Rassemble, depuis 1910, les clubs taurins pour défendre l'éthique de la corrida et les droits des aficionados

Newsletter de la Fédération

Tenez vous au courant :

 

La  FSTF est active au sein de l'ONCT

U B T F

 

À l'appel de toutes les composantes de l'ONCT, rassemblons-nous le 19 avril à Arles pour défendre notre patrimoine cuturel et nos libertés

Signatures :


Union des Villes Taurines de France,

Ass. des Eleveurs Français de Taureaux de Combat,

Ass. des Eleveurs de Taureaux de Course Camarguaise,

Ass. des Ganaderos Landais,

Unión de Criadores de Toros de lidia,

Ass. des Gardians professionnels,

Confrérie des Gardians,

Nacioun Gardiano,

Ass. des Manadiers éleveurs de la race di biou,

Ass. des Organisateurs de Corridas et Novilladas du S/O,

Groupement des Entrepreneurs de Spectacles Taurins,

Association des Matadors de toros français,

Cavalerie Bonijol,

Cavalerie Heyral,

Parc Naturel Régional de Camargue,

Ville d'Istres,

Ville de Nîmes,

Union de Criadores de Toros de Lidia,

Plataforma para la defensa de la Fiesta,

Ass. des Critiques Taurins Français,

Ass. Française des Chirurgiens Taurins,

Ass. Française des Vétérinaires Taurins,

Union des Bibliophiles Taurins Français,

Juris Aficion,

Fédération Française de Course Camarguaise,

Fédération Française de Course Landaise,

Musée des Cultures taurines de Nîmes,

Arènes d’Arles,

Arènes de Bayonne et A. Lartigue-mandataire,

Arènes de Béziers,

Arènes d'Istres,

Arènes de Dax,

Arènes de Mont de Marsan,

Arènes de Nîmes,

Arènes de Vic-Fézensac,

Arènes de La Brède,

Ass. des Aficionados Practicos,

Centre de Tauromachie de Nîmes,

Ecole Taurine d’Arles,

Ecole Taurine de Béziers,

Ecole Taurine Adour Aficion,

École de razeteurs d’Arles,

Ass. des Aficionados Practicos du Biterrois,

Ass. des Coursayres des Arrigans,

Ass. Française des Coureurs d'encierros,

Union des Clubs Taurins Paul Ricard,

Fédération des Sociétés Taurines de France,

Aficion du Grand Sud,

Amicale des chasseurs et pêcheurs aficionados,

Ass. Pour une Tauromachie authentique 33,

Cercle Taurin Carcassonnais,

Amicale des Clubs taurins Gersois,

Clubs Taurins Réunis d’Arles,

Coordination des Clubs taurins Nîmois,

Fédération des Clubs Taurins Biterrois,

Centre Français de Tauromachie,

Collectif des Aficionados du Sud-Est,

Association de défense des tauromachies,

Collectif Terres Taurines,

Collectif de maintien de la Tradition taurine à Fréjus,

Club Taurin de Nîmes,

Club taurin de Castres,

Club Taurin Paul Ricard d'Arles,

Club Taurin Paul Ricard Rivière Basse,

Club Taurin Paul Ricard Noves,

Les Amis de Pablo Romero,

Peña Aficion du Bassin d'Arcachon,

Peña Taurine des Graves,

Peña Juan Bautista,

Peña Taurina la Mariposa,

Toro-Sport-Union

Tauromachique Bordelaise,

Club Taurin de Bruxelles.

 

Associations d'aficionados rejoignez la

Cliquer ici pour savoir comment ..

 

 

 

 

Vous êtes ici

 

6 août 2007 Bernard Desvignes

Les pouvoirs de la presse - La présidence des corridas Comptes-rendus de deux débats tenus les 2 et 4 juillet 2007 à Soustons

Bernard Desvignes est né le 16 novembre 1951 à Le Creusot (Saône-et-Loire).

A l'âge de 12-13 ans, la lecture du "Sang et Lumières" de Joseph Peyré éveille sa curiosité au monde de l'arène. Il assiste à sa première corrida à Bayonne en septembre 1975 et, de 1976 à 1980, fortifie sa naissante afición en assistant régulièrement à quelques courses, uniquement en France. De 1981 à 1994, durant 14 ans, ses occupations professionnelles et familiales à Grenoble le tiennent éloigné des ruedos. Mais voilà qu'en 1990, il déménage avec sa famille à Pau. Il renoue avec les toros en 1994 à Orthez. La passion taurine ne le quittera plus et ses incursions en Espagne se feront de plus en plus fréquentes.

