1 contribution / 0 nouveau(x)
UNE BELLE JOURNEE

Temps de chien, mauvaise humeur, je m'habille en regardant le lit chaud. Un aficionado parfois ça frise le ridicule. Il tombe des seaux, j'ouvre le volet roulant, le toro sculpté de d'jo charge les gouttes  de ses cornes de métal. La route, la pluie, le froid, les pensées pernicieuses (pourvu qu'ils nous fasssent pas le coup du premier toro sorti pour annoncer l'annulation de la course. Le visage s'éclaire à l'approche des arènes, des têtes connues, les copains...sourire.

Retard annoncé, les pauvres gars ratissent, soufflent l'eau, débâchent, le vent frais déscendu des montagnes, on se les caille ...et puis l'annonce, la course aura lieu. Apéritif deux Pedraza, deux érales mais qui ressemblent déjà à des toros pour figura. un peu de faiblesse sur le premier qui crochète son adversaire...les péons français y vont de leurs commentaires "a Bajo y pa'lante" ils y ont intérêt, deux avertissements plus tard, les érales cherchent; Le prmier est un peu faible le second a du genio...Le petit Jimenez s'y file, une et une, poum il aura le droit de toréer cet après-midi. 

Départ pour Aire sur L'adour, on teste un nouveau restaurant. Passage sur le pont, là bas les arènes, dans le sombre, dans la pluie, on y pense, forcément. Antoine nous a invité pour la sortie du livre: “je serai libre“ ......putain de toros, putain de sort.

Le restaurant, Allez on se réchauffe on blague, on parle toro, danser sur la margelle, d'un côté le puit, de l'autre la vie... Soudain, la famille Uranga, Miguel Angel Sanchez, le Mayoral, ils se posent la table à côté de nous, on blague ça cause toro, on se salue, on reprend la route, zut, c'est Aignan en Flandres non?

On rejoint nos places, Jose Ignacio est juste derrière nous, on va connecter sérieux, et commenter toro par toro...semental par semental et comme il le dit avec respect, ces toros ils faut les faire humilier, ce que les gamins ont un peu de mal à faire, même si, ils se débrouillent sérieux.

C'est qu'en face, ce sont des machines à charger, des locomotives lancées pleins fers. Les tercio de piques sont intéressants. Le reste aussi, les gamins s'arriment; Dorian chope le meilleur, sorti en troisième, il est calme, mesuré, il ne torèe pas le public, il est attentif, il temple, en bas, Richard dirige.....le tercio de pique, la distance, le placement, Dorian est bon élève, il torèe, ça monte d'un cran, au moment ou il baisse la main, deux séries splendides...l'épée, raté, Richard fulmine, il perd deux trophées pour sur.

En bas ça râle sec, derrière Nestor sourit, que celui-ci était bon, le reste de la course se déroulera avec un intérêt permanent. Dorian Conclue avec une épée moyenne mais mortelle et repart avec deux oreilles (il est du coin et a appliqué la leçon à la lettre) franchement rien à voir avec sa précédente course à Aignan ou je l'avais trouvé "léger" il a beaucoup à apprendre, encore, mais il a du talent.....si les toros, l'entourage, et le mundillo ne le mangent pas. Le vainqueur du matin, Jimenez l'accompagne...l'éleveur est satisfait on conclue une visite au campo, il me donne les courses avec fierté, Vic Fezensac, Béziers (il remplace la traditionnelle course de Miura, petit sourire) il sortira à Dax plus un toro pour l'encerrona de Juan Baptiste, et il nou dit de ne pas rater la course de Madrid qui selon lui devrait être un évènement....à voir. On se quitte, je souris sur la route du retour. Mon début de saison est trés intéressant, et en deux courses j'en ai vu plus que je ne pensais.

Je regarde les cartels de Mont De Marsan....je n'irai probablement qu'à deux courses et surtout la dernière. La pluie qui nous a laissé tranquille pendant cinq toros reprend, je regarde les champs détrempés, mon esprit flotte. Je suis bien, ma belle près de moi. 

Là bas, l'horizon se dégage, les pins dans le soleil ressemblent à un incendie. Dax, enfin, la maison, le toro brille dans le jardin. Les Pedraza seront à voir en corrida.

C'était au final, une belle journée.

CHF