernard Desvignes