19 août 2005
João Folque de Mendoça envenime ses relations avec l'UVTF

........ .........Ci-après, dans son intégralité, l'interview que João Folque de Mendoça à donné au quotidien Le Midi Libre. .........Cette délirante et consternante diatribe ne mérite pas de commentaire. Nous avons cependant marqué (encre rouge), pour aider le lecteur pressé, les passages dans lesquels il se livre à des comparaisons paranoïaques (avec Dreyfus, Brigitte Bardot et Jésus-Christ !) ou à des attaques et dénonciations en direction de l'UVTF, des vétérinaires, des aficionados-Talibans, des intérêts cachés, des alliances contre nature....

.........Nous avons reproduit à la suite, la très intéressante réaction de Mr Raymond Couderc, Maire de Béziers et Président de l'UVTF, telle qu'elle a été publiée dans les pages locales du Midi Libre du jeudi 18 août.

Interview publié dans Le Midi Libre du 15 août 2005, sous le titre : Eleveur des Palha "Tout sauf un tricheur"

Comment avez-vous perçu la décision (provisoire ?) de l'Union des Villes Taurines de France de vous interdire de lidier vos toros en France ? .........Je suis stupéfait que l'on puisse penser que la ganaderia Palha arrange les cornes de ses toros. L'élevage de toros de combat intégraux est mon fonds de commerce, il est hors de question que je touche aux armures de mon bétail, ce serait ruiner mon affaire. Stupide ! C'est une hérésie, un peu comme si l'on prétendait que Brigitte Bardot a eu une aventure avec Jésus-Christ. .........J'ai reçu cette décision comme le fruit d'une succession d'incohérences, ce coïncidences et méconnaissances des règles en vigueur. Pensez que les cornes saisies à Nîmes, coupées au deux tiers sans les (epiceras ?), étaient conservées dans des sacs poubelle alors qu'elle auraient dû être acheminées dans des caisses scellées. Du protocole, rien n'a été suivi, ni respecté, jusqu'au vocabulaire du rapport qui est entièrement hermétique. Est-ce à dire que vous avez une dent contre l'UVTF ? .........Ce collectif des villes taurines, où je compte bon nombre d'amis, est sans dout de bonne foi Il essaye de faire du mieux possible pour maintenir l'esprit et l'éthique de la corrida et c'est tout en son honneur, mais l'UVTF a vraisemblablement pris la décision qu'on lui a suggérée. Sans avoir en sa possession les éléments de jugement et sans avoir conscience des maints défauts de procédure qui caractérisent ce dossier.

Vous estimez donc être une victime toute désignée ? .........Assurément, mon élevage est irréprochable. Rien n'a été fait dans les règles et je paye le prix fort du réflexe corporatiste des vétérinaires français qui ont refusé, pour la contre-expertise, dirigée par un seul professionnel, le professeur Sautet de l'école vétérinaire de Toulouse, de confronter leur point de vue avec celui des vétérinaires espagnols qui est tout autre. .........Au final, je pense qu'il y a des intérêts cachés et des jalousies. On a cherché avec cette affaire à me décrédibiliser, me bouter du marché du toro de combat et des arènes. Cela me fait penser à l'affaire Dreyfus où l'on préfère condamner un innocent, quitte à lui ruiner ses affaires, plutôt que de voir l'institution perdre la face. .........C'est un combat inégal. Le mien n'est pas d'arranger les cornes des toros pour Stéphane Meca ou Jesus Millan, le leur est de me mettre hors jeu au prix d'alliances contre nature, de tactiques pitoyables. C'est mon intime opinion : on croise dans cette affaire des intérêts qui n'on rien à y voir, rien à y faire.

Comment allez-vous à présent réagir ? .........La réaction qui m'a le plus touchée est venue du public. En 2005, dans les grandes arènes françaises, pas moins de 40 000 personnes sont venues voir des Palha. .........Sont-elles venues voir un ganadero prétendu tricheur ? Certainement pas. Ils savent que l'élevage Palha a des valeurs, sauf peut-être pour un groupe de Talibans de la corrida, pires que les anti. Pour l'immédiat, la décision de l'UVTF est considérée comme nulle et non avenue. Elle sera à l'ordre du jour de la prochaine assemblée générale, à la vue des éléments contradictoires - et il n'en manque pas - que nous fournirons.

Et à la vue de la corrida de ce jour à Béziers ? .........Cette course est une corrida que j'ai détournée d'Espagne. Quatre des taureaux qui seront en piste avaient été réservés pour Madrid. Tout est dit.

 

Publié dans le Midi Libre du 19 août 2005 sous le titre : Couderc, excédé par ... les "provocations" de Folque de Mendoça

........" ............ ........Pour ce qui est de l'interview que Folque de Mendoça a accordé à Midi Libre, je pensais qu'il était assez intelligent pour éviter des déclarations intempestives. A commencer par faire passer les maires des 41 villes de France (UVTF) pour des imbéciles qui suivraient les instructions de je ne sais trop qui. Je m'étais refusé jusqu'alors à toute communication officielle sur le dossier de Palha, j'estime devoir défendre l'honneur de l'UVTF dont l'objectif prioritaire est de faire respecter l'éthique dans la corrida et non pas de défendre les intérêts de tel empresa, ganadero ou torero. Avec ses déclarations, le très désobligeant Folque de Mendoça insulte l'UVTF et les vétérinaires français. .........Le 25 novembre prochain à Béziers, lors de l'assemblée générale de l'UVTF, nous évoquerons son cas, mais je pense qu'il l'a plutôt aggravé. Pour ma part, après les résultats probants de l'expertise et de la contre-expertise qui confirment que les cornes de deux de ses toros combattus à Nîmes avaient été arrangées - ce qui ne veut pas dire que ce soit lui qui l'ait fait ou fait faire - je proposerai aux villes taurines une recommandation : ne pas engager de toros de Palha en 2006. "