1 contribution / 0 nouveau(x)
Souviens toi des jolies choses

Maman vient de me sourire, sa main aux veines noircies d'avoir été trop piquées cherche quelque chose.

Je pose ma main dans la sienne, elle a le regard un peu perdu, mais je sens que ma main lui fait du bien, la rassure. je lui parle comme on parle à un enfant.Elle connait le timbre de ma voix son corps se relâche un peu. Son souffle un peu rauque s'adoucit, elle dort.

Je regarde au loin, les vieux toits de l'ancien Hôpital, écrasés de chaleur, la bàs, 1500 kilomètres plus bas Jose Tomas défile.

J'ai bien essayé d'avoir une place, mais vas te faire empapouéter, soit tu prends l'abono, soit tu reste chez toi. Seulement, je bosse, et maman qui vient de nouveau d'être hospitalisée, avec un pronostic incertain...ça sera donc sans moi.

Le Juli, Perrera.....tout ça trés peu pour moi merci, déjà que Morante, hein? Alors Roca Rey? Pas si sur, il piétine un peu le garçon, n'arrive pas à déployer ses ailes au milieu du “milieu“ mêmes toros, mêmes toreros.

Alors bien sur, voir Jose Tomas, même dans une arène de troisième catégorie. A tel point que l'on ne sait plus si c'est pour le voir ou dire j'y étais....?

J'ai vu les images, bon, bof, c'est du tout pareil, sauf un quite de Pepe Tommy ou encore une série, main tombée avec relâchement total du corps....un indulto plus loin, c'est déjà fini.

Ici, maman reprend conscience elle me sourit, est-ce vraiment à moi, ou à mon père, mon frère décédé, maman elle se perd les oies parfois. je lui glisse dans l'oreille un petit mot tiré d'un merveilleux film:“rappelle toi des belles choses“

Son sourire s'élargit, malgré la perfusion, malgré l'alèse, le bip incessant qui contrôle son coeur, et ce sourire vaut toutes les faenas du monde. Elle est en paix pour un moment encore.

J'aimerais bien revoir Jose Tomas dans une arène, je ne sais pas si ça sera possible.

Ma pensée file vers les tours de Carcassonne, cette année j'aimerais y aller, j'aime les gens de là bas, le club taurin, leur volonté de rester fidèle au toro de combat.Et le souvenir de leur accueil un soir de 14 Juillet inoubliable.

A mille cinq cent kilomètres de là, José Tomas et Perrera sortent à Hombros...ils triomphent.

Le coeur de maman se stabilise, et soudain je sens monter la fatigue cumulée et tomber la peur sourde, celle qui me fait dire à chaque fois que je la quitte, que c'est peut être la dernière fois que je la vois...une voix me chuchote alors “Toi aussi, souviens toi des jolies choses“

CHF