Bientôt, il découvre le Cercle Taurin Palois (adhérant à la F.S.T.F.) et s'y lie d'amitié avec Jean-François Coste. C'est par un tract distribué à Dax et à Bayonne qu'il connaît l'A.N.D.A.. Il la rejoint en 1991 (Section de Dax).

Aujourd'hui il préside le Cercle Taurin Palois et est le Trésorier de l'A.N.D.A..

Bernard Desvignes est un aficionado animé par l'envie de toujours apprendre et de mieux comprendre "y compris l'envers du décor". Il apprécie aussi l'afición comme un lieu de rencontre, d'échanges, d'enrichissement, d'amitié.

Il s'avoue du type toriste et rigoureux mais est suffisamment ouvert pour échapper à la redoutable catégorie dite des Ayatollah.

Les deux réunions tenues récemment à Soustons ne pouvaient pas lui échapper. Les comptes-rendus qu'il nous en donne ici, témoignent de son acuité analytique, de son art du commentaire allusif et incisif.

Ces débats touchent à des apects de ce qu'il désigne comme " l'envers du décor" :

- Avec des chroniqueurs taurins qui ont du mal à se situer, à définir leur mission et à revendiquer leur liberté. - Avec des présidents techniques qui ayant, eux aussi, bien du mal à se situer, reconnaissent le peu d'autorité dont ils disposent et se noient dans des considérations byzantines.

 

Avertissement de la rédaction :

Au long de ses deux comptes rendus, l'auteur a tenu à distinguer par des caractère italiques rouges foncés des commentaires qu'il revendique comme personnels.

 

"Le pouvoir de la presse en tauromachie" Compte-rendu de la conférence organisée le 2 juillet 2007 par le Cercle Taurin de Soustons à l'occasion de son 30ème anniversaire

Débat animé par Pierre Arnouilh, avec à la tribune André Viard (Terres Taurines) Vincent Bourg "Zocato" (Sud-Ouest) Jean-Louis Haurat (Aplausos et 6 Toros 6) Benjamin Ferret (Sud-Ouest)

....... La tribune est habillée par Radio bleu Gascogne, public d'environ 50 personnes.

....... Pierre Arnouilh présente les intervenants, puis ouvre la discussion en disant que, dans un compte-rendu, le revistero ; ....... - "Raconte ce qu'il a vu" ....... - "Donne son point de vue"

....... Ce à quoi Zocato répond immédiatement : ....... - "Que la corrida n'est qu'émotions" ....... - "Que nous sommes dans le subjectif total" ....... - "Qu'il s'agit de raconter une histoire" (Avec lui, ça, je savais.) ....... - "… et qu'il est peut-être mieux de raconter aussi ce que l'on n'a pas vu" (Je savais aussi.)

....... André Viard, lui, dit qu'il cherche "à informer et à former" : ....... - "Il faut donner des clés au lecteur" ....... - "Il faut que le spectateur soit capable d'analyser et de comprendre le toro" ....... - "La proportion d'aficionados avertis a fortement diminué depuis vingt ou trente ans : aujourd'hui, ces derniers sont noyés dans un public festif qui vient pour se divertir" ....... - "le mundillo a répondu à cette évolution de l'attente de la majorité du public : ......... ¤ pour les éleveurs, en sélectionnant un toro plus docile ......... ¤ pour les toreros, en produisant un toreo plus spectaculaire" ....... - "Enfin, pour lui, la presse doit garder une autorité morale pour maintenir une sorte de garde-fou afin d'éviter une dérive totale de la fiesta" (Là, je commence à me pincer pour être sûr que je ne rêve pas)

....... Zocato passe au rôle du commentateur de la télévision, qui doit tenir compte que ce media est destiné au grand public, et salue au passage "l'excellent travail de la chaîne Alegria, qui, hélas, s'arrête d'émettre."

