Aignan le 17 avril 2022

 

Après deux ans et demi de diète taurine pour la commune d'Aignan, les portes des arènes ont pu s'ouvrir avec une bonne assistance et au programme deux spectacles :

 

En matinée, 4 erales de l'Astarac de notre ami jean Louis Darré, du beau bétail bien roulé et bien dans le type Guardiola. Les deux premiers supérieurs, le troisième détonne par sa faiblesse et sa distraction. Le quatrième est un beau novillo un peu compliqué mais très intéressant.

Au premier, le jeune Juanito s'est très bien appliqué et fut intéressant. Le troisième ne permet pas beaucoup, on passe.

Avec le deuxième nous allons faire connaissance avec une jeune novillera, Miriam Cabas, qui ma foi ne nous a pas déçu cape et muleta en main. Hélas pour elle tout est emporté par son manque d'efficacité à l'épée. Laborieuse au quatrième, elle entendra sonner les trois avis. Il faut dire que les novillos étaient trop forts pour elle qui est désavantagée par sa taille. On pourra la revoir et notons que le public a été indulgent et l'a applaudie les deux fois.

 

L'après midi 6 toros de Pagès Maillan, bien présentés, bien armés sauf le sixième brocho et les cornes en pinceau. Dommage car ils ont eu un bon comportement en piste. Tous deux piques - sauf le quatrième qui en a pris quatre avec bravoure – tous d'une bonne noblesse. Une vuelta au toro a été accordée qui était justifiée.

Javier Castaño revient bien après tous ses soucis de santé et s'est montré surtout professionnel. Au premier, bien à la cape, facile à la muleta, une demie estocade avec mort rapide lui vaut 1 oreille.

Il reçoit le quatrième bien dans la cape puis le met bien en valeur grâce à son picador attentif aux dires de son maestro rendant le tercio de piques intéressant. Dommage que pour la dernière au regaton le toro ne soit pas parti. Ensuite il mène la faena consciencieusement et conclut d'une estocade tombée. 1 oreille.

Thomas Dufau s'est un peu employé au deuxième à tous les temps de la rencontre menant la faena sur les deux cornes. Estocade mais le toro ne tombe pas et ça traîne en longueur ce qui vaut deux avis. Applaudissements.

Il affronte ensuite un toro bien armé et un peu plus compliqué. Thomas a eu toutes les peines à conduire sa faena et malheureusement deux avis encore. Silence.

David Galvan que je découvre de matador ne torée pas beaucoup. Au troisième il est bien à la cape, les piques sont normales c'est à dire traseras comme trop souvent en tous lieux ! Il attaque sa faena bien doublée mais pas assez appuyée ce qui fait que le toro va l'avertir plusieurs fois. Malgré les difficultés, le garçon insiste sur cette corne gauche c'est tout à son mérite. Estocade et oreille.

Avec le sixième aux armures désastreuses à la sortie, le garçon s'est un peu animé et a placé ainsi des détails par-çi par-là. Estocade basse et oreille.

Voilà ce que fut notre après midi qui fut rendu agréable par le bétail présenté mais nous avons eu droit à des cris et vociférations de la part des trois toreros avec des tons différents pour chacun. Sur les gradins cela est très désagréable pour tout le monde même si au final la journée fut intéressante.

Michel Jean