Les arènes du Soubestre sont aux trois quart pleines, bien gardées par les forces de police qui font devant mauvaise foLes novillos sont très bien présentés ; un lot lourd et mobile, doté d’un fond de caste, bien armé, le quatrième sera récompensé d’une vuelta posthume. Seul le sixième, lui aussi noble à souhait, a montré des signes de faiblesse. Ils n’auraient pas déparé une bonne novillada avec picador.

Roberto ARMENDARIZ, rejoneador, a su faire apprécier une cavalerie de luxe venant, semble-t-il, de chez Pablo Hermoso de Mendoza dont il est un élève. Peu à l’aise pour poser les rejons de châtiment il en fera un peu trop avec les banderilles, posant son saôul de longues, de courtes et de roses… Il tuera correctement son second taureau querencioso et arrêté. Le public emballé lui permettra de sortir a hombros pour les trois oreilles coupées.

Roberto ARMENDARIZ  Jorge RICO

Jorge RICO, originaire d’Alicante, dix-neuf ans en avril, concède une bonne tête à ses deux confrères. Il compense par un dynamisme et des postures très torères qui ne suffisent pas devant un novillo noble mais exigeant. A signaler de belles séries de naturelles après une cape hésitante. Il coupe néanmoins une oreille après mete y saca et une entière.

Tibo GARCIA, originaire de Nîmes, a tiré au sort un novillo puissant qu’il réussira à contenir dans la cape. Sans démériter, il a dû composer avec un adversaire qui pesait constamment ne lui permettant pas de poser suffisamment le rythme. Le public a apprécié une lidia où le novillero a paru prendre du plaisir. Il tue d’une entière après un pinchazo et coupe une oreille qui au regard de la jurisprudence locale aurait pu en valoir deux.

Tibo GARCIA Ivan GONZALEZ

Ivan GONZALEZ, originaire de Salamanque, sera le seul à poser les banderilles d’ailleurs sans fantaisie et sans trop de réussite. Bien qu’il soit le plus jeune en tauromachie, il surclasse ses collègues par un poignet dominateur et agile. Il délivrera des séries constituées de passes lentes et basses sur les deux mains. Le public adhère à son toreo, il tue d’une entière, le jury lui accordant le droit de combattre le sixième novillo. Devant ce dernier il prendra un évident plaisir même si les faiblesses de son adversaire viennent un peu ternir cette finale prolongeant à souhait une lidia qu’il conclue d’une nouvelle oreille. A noter le quite par colleras de Rico et Garcia, puis des manoletinas bien serrées et de très appréciés changements de main.

Quite par colleras Jorge RICO Tibo GARCIA

 

Le bayonne de cristal est remis à Roberto Armendariz. Le prix  des organisateurs du Sud-Ouest est partagé entre Ivan Gonzalez et Tibo Garcia avant que Rafael Finat, mayoral, Roberto Armendariz et Ivan Gonzalez quittent l’arène couverte a hombros.

D V