....... Jean Louis Haurat, lui, dans ses reseñas pour les revues espagnoles : ........ - "Essaie de résumer ce qu'il a vu en piste …" ........ - "Et se trouve régulièrement confronté : ............. ¤ à des changements de titres ............. ¤ à des coupures ou à des formulations résumées qui peuvent déformer complètement le sens du texte initial"

....... Benjamin Ferret, qui vit sa 3ème temporada en tant que journaliste taurin, est censé nous parler de la conception originale qu'il se fait de la critique taurine (dixit Arnouilh) (Et en fait n'a strictement rien à dire d'original ni même d'intéressant.)

....... Suit un numéro de "faux culs", avec : ........ * A.Viard : ........... - "Il est évident que la presse est bâillonnée et que, de ce fait, les journalistes s'auto-censurent" ........ * Jean Louis Haurat : ........ ...- "Pour qu'ils soient plus libres, il faudrait que les journaux paient les billets de leurs journalistes" ........ * Zocato reconnaît avoir la dent plus douce (Et non, moins dure.) en France qu'en Espagne, pour les deux raisons suivantes : ........... ¤ le statut de la corrida y est plus fragile ; il ne faut donc pas en rajouter avec une critique trop virulente ........... ¤ il faut penser aux collègues de l'agence locale, qui côtoient à longueur d'année le maire, les présidents de la Commission Taurine, du Comité des Fêtes, d'autres responsables locaux, et donc ne pas les mettre mal à l'aise face à ces gens là ........... ¤ mais "on peut dire la vérité entre les lignes" (Pourquoi pas écrite à l'encre sympathique ?) ........ * A.Viard : ........... - "On ne peu plus écrire pour 4 aficionados intégristes qu'une corrida était afeitée jusqu'au trognon : ce serait du pain béni pour les anti-corridas" (J'admire la cohérence avec la volonté de former le public évoquée au début de la réunion.)

....... Et arrive ce qui arrive toujours dans une réunion : le gonfle-figues de service réussit à accaparer le micro et fait dévier le sujet, en l'occurrence avec la question suivante : ....... "Pensez-vous que les deux toreros français en vue, Jalabert et Castella, vont réussir à durer ?"

....... Les orateurs reviennent au sujet du débat, Viard et Zocato disant que : ........- "Le moindre bémol sur le toreo de Castella déclenche des lettres courroucées de spectateurs" ....... - "Depuis 25 ans, jamais ils n'avaient été l'objet d'autant de pressions, voire de menaces de la part de l'entourage de ce torero" ....... - "Cet entourage présente un côté mafieux" ....... A.Viard cite le cas récent de la corrida "triomphale" du samedi 30 juin à Fenouillet : (D'après l'écrit de Zocato : 6 piques, 5 oreilles, une vuelta posthume et sortie a hombros d'Olivier Margé) : ....... - "Malgré une pleine page dans La Dépêche, Patrick Louis s'est fait reprocher vertement par l'empresa de ne pas en avoir fait assez ! "

....... JL.Haurat constate : ........ - "Qu'il y a de moins en moins de grandes plumes" ........ - "Qu'en Espagne, la presse taurine a perdu son pouvoir, au bénéfice de la presse du cœur (pour les figuras) et de la télévision"

....... Pour finir, une question pertinente du président de la peña à B. Ferret, lui demandant s'il lui arrive de recevoir des consignes de sa direction avant d'écrire un article. (Le premier qui donne la bonne réponse gagne un voyage à Benidorm !)

....... Pierre Arnouilh conclut consensuellement en ces termes : ....... - "La presse taurine a un certain pouvoir" ....... - "Encore faut-il qu'elle sache bien le négocier"

Bernard Desvignes 05/07/2007

 

"La présidence des corridas" Compte-rendu de la conférence organisée le 4 juillet 2007 par le Cercle Taurin de Soustons à l'occasion de son 30ème anniversaire

Débat animé par Hervé Touya, avec à la tribune Eric Darrière (Dax) Bernard Langlade (Rion-des-Landes) Philippe Gelez (Saint-Vincent-de-Tyrosse) Jacques Pons (Dax)

....... La tribune est habillée par Radio bleu Gascogne, public d'environ 50 personnes.

.......1 - Dans quelles circonstances êtes-vous monté au palco pour la première fois ?

