1 contribution / 0 nouveau(x)
TOUS TOUSSENT

TOUS TOUSSENT

Vous l’aurez sans doute remarqué, il y a dans les arènes de longs, longs, longs silences.

Celui de la mise à mort, très respecté en France.

Celui d’après Cogida quand les questions de l’intégrité physique du torero se posent.

Celui poli et à peine dédaigneux d’une faena ratée, d’une épée flageolante.

Et celui des grandes après-midi de torpeur quand il ne se passe rien.

Généralement, il est suivi de commentaires ça discutaille dur dans les gradins, à voix basse qui fait comme une rumeur, c’est ça le fameux Rum Rum Sévillan dont je parle assez souvent.

Mais entre ces silences lourds, et ce “Rum Rum“ de l’ennui, il y a les toux.

Grasses, sèches, longues, courtes, polies avec la main devant la bouche, en geyser, éclaboussant le voisinage et le col de la jolie chemise blanche de celui qui est devant (cet enfoiré qui peut se payer des barreras) la toux chronique répétitive, celle que la rhinite saisonnière vous procure, celle des pistes trop sèches qui vous balance de la poussière à chaque passe…..bref un camaïeu d’expectorations, de postillons, de miasmes.

Hier, selon mes infos, c’était ça Séville.

Trois toreros face à des tabourets.

L’ennui, les silences.

Tous Toussent.

CHF