4 contributions / 0 nouveau(x)
Dernière contribution
on souffle un peu

ON SOUFFLE UN PEU ……

 

Bon, voilà que le premier tercio vient de s’achever.

Oui fin juin pour moi c’est la fin du premier tercio.

On souffle un peu en fin Juin, ou le cycle des novilladas va reprendre juste avant les grandes férias (je parle du Sud Ouest) et les corridas toristas Cérétanes et d’Orthez.

Donc le temps de se refaire la raie, ou la coiffure pour tous ceux qui, comme moi, ont la chance de friser du cheveu, on se pose et on refait le match..(ça c’est ma piètre caution à la coupe du monde de football auquel je ne comprends malheureusement pas grand-chose.).

Donc, un bon fauteuil, un verre de Porta Gayola (ça, si vous ne connaissez pas, laissez vous faire et goûtez le, vous m’en direz des nouvelles)

 

Pour le moment ne me restent en mémoire (comme ça et sans reprendre aucune note) que quelques fulgurances.

 

D’abord chez les toreros et avant tout, Alberto Lamelas, qui, et ce, depuis bien longtemps, m’a donné le véritable grand Frisson avec sa faena au dernier Dolores Aguirre de Vic Fezensac.

 

Frissons de terreur, rarement, depuis longtemps,  crois que la dernière fois ça a été de voir Francisco Espla aux portes du paradis, ou Julien Lescarret, à Béziers, devant un Miura qui lui cherchait la gorge en permanence, je n’ai ressenti une telle trouille devant l’imminence de la blessure..

 

Frissons de plaisir, aussi, de voir, dans ce chaos, le gamin s’arrimer, comme Georges Clooney dans le film où il barre son bateau dans une tempête inouïe.

What Else ? Ah oui..

Tu avais envie de lui dire ne fais pas ça, ne vas pas là (Comme quand on parle aux mômes) ça ronflait dur, en bas, c’était Sarajevo, le Mali,  Gravelotte, le pont de la rivière Kwaï.

Dans les gradins ça ronflait dur aussi, je me suis attrapé avec un type, qui gueulait après Gabin, que le sabot antérieur droit dudit Destinado, cheval de pique de son état, avait mordu la ligne et pourquoi pas le “Sabot Line Technology“ tant qu’on y est, bien sûr qu’il fallait y aller (j’étais même pour un autre puyazo) moi.

 

Et ce président enfermé dans son carcan cravate, blazer…“yo soy“ disent les Espagnols.

Et voilà, pour la peine, un second tour de piste, et le Picador, et l’éleveur de chevaux, et le cheval…

Zut, ils ont juste oublié le Mayoral.

 

Voilà, je me souviens aussi de cette épée incroyable de Fandiño, à Cuerpo Limpio, tout ça pour prendre une deuxième oreille à Madrid durant la feria.

 

Bien sur, je me souviens aussi de la puerta Gayola de Mora, renvoyé à l’infirmerie, et de cette incroyable corrida ou trois toreros sont au tapis au second toro.

 

Je revois aussi le sourire éclatant d’Alberto Aguilar à Madrid avec le dernier Montealto, cette faena limpide allant à mas, et cette épée foudroyante.

En parlant d’épée, celle de Joselito Adame, encore à Madrid oreille refusée par une présidence aveugle.

Enfin, la faena de Joselito, à Istres, cette classe absolument définitive, comme celle de Ponce et ce frisson léger, comme une ridule à la surface du ruisseau.

 

Chez les cornus, deux ou trois lots me restent en mémoire.

Bien sur, les Dolores Aguirre, encore : “la guerre en enfer“.

Parce que, nous reste en rétine, le dernier, mais franchement tout le lot a été très intéressant, rappelez vous comment la cuadrilla de Castaño a été mise en échec, souvenez vous de ce second toro, mort en milieu de piste, mufle fermé, et qui a semé la panique.

Du cinquième inaltérable machine à charger mais sans se plier.

Un lot de toros à “l’ancienne“, et qui ne laisse pas indifférent l’amateur torista ou non.

 

Moindre, le lot de Cebada Gago, mais un lot complet et très agréable, avec de la caste et de la noblesse, un peu faiblard certes, mais qui nous a donné “du jeu“.

 

Je me souviens encore, de ce lot de Rehuelga de Saint Martin De Crau, et notamment du cinquième, qui aurait été indulté dans un paquet d’arènes, et qui ne le fut pas, fort heureusement.

Mais qui a permis de mettre en avant toute la qualité du lot entier, et je vous fiche mon billet que les Rehuelga il va y en avoir dans les deux ou trois saisons à venir dans quelques arènes de respect.

 

Voilà, après ça, les choses m’ont moins marquées.

Et donc je m’arrêterai là.

D’autres auront vus d’autres choses, sans doute, peut être plus, peut être moins.

 

Allez un autre Puerta Gayola (je vais essayer le rouge après le blanc.) frais c’est une tuerie.

Allez, on souffle un peu…

 

CHF

Enhorabuena!

Enhorabuena!

Est-ce qu'on s'est croisés, à Céret, ou ailleurs?

croisés

Sans nul doute, car on doit avoir peu ou prou fréquentés quelques mêmes arènes...comme disait l'autre, y'a pas de raison..

CHF

croisés

Sans nul doute, car on doit avoir peu ou prou fréquentés quelques mêmes arènes...comme disait l'autre, y'a pas de raison..

CHF