....... * Bernard Langlade : ......... - "En tant qu'aficionado et non en tant qu'organisateur" ......... - "Pour aller au bout de ses idées" ......... - "Pour prendre des responsabilités en direct"

.......* Eric Darrière : ......... - "On m'a fait monter pour "me clouer le bec" car j'avais beaucoup de certitudes" ..........- "Pour maintenir les droits des toreros et ceux du public" ......... - "Et aussi pour conserver une éthique générale … tout en tenant compte du plus grand nombre"

.......* Philippe Gelez : ......... - "Des amis de Soustons m'ont demandé de monter"

.......* Jacques Pons : ......... - "En tant que membre d'une peña". (décision d'ouverture à Dax après "l'ère Molas")

....... 2 - Comment vous êtes-vous formé, puisque, contrairement à la course landaise pour les pointeurs, il n'y a aucune formation prévue pour les présidents de corridas ?

....... * Bernard Langlade : .......... - "On commence comme assesseur et on se forme avec les présidents"

........* Eric Darrière : .......... - "Il faut être aficionado au départ" .......... - "On se forme par la discussion" .......... - "Il faut avoir du caractère pour affirmer ses convictions et pour supporter la pression"

....... * Philippe Gelez : ....... Rappelle la tentative (avortée) de formation d'un corps de présidents ....... - "La façon de présider dépend de l'arène" ( ! )

....... * Jacques Pons : .......... - "La corrida est moins "mathématique" que la course landaise" .......... - "Il s'agit plutôt d'harmoniser la façon de présider sur l'ensemble d'une feria"

....... 3 - Que pensez-vous de l'expérience montoise de cette année, consistant à mettre un seul président pour les cinq corridas ? Et d'ailleurs, pourquoi ne pas garder aussi les mêmes assesseurs ?

....... * Jacques Pons : .......... - "Faire tourner les assesseurs permet de faire plaisir à plus de gens" .......... - "Cela permet aussi de former des jeunes" .......... - "Reste un problème (avec un président unique) : si ça se passe mal à la première corrida ?"

........* Philippe Gelez : .......... - "C'est une expérience ..."

....... * Eric Darrière : .......... - "Monter au palco tous les jours empêche de faire la fête (mais, en l'occurrence, Marc Amestoy est de toute façon un homme sobre !)" .......... - "Conserver strictement le même palco ne permet pas de valoriser l'aficion locale."

....... * Bernard Langlade : .......... - "Changer d'assesseurs chaque jour complique la tâche du président"

....... 4 - Mesurez-vous vraiment l'étendue des pouvoirs que donne le Règlement taurin au président ? (par exemple, cela va jusqu'à s'assurer de l'équipement correct de l'infirmerie)

....... * Eric Darrière : .......... - "Il ne faut pas tomber dans le ridicule ; tout le monde sait que cela est bien fait" .......... - "Le président doit rester à sa place : ce n'est pas un élément majeur de la corrida" (Ira-t-on jusqu'à dire que c'est un clown qui doit assumer son statut ?)

....... 5 - Dans la même ligne, le président peut refuser un toro lors de l'apartado : peut-il s'en donner les moyens ?

....... * Philippe Gelez : .......... - "N'oublions pas qu'en France, le président n'a aucune responsabilité juridique"

....... * Jacques Pons : .......... - "Une fois, j'ai insisté pour qu'un toro, qui avait tout cassé au débarquement et bien sûr s'était abîmé, soit arréglé"

....... * Eric Darrière : .......... - "Le rôle du président se limite à la durée du spectacle ; l'amont n'est pas de son ressort" (na !)

....... Tous sont d'accord pour dire : "Vous vous voyez en train de refuser que sorte tel toro pour une figura ?"

....... 6 - Le Règlement français est-il adapté ?

....... * Eric Darrière : .......... - "Le système français est le meilleur, car : ............ ¤ l'organisateur n'a pas à subir les ukases des vétérinaires qui, souvent, en Espagne, ne sont pas aficionados .............¤ l'organisateur français est plus responsabilisé .............¤ d'ailleurs le résultat est évident quand on compare la qualité de la majeure partie des spectacles en Espagne et en France"

....... * Philippe Gelez : ......... - "Le véritable responsable du Règlement taurin est le maire"

....... 7 - Retour sur les pouvoirs du président :

....... * Bernard Langlade : .......... - "Le président n'a quasiment aucun pouvoir, si ce n'est pour les changements de tercios et pour l'octroi des trophées ; en fait, il a plus un rôle d'accompagnement de la course qu'un réel pouvoir"

........* Eric Darrière : (n'est quand même pas d'accord pour se diminuer à ce point) .......... - "Le président a un rôle important dans le déroulement de la course, car il peut faire partir les choses "en vrille"" .......... - "Il faut tenir compte de l'arène"

.......... Suit une belle apologie du consensus :

....... * Philippe Gelez : .......... - "II faut être rigoureux, vis-à-vis tant du public que des toreros, et encore plus, pour ces derniers, en novillada, car on a plus de responsabilité, par exemple en laissant arrêter trop tôt le tercio de piques"

....... * Jacques Pons : .......... - "Il y a des courses faciles à présider et d'autres non"

....... 8- Comment faire respecter le déroulement correct du tercio de piques ?

