...

Message de José Antonio Soriano Cabrera, en date du 13 janvier 2006

joseantonio.soriano@juntadeandalucia.es à FSTF@ToroFSTF.com & anda.aficionados@free.fr

Objet : RÈGLEMENT TAURIN D'ANDALOUSIE

Messieurs Merlin et Giner,............................................... (cliquer, ci-après, sur les n° des notes à consulter)

Je suis José Antonio Soriano Cabrera, directeur général des spectacles publics et des jeux pour la JUNTA D'ANDALOUSIE, et je désire commenter diverses choses relatives à votre lettre qui est parvenue à la conseillère de Gobernación de la Junta d'Andalousie, Mme Evangelina Naranjo.

Avant tout je veux vous dire mon respect et mon admiration pour les amis aficionados (1) français et pour la conception que l'on a chez vous de la Fiesta. J'ai eu l'opportunité de vérifier cela en diverses occasions, tant à Nîmes, Dax et Arles (2), et plus récemment à Paris à l'occasion de ma visite au Club Taurin de Paris où j'avais été invité par son président pour expliquer le projet de Règlement Taurin d'Andalousie (j'en ai également ramené de bonnes suggestions).

Bien que je partage une grande partie de la philosophie [exprimée dans] votre lettre, vous comprendrez que je ne partage pas [ce que vous dites quant aux] périls qu'il semble que vous craigniez pour la Fiesta du fait du nouveau Règlement andalou, ni d'autres considérations qui s'y trouvent. Et dès maintenant, je me mets à votre disposition pour parler de ce sujet (ici ou là-bas) et échanger nos réflexions.

Il faut que vous sachiez que le Gouvernement andalou et la Junta d'Andalousie sont très engagés vis à vis de la Fête taurine (3) et en aucune façon nous n'allons la mettre en danger. Bien au contraire. Je ne sais pas si vous connaissez l'ample programme d'activités, initiatives, investissements publics et appuis que notre Administration apporte à la Fête, tant du pont de vue légal comme de dépenses publiques (plus de un million d'euros [ce] que ne dépense aucune [autre] administration espagnole).

Si nous avons décidé de faire un nouveau Règlement Taurin, c'est pour diverses raisons : 1/ parce que le Parlement andalou en a décidé ainsi à l'unanimité, en un appui expressif et total à la fête taurine (toutes les forces politiques) 2/ parce que noua avons la compétence exclusive alors que l'État central a décidé ne rien réglementer en cette matière qui est de la compétence "autonomique" ; 3/ parce qu'au moment actuel, où dans d'autres zones d'Espagne la tauromachie est mise en question, ici le nouveau règlement prétend lui donner un appui et la revitaliser.

Mais ne vous inquiétez pas ; les craintes qui sont exprimées dans votre lettre NE SONT PAS FONDEES car, entre autres choses, le nouveau règlement andalou ne va pas supprimer les banderilles noires, ni enlever des coups de pique, ni banaliser et dénaturaliser l'accord de la grâce, ni permettre la fraude, mais tout au contraire.

Dans le tiers des piques, je vous confirme que le nouveau Règlement (qui sera approuvé approximativement en mars et entrera en vigueur possiblement le dimanche de Pâques) va réduire quelque peu les dimensions de la pique, va réduire le poids du cheval (4), et soumettre à homologation le caparaçon pour qu'il soit plus flexible et anatomique. Il donnera une plus grande autonomie au torero (5) , cela oui, pour décider du nombre et de l'intensité des coups de pique en fonction du taureau ; mais il y en aura au minimum deux dans les arènes de première, juste comme maintenant. La mono-pique se donne actuellement en Espagne avec la réglementation en vigueur, et nous prétendons qu'avec cette modification, le torero ayant plus d'autonomie, il puisse décider qu'à quelques taureaux on en donne une, mais à d'autres deux, trois ou ceux qui sont nécessaires. Je vous rappelle qu'actuellement en Espagne les présidents d'arènes de 2e et 3e changent le tiers après le premier coup de pique, et dans celles de 1e, il y a une mono-pique dans la pratique et que la seconde est un simulacre. Trois rencontres obligatoires auxquelles vous faites allusion n'existent pas dans la réglementation espagnole (6) et, malheureusement, pas davantage dans la pratique dans quelque arène que ce soit (7) . Néanmoins, en Espagne, la saison 2005 a été meilleure que l'antérieure quant aux taureaux, et espérons que cela aille en s'améliorant. Le Règlement andalou NE VEUT PAS une parodie du tiers des piques. JUSTE LE CONTRAIRE.

Pour la grâce, nous voulons la même chose que vous, qu'elle soit accordée quand le taureau le mérite, et cela ne pourra être qu'en corridas et novilladas, mais dans les arènes de 1e, 2e et 3e. En 2005, il a été accordé 5 fois la vie sauve, peut-être 3 imméritées, mais cela n'en fait pas un abus [ ! ], et nous ne voulons pas que ce le soit (8) [que l'abus devienne une habitude]. Il y a plus : on introduit [la notion de] l'"in-habilitation" du président quand il va contre le règlement.

Également on va beaucoup plus avant dans la responsabilité de l'éleveur pour qu'il n'arrive pas ce qui se passe actuellement.

Il n'est pas vrai que le Règlement andalou (JE CRAINS QUE VOUS AYEZ UN BROUILLON QUI SOIT PERIME) SOIT TOTALEMENT CONFORME [AUX VOLONTÉS] DES TOREROS, CAR TOUS Y ONT PARTICIPÉ : TOREROS, AFICIONADOS, ÉLEVEURS, MAIRIES, IMPRESARIOS, ETC, et personne n'a tiré la couverture à soi (esp. : y nadie se ha llevado el gato al agua).

Les peñas et associations d'aficionados sont parmi ceux qui ont le plus participé à son élaboration.

En bref, parlons et je vous passerai la copie définitive. VOUS VERREZ COMME TOUT CE QUE JE VOUS DIT EST VRAI.

SOYEZ ASSURÉS QU'ANDALOUSIE AIDERA AU BIEN ET AU FUTUR DU SPECTACLE INTÈGRE ET COMME NOIUS L'AIMONS. C'EST CE QUI SE PRÉTEND.

Je me mets à votre disposition, et recevez un salut courtois.

José A. Soriano ...................................................................(Traduction et notes de Marc Roumengou) _____________________________________________________________________________________________

Les notes s'obtiennent en cliquant, dans le cours du texte, sur les numéros qui leur correspondent.