2 contributions / 0 nouveau(x)
Dernière contribution
60 ANS

 

Difficile de l'imaginer, un peu dégarni, cheveux blancs, vouté...

Il aurait cet indicible charme de ceux qui ont fréquenté les bords de la margelle, d'un côté la vie, de l'autre le néant.

Il sourirait en blaguant, laissant les enfants s'amuser avec ses quelques souvenirs...une cape, une muleta un trophée ou deux..

Il prendrait sa guitare, ferait quelques accords sans jamais se départir de sa bonne humeur, il chanterait, faux, un peu, peut être..

Ses deux mains, surtout sa gauche danseraient sur le morceau de bois..tirerait des accords sonores comme son rire..

Il écouterait ceux de sa famille, ses amis, présents lui souhaiter un bon anniversaire..

Il aurait soixante ans, déjà.

Difficile d'imaginer.

Ses histoires de voyages au long cours, de l'autre côté vers les Amériques si chères à son cœur.

Il était un Dieu là bas.

On lui ferait raconter pour la énième fois ce Panolero, toro de Miura avec lequel il aurait triomphé en Arles, il aurait....

Mais voilà...Nimeño II n'est plus depuis longtemps..

Il aurait eu soixante ans hier.

Tout cela est loin, déjà, et si proche pourtant..

CHF

SOIXANTE??

Pour beaucoup d'entre nous aussi il était un dieu. Plus encore. Un être si cher....Une icône, la réalisation de ce rêve fou, d'avoir à nous, chez nous, un matador de légende. Notre Belmonte, notre Manolete, notre Gallito à nous! Et il était si ouvert, si chaleureux, si humain...

Merci, Ch. Frizzi, pour cet hommage à notre cher Christian, NIMEÑO II, para el recuerdo, admiratif, respectueux, affectueux.