1 contribution / 0 nouveau(x)
TORIL

Lundi, après plus de cinquante jours d'enfermement, de questionnements, et la vision dramatique de l'impact de ce simple Virus, les portes vont s'ouvrir.

Je ne cache pas que flâner le long de l'Océan, ou gravir un (petit) sommet, voire marcher dans la bruyère et la Lande me manquent. Comme me manqueront mes fêtes préférées et leur lot d'humanité qu'elles portent en elles...

Comme beaucoup, j'ai été très rigoureux et sérieux dans ce confinement, car comment ne pas l'être quand on sait justement ce que l'on ne peut savoir de cet ennemi informe, inodore et sans saveur.

Pour moi, qui par mon métier sait le bloc opératoire et les choix, les devoirs qu'il impose, et le découragement que parfois il soumet, le choix du confinement strict était obligatoire, comme le sera le port du masque dans la plupart des endroits ou j'irai, en extérieur.

J'ai déjà parlé des manques dûs à ce confinement, et je crains beaucoup ce qui va se passer la semaine prochaine...déjà depuis quelques jours on sent le relâchement. Notre société est faite de ces obligations économiques incontournables dans notre modèle et de ce que deviennent les choix de ralentissement de la pandémie. Mais l'homme a une faculté de l'oubli qui est un gouffre béant, et je ne serai pas surpris que la force de l'habitude regagne l'ensemble de notre société.

Peu importe au moment ou j'écris qui a raison ou tort, les craintes légitimes, les colères rentrées que nous avons tous.car nous plongeons vers l'inconnu. Rien n'est pire que de ne pas savoir.....

C'est un Toril ou un bouillonnement de gens attend la délivrance, partir vers la lumière, la liberté, l'autre.

C'est un grand saut vers l'inconnu, pour ceux qui vont passer cette porte, comme ceux qui les recevront.

Les acteurs de la vie économique, et sociale, les groupes d'amis, la majorité humaine, la joueront-ils porta Gayola prenant les risques maximum, joueront-t-ils leur vie avec un haussement d'épaule, la joueront-ils prudents, se croisant peu, attentifs et lointains..prenant le minimum de risques ?

Qui aura raison? Mis à part le Virus? Et d'ailleurs qui sait quelle partition celui là même nous jouera?

Ce déconfinement est-il la sortie du toro vers la vie, qu'il peut encore prolonger, jusqu'à l'indulto....ou bien un aveuglement jusqu'à la suerte de verdad...Nous n'en savons rien, comme le toro, jaillissant du toril ne sait rien, et agit par instinct, tout comme le torero qui doit résoudre l'énigme posée au risque de sa vie, nous allons tous être confrontés à l'inconnu.

Nous sommes tous condamnés à la mort dès notre naissance, c'est un fait avéré, mais nous sommes aussi condamnés à la vie.

De nos agissements à venir, dépendra peut-être notre nouvelle façon de vivre, jusqu'à ce qu'un médicament ou un vaccin fasse consensus, et nous permette de regarder la vie d'une autre manière.

Puissions nous être capables, dans ce printemps menteur, ou la faucheuse joue dissimulée au milieu des champs de fleurs, des chants d'oiseaux et des pâturages sereins ou paissent les toros, de bondir du toril pour le mieux.

Pour qu'une fois la science humaine vainqueur de la maladie nous puissions reprendre notre vie peu ou prou comme avant.

CHF