....... * Tous sont d'accord pour dire : .......... - "Que voulez-vous faire : vous descendez vous-même en piste pour arrêter le bazar ?" .......... - "Ce sont les toreros qui ont les clés pour que ce tercio soit mené corrrectement" .......... - "La seule sanction possible est que l'organisateur ne répète pas le torero"

....... 9 - Regrettez-vous ce manque de moyens à votre disposition ?

....... * Eric Darrière : .......... - "Je respecte et je comprends les toreros" .......... - "Quand il y a échec, j'en prends acte" ( Mais encore ?)

....... * Philippe Gelez : .......... Regrette qu'il n'y ait pas une vraie discussuion avant la course entre le président, les toreros et le mayoral

....... * Bernard Langlade : .......... - "Vous voyez bien : En Espagne, les sanctions financières infligées aux toreros ont-elles contribué à améliorer les choses ?" .......... - "Le public français est globalement plus sensible à la qualité du tercio de piques que le public espagnol"

....... * Eric Darrière : .......... - "Pourquoi ne pas sanctionner les toreros comme cela se fait pour les ganaderos , c'est-à-dire par une interdiction de territoire (taurin) pour une année ?" ( Chiche ! )

....... 10 - Considérez-vous avoir plus de responsabilités en novillada qu'en corrida ?

....... * Philippe Gelez : .......... - "Nous sommes là pour protéger les novilleros …" .......... - "Et en profiter pour éduquer le public" (Ça n'est pas bête, mais les "people" qui ne vont qu'aux corridas, pour voir des figuras, rateront cette occasion d'être "éduqués" et continueront à pourrir la fiesta)

....... * Eric Darrière : .......... Est surpris de l'évolution du niveau technique des novilleros, ce qui, implicitement, diminue ce surplus de responsabilités.

....... 11 - Et la musique ?

....... * Eric Darrière : .......... - "Elle ne peut en aucun cas servir à forcer le triomphe" .......... - "Il ne faut pas hésiter à l'arrêter si on voit que l'on s'est trompé (exemple du 6ème toro de Charro de Llen pour Savalli le lundi à Vic)"

....... * Jacques Pons : .......... - "Je la trouve superflue pendant la faena"

....... * Philippe Gelez : .......... - "Je rêve de présider à Madrid : là, au moins, ce point est réglé !"

....... 12 - Le tercio de banderilles : doit-on l'arrêter, le cas échéant, avant les trois paires "réglementaires" ?

....... * Eric Darrière : ....... - "Sauf si le toro est invalide, c'est trois paires ; d'ailleurs, je ne regarde pas le torero pendant ce tercio"

........* A ce moment, Hervé Touya ne peut s'empêcher d'intervenir pour dire qu'il faudrait arrêter plus tôt si le toro est faible car, sinon, on obère le 3ème tiers (!!!)

....... * Jacques Pons : .......... Est d'accord avec Darrière : l'arrêt prématuré doit rester exceptionnel.

....... * Philippe Gelez : .......... Est lui aussi d'accord : trois paires, c'est trois paires et puis c'est tout ; de plus, cela oblige à plus de respect dans la lidia.

....... 13 - La sonnerie des avis : doit-on respecter la montre ou pas ?

....... * Philippe Gelez : .......... - "Globalement oui, mais il faut être plus indulgent s'il s'agit d'un novillero peu expérimenté ou si la faena se déroule très bien."

