1 contribution / 0 nouveau(x)
un contre six

SEUL ……..CONTRE SIX

 

 

 

Le portier vêtu de bleu, s’avance, vers le jeune homme à genoux devant lui.

-       Puis-je me permettre monsieur, demande-t-il ?

-       L’autre, vêtu de blanc, d’un geste de la main condescendant, lui dit : “faites cher ami, faites, je vous en prie“.

-       Merci, monsieur !

L’homme, un peu ridicule dans son habit de torero bleu le salue et va ouvrir d’un geste las, la porte des enfers.

 

Une porta gayola plus loin, quelques remate genou en terre, Miguel et Carpeton sont au centre du ruedo, ou le torero finit sa série d’une larga de rodilla.

Miguel se livre, on le sent déterminé.

Et Carpeton toro de Montecillo se fait plus pressant, il a changé de comportement depuis quelques secondes.

On dit que certains toros savent l’alphabet.

Lui, s’est arrêté à la lettre T.

T comme Toro de respect

T comme Touché

T comme tuer.

Il emporte Miguel sur quelques mètres d’une corne rageuse, essaie de le reprendre à terre, l’assomme à moitié.

Miguel Abellan sort debout sous les acclamations et se dirige seul vers l’infirmerie.

Au sol git le cadavre de Carpeton, amputé d’une oreille.

 

J’ai des souvenirs vagues de Miguel Abellan.

La dernière fois que je l’ai vu, avant cette cogida Madrilène, c’était en Arles, il avait fui un toro de Margé qu’il n’avait pas voulu voir.

Le lendemain, il était à Barcelone dans une émission télévisée du genre “danse avec les stars“ il était finaliste…(sic)

Je me souviens parfaitement, pour des raisons personnelles, de la corrida dite “du siècle“ (c’était au siècle dernier à Dax) avec au cartel Ponce au sommet, Un certain Morante de la Puebla et de Miguel Abellan : 11 Oreilles et une queue, c’était la première corrida vue par mon fils, difficile après de lui expliquer que ça n’était pas toujours comme ça..

Les Bayonnais qui la veille en avait lâchées 9 étaient livides et mes amis partis car la féria était déplorable, s’étaient mangés les mains….

 

Abellan s’était hissé à la hauteur des deux autres compagnons de cartel, faisant preuve d’audace de courage et de toreria…ne cédant jamais un pouce de terrain.

 

Puis il a disparu peu ou prou, alors Madrid cette année à la San Isidro.

Une relance.

 

Récompensé il va toréer seul, 6 toros de Puerto de San Lorenzo y la Ventana (Fraile y Domecq)

C’est la première fois qu’il s’envoie six toros d’un coup, il le fait à Madrid, cela l’honore.

Certaines mauvaises langues disent qu’il n’ira pas au bout..

D’autres qu’il va triompher.

Mais c’est de loin la course qui va remplir cette féria d’Automne et qui m’intéresse au plus haut point.

 

Suerte Maestro

 

CHF