1 contribution / 0 nouveau(x)
Retour de Zaragoza par BD

Retour de Zaragoza

Feria del Pilar, mercredi 9 octobre 2019. Corrida de D. Adolfo Martin pour Alberto Alvarez, Manuel Escribano et Daniel Luque. Une bonne surprise pour commencer : pas loin d’une demi-arène pour une course de milieu de semaine, sans figuras, mais il est vrai avec le « régional de l’étape » Alvarez.

Lot composé de trois cinqueños et de trois cuatreños « bien tassés », desigual, très armé mais d’armures tout sauf harmonieuses ; bref, un lot faisant fond de tiroir, donc limite pour une arène de 1ère catégorie. L’ensemble est sorti sans poder, avec des charges parcimonieuses, générant l’ennui ; l’ensemble … sauf le 5ème, qui lui a poussé, au moins à la 1ère pique, et a montré de l’allant au 3ème tiers.

Avec ce 5ème , Escribano a d’entrée « mis le paquet » avec une attente a porta gaïola suivie d’une larga à genoux. Sentant le toro propice au succès, en vieux routier, il a tout fait pour se gagner le public, avec les banderilles « maison », une entame de faena par deux passes au centre dans le dos suivies d’un trasteo tape-à-l’œil, sans risque de tacher le costume, sauf que …

Sauf que les banderilles étaient à cornes passées ;

Sauf que les naturelles étaient données avec le bâtonnet tenu par tout le bout ;

Sauf que, au moins à deux reprises, son toro lui a signifié sans ambiguïté qu’il n’était pas dupe. Il ne l’était tellement pas qu’il lui a fait payer par la visite (pourtant gratuite) d’une bonne moitié du ruedo -et celui de la Misericordia est grand- au moment du cadrage ;

Sauf que l’épée a été placée très largement en avant …

Mis à part une petite fraction du public, pas dupe elle non plus, la demande d’oreille a bien sûre été majoritaire, même compte-tenu du fait que les coussins agités à la place des mouchoirs, cela fait beaucoup de blanc. Mais une autre personne n’a pas été dupe de la supercherie elle non plus, la présidente, et la dépouille est sortie avec ses oreilles, générant bien sûr une triple bronca : avant l’arrastre, après la double vuelta (como no ?) d’Escribano et à la fin de course.

Antiréglementaire me direz-vous ? Certes, mais réjouissant, et la Sra Carolina Chaves Marcuello tiene cojones.