....... * Eric Darrière : .......... - "Lors de la corrida du lundi à Vic, les trois avis sonnés pour Savalli m'ont mis mal à l'aise ; d'ailleurs, j'ai un peu attendu pour les faire sonner. C'était la première fois que cela m'arrivait d'aller jusqu'au 3ème"

....... * Bernard Langlade : .......... - "Il ne faut pas présider avec les yeux sur la montre, surtout pour le 1er avis"

....... * Jacques Pons : .......... - "Tout dépend si allonger la faena est intéressant ou inutile"

....... * Re-intervention du même Touya pour dire qu'il faudrait peut-être faire comme au Mexique, où les avis sont décomptés à partir du 1er coup d'épée. ....... Mauvaise idée : les quatre sont d'accord pour répondre que c'est une belle "tonteria" !

....... * Eric Darrière : .......... - "Les meilleures faenas sont les plus denses" .......... - "La longueur n'est pas un signe de domination" .......... - "N'oublions pas que les avis, au moins pour les deux premiers, n'ont aucun caractère de sanction"

....... 14- L'octroi des trophées :

....... * Philippe Gelez : .......... N'est pas partisan de l'inflation dont nous sommes témoins au quotidien.

....... * Jacques Pons : .......... Est d'accord pour ne pas les brader. .......... - "Le problème se pose dans le cas de division du public"

....... * Eric Darrière : .......... - "C'est un moment difficile" .......... - "Si la pétition est un 50/50, je donne la 1ère oreille" .......... - "Pour la 2ème, c'est moi qui décide" .......... Est surpris par la violence des gens à ce moment de la course.

....... * Bernard Langlade : .......... - "En France, peu de gens viennent avec un mouchoir : comment interpréter les hurlements et vociférations des autres ?" .......... - "Si l'on accorde de suite la 2ème oreille, cela incite le public à réclamer plus"

....... 15- L'oreille la plus difficile à accorder nest-elle pas la première de la course ?

....... * Philippe Gelez : .......... - "C'est exact"

....... * Jacques Pons : .......... - "Contrairement à ce que beaucoup pensent, donner une oreille n'a jamais "lancé une course""

....... * Eric Darrière : .......... - "Il faut s'en servir pour gérer l'équilibre entre euphorie et morosité"

....... 16- Dans le cas de l'octroi de deux oreilles, doit-on les donner de suite, en une seule fois, ou bien laisser monter la pétition ?

....... * Philippe Gelez (Sans hésitation) : .......... - "Je laisse monter"

....... * Jacques Pons : .......... Fait une nuance entre deux oreilles en une fois et une plus une

....... * Eric Darrière : .......... - "Pour moi, c'est un rite de faire "pétitionner" le public" (Tiens donc, il a dit voici cinq minutes que la deuxième oreille était strictement de son ressort : serions-nous devant un cas d'Alzeimer précoce ?)

....... 17- et les mouchoirs autres que le blanc ?

.......* Philippe Gelez : .......... - "Le mouchoir rouge est devenu à peu près inutile : on ne voit plus de manso perdido"

....... * Eric Darrière : .......... - "Le mouchoir bleu est celui qui procure le plus de satisfaction"

....... * Philippe Gelez : .......... - "… mais il faut l'accorder en tenant compte de la bravoure du toro et non de la seule noblesse, à ces toros qui "permettent", terme qu'il dit abhorrer " (A juste titre)

....... * Le mouchoir vert est évoqué principalement pour dire qu'un toro changé avant les piques est pris en charge par l'assurance de l'organisateur alors qu'un toro changé après les piques ne l'est pas.

....... 18 - Quand on est au palco, peut-on être aficionado de bout en bout ?

....... * EricDarrière : .......... - "Le président est avant tout un spectateur" .......... - "… et un spectateur navré de ne pas pouvoir applaudir"

....... * B.Langlade : ...........- "Quand on est au palco, il faut être plus attentionné que quand on est dans les gradins"

....... 19- Quels sont vos meilleurs et vos plus mauvais souvenirs ?

.......* Philippe Gelez : .......... - "Une oreille accordée à un matador qui s'attendait à en récolter deux, oreille qu'un péon a obligeamment coupée en deux pour que le torero ait un "objet" dans chaque main lors de son tour de piste.

...... * Eric Darrière : .......... - "Le plus mauvais, lla corrida d'El Pilar en septembre à Dax voici deux ou trois ans" .......... - "Le meilleur, la prochaine corrida"

....... * Bernard Langlade : .......... - "Rien en particulier"

....... Question d'une dame dans le public : pourquoi y a-t-il aussi peu de femmes au palco ?

....... * Eric Darrière : .......... - "Vous avez raison, c'est une honte !"

Bernard Desvignes 08/07/2007