Dimanche 25 septembre 2016, ma journée taurine gimontoise

 

Comme tous les ans, rendez-vous est pris pour une journée organisée par « La Montera Gimontoise », groupe d'amis aficionados qui se démènent contre vents et marées pour que les journées soient des plus accueillantes. Donc arrivée en ce dimanche 25 septembre 2016 vers 8h45 (je suis toujours en avance) avec un temps relativement agréable.

 

Déjà une surprise (désagréable) attendait les organisateurs : dans la nuit les antis sont passés par là. Tags insultants et dégradations des chapiteaux qui devaient protéger la préparation des repas. Enfin, une fois les faits constatés par la gendarmerie et monsieur le Maire de Gimont qui fournit le matériel, tout le monde donnant un coup de main, la journée peut commencer.

 

Vers 11h30 tienta de 4 vaches braves, Camino de Santiago de Jean Louis Darré, deux ans d'âge mais un peu justes de force.

 

La première est pour Patrick Varin toujours aussi élégant et fin tacticien qui sut maintenir sa bête et l'emporter dans une faena bien construite et pleine de saveurs. Merci maestro.

 

La deuxième est pour Javier Vazquez au traje de campo élégant. La bête sera la plus intéressante, brave et surtout très, très noble. Son torero en a profité pleinement. Une faena excellente où Torero et Animal se sont bien entendus et bien amusés, nous aussi.

 

La troisième est pour Marc Serrano, elle sort avec du gaz, se laisse conduire au cheval où elle se révélera moyenne. Ensuite elle permettra au torero de s'amuser lui aussi. Bonne intervention.

 

La quatrième, dédiée à Paul Abadia « Serranito », sort avec du gaz et perdra presque tous ses moyens. Elle permettra une faena bien amenée mais décousue du fait de la faiblesse de l'animal qui aura du mal à remonter dans le camion.

 

Le public remercie les toreros et l'éleveur qui a donné en direct son ressenti.

 

Repas pris sur l'esplanade.

 

Novillada sans picador. 2 erales de Jean Louis Darré pour Antoine Madier et Miguelito

 

Vers 15h30 je me retrouve assesseur aux côtés d'un gimontois et d'un nîmois habitués eux aussi des lieux pour juger du mano a mano.

 

Le premier eral est de l'Astarac, assez bien fait, bien en muscle mais une corne abîmée. Antoine Madier, vainqueur du bolsin de Bougue, le reçoit par un jeu de cape varié de bonne tenue qui provoque les applaudissements. Quite du deuxième novillero de bon aloi. 2 paires de banderilles un peu lointaines posées par Thomas Ubeda reconverti de plata. La faena sera bien amenée en doublant. De bonnes séries sur les deux mains seront bien conduites jusqu'à l'estocade d'une demie caîda nécessitant un descabello. Une Oreille est accordée.

 

Le second eral est du fer Camino de Santiago est plus léger, il permettra au jeune Miguelito venu en remplacement du valencien Alejandro Contreras, blessé, de s'exprimer. Il reçoit bien le bicho à la cape. Bon quite d'Antoine Madier qui est bousculé. 2 bonnes paires de banderilles de Thomas Ubeda. La faena sera intéressante. Le garçon faisant preuve de qualité dessinera lui aussi de bonnes séries. Hélas la mort fut laborieuse : ¼ d'épée, 8 pinchazos, 1 descabello. Salut d'encouragement.

 

Congratulations, remise du prix Alfonso Guardiola à Antoine Madier et d'autres prix à tous les participants.

 

Je termine en soulignant que l'après-midi s'est déroulé sous les vociférations des antis regroupés à 30 mètres seulement de l'entrée avec intrusion de 2 d'entre eux qui seront évacués rapidement. Je complète mon propos avec ce constat :

 

Si certaines arènes ont pu ou peuvent exister (Ajout de la Rédaction :  ,dans le Gers ou la Haute-Garonne,) c'est grâce à Gimont (Ajout de la Rédaction : qui sait maintenir la tradition). Mais où étaient passés leurs aficionados ? Absents ! Si les clubs faisaient ce qu'il fallait, la corrida irait bien mieux...

 

Michel Jean

Michel Jean "tientant" dans les environs de Saragosse