1 contribution / 0 nouveau(x)
YVAN ET JULES

 

 

YVAN ET JULES

 

Ce que j'ai vu.

Il y avait foule hier au plumaçon, a tel point qu'il était presqu'impossible de s'asseoir droit....

je vais d'autorité éliminer les deux premiers toros faiblard avec caste mais justes de forces...

Je vais aussi éliminer Tejela dont je disais hier qu'il était le faire valoir du combat des chefs, et qui fut en tous points dépassé par ses deux toros dont le superbe quatrième qui le balada de bout en bout...une oreille pour une épée à son premier. Franchement une vuelta aurait été suffisante...

Le cinquième était moyen et le sixième compliqué...deux toros sur six...et même si on les vit à la pique, 12 fois les cornus se heurtèrent aux rochers posés là, leur manque de force et de bravoure étaient évidents...c'était du noblon pour figuras...des sardines pour le tsar yvan...

Maître Gallardo professeur des écoles et sorti de son rôle, piaffe, hurle, informe, encourage et conseille les toreros devenus élèves.

Il s'agit, agite, réveille, et entraîne le public crédule par des Bieeeeeenn et des olé sonores et tonitruants, il agite les bras, il est grotesque, on n'indulte pas sur commande...

 

Le Jui était colère, et franchement le morucho sorti en premier, le priait à genoux de ne pas être achevé...je suis chétif, malingre et faible ne me torèe pas...Bien, répondit le roi Julian en lui tendant la main et son anneau à baiser...Julian s'assit, et du bout du bout du bois fit tourner sur un air de manège ce faiblard décasté...la main sous le menton en attendant de décider quoi faire du paltoquet...il finit par le tuer du bord de l'autoroute, en sautant de travers comme une grenouille...le public n'aime pas les grenouilles....

Au second piqué au vif par les armées du tsar, il tenta deux très belles séries, puis disarut sous le tas d'immondices grossiers de passes vulgaires et inappropriées...il se plaça à Dax pour tuer d'un nouveau saut de grenouille....deux belles épées en somme, mais tue-t-on son adversaire en traître et presque dans le dos ?

Ici le public n 'aime pas les grenouilles...confirmé.

 

Yvan, vêtu des ors des statues de son cher pays basque, avait décidé de “mettre la pile“ au petit Jules. Un empereur pour un tsar. Ne pas bouger, se taire, faire silence et caresser du tissu le muffle du toro. Comme une main de mère caresse le front de son enfant...dessiner des arabesques de dentelles avec lenteur dans les éthers, reprendre une couture inachevée d'un habit de luxe..poser ça et là des tâches de peinture qui feront la toile..

Faire toujours face à son adversaire, entre ses deux points forts durs et dressés de rage au ciel....et puis après avoir transformé celui-ci en œuvre d'art, le planter là d'un coup de poing rageur...deux oreilles méritées...

Chef d'oeuvre.

Le tsar serait-il Sévillan?

Le tsar sait qu'il faut toujours éliminer les restes de dissidents, son sixième est un tordu qui marche s'arrête, repart...le tsar yvan devient terrible, la rage gronde, il évacue les cuadrillas en perdition, vire tout ce qui n'est pas utile autour de lui, fait avancer sa cavalerie qui opère les dégâts nécessaires de façon quasi chirurgicale, va chercher aux planches son toro et le ramène au centre, dans l'oeil du cyclone...il humilie l'adversaire, le plie, le tord jusqu'à lui faire prendre forme comme l'artiste le fait du bronze, il l'incurve, le cisaille, il parachève son œuvre d'une mort subite....une oreille.

Yvan Fandino est le plus fort, le tsar est au summum de son art fait de rugosité et d'une douceur absolue, à l'image du bonhomme.

Petit Jules, parait-il aurait donné un coup de pied rageur à une boîte de conserve, et refusé de se rendre à la pena portant son nom et œuvre caritative...mais comprendra-t-il, lui, que le public applaudit chaleureusement malgré tout à sa sortie, que ses artifices ne prennent plus....que l'on attend autre chose de lui..

Yvan et Jules 3 à 0 c'est déjà la troisième fois que cela se produit...

 

CHF