1 contribution / 0 nouveau(x)
Baccalauréat

Ça y est les gamins qui “Bachottent“ suent encre et eau sur les sujets du bac avant de goûter soit au graal du nom sur la petite affichette du mur de l’école qui vous classe parmi les meilleurs,  soit aux affres de ceux qui devront recommencer à se replonger pour rattraper quelques points dans les cahiers et les livres en laissant là, ceux qui ont définitivement échoués.

Ce qui fait déjà de ces jeunes humains, des humains très différents, sont-ils et les uns et les autres plus ou moins respectables pour cela ?

Je me plais à penser que certains seront maestros et d’autres subalternes, la loi de la vie en quelque sorte.

Hier le sujet “littéraire“ était le suivant : “Respecter tout être vivant est-il un devoir moral“

Ce sujet, bien actuel, quand l’animal prend de plus en plus de place dans un monde urbain qui se déshumanise, et dans lequel notamment la solitude, fait que l’animal devient un “compagnon“ (littéralement celui avec qui l’on partage le pain) tombe pile poil au moment des attaques incessantes (et pas seulement contre la tauromachie) des animalistes calculateurs.

Sur ce, les intelligentsia de tous poils, plus souvent dans un souci de provocation d’ailleurs que de véritable aspiration de fond, et qui tiennent un nombre conséquent de média, y vont de leurs contresens, et du mensonge éhonté, télévisuel, radiophoniques et autres support,  qui font oublier que si l’homme à des devoirs il a aussi des droits, et que ceux-ci existent parce que l’animal a été soumis depuis toujours à “l’Homme“.

Il ne s’agit plus alors de savoir si l’animal est égal à l’homme (comment le serait-il d’ailleurs ?) lui, qui ne partage pas, le quart des capacités humaines, et notamment celle de  la conscience douée de raison, et donc du droit de transgresser celle-ci, dans un cadre défini, nécessaire à la vie en communauté.

Ça n’est pas un hasard si les barbares d’aujourd’hui comme d’hier cherchent à tuer en priorité “l’histoire humaine“ en s’attaquant à l’art et la connaissance (vertu humaine s’il en est) qui a été bâtie sur ce crédo de domination face à l’animal et à l’humain d’ailleurs aussi.

Les “animalistes“ de tous crins, nous projettent à la tête leur manque de raison, voire d’intelligence. Vouloir mettre l’animal sur le même pied d’égalité que l’homme, n’est-ce pas nier l’humanité même ? (Vous avez deux heures)

Donner aux animaux, tous les animaux (y compris les plus microscopiques capables de vous dézinguer une population humaine) les mêmes droits qu’à un être humain, c’est se mettre une mèche de perceuse dans la tête pour se suicider lentement.

Le premier devoir de l’homme étant de se préserver pour se survivre à lui-même (ce que l’on retrouve dans les grands défis y compris ceux de l’inutile) la corrida en est un.

Les pseudos bobos dont les seuls besoins sont de paraître et de survivre dans leur milieu feutrés, prônent les salades, légumes et autre interdiction de manger de la viande. (Le tout premier effet étant de rester mince pour exister dans leur monde de mode, et de Buzz du paraitre) ne se souviennent donc pas que si l’humanité est arrivée jusqu’à eux c’est parce que l’homme est omnivore, conscient des maladies, et des devoirs de la reproduction, qu’il a appris à tuer, à dominer, et à jouer y compris avec l’essentiel, utiliser le sexe (sujet ultime de la reproduction donc de la vie) comme un objet de plaisir…parce qu’il est doué de raison et donc de son contraire la déraison, puisqu’il est conscient.

Ce qui n’est pas le cas de l’animal.

Et c’est ainsi qu’existe Zaïa la très (trop ?) célèbre compagne tarifée de Ribéri en son temps, qui souhaite peut-être se racheter une conduite, en s’exhibant nue avec des quartiers de viande dessinés sur le corps (à moins que ce ne soit que du “Buzz“ pour bobos) ce en quoi elle n’a rien inventé, elle qui vendait justement sa “viande“ en se prostituant (L’humain conscient de ses devoirs disait “ses charmes“) contre espèce sonnante et trébuchante, et qui a réalisé très vite  que le corps humain permet de rebondir pour se survivre…du moins pendant un temps…ce qui prouve qu’elle se projette vers l’avenir.

Avant elle Zara White actrice porno des années 80 l’a fait et Renaud la “chetron sauvage“ (qui chantait société tu m’auras pas, en se saoulant au Ricard à 7,50€ à la closerie des Lilas (prix moyen du repas 80€) donnant son corps, son âme et jusqu’à son foie aux entités animalistes, donnant une grandeur à l’humain dans sa capacité à se détruire puisque doué de raison, il prend conscience de ses propres contre vérités, transformées en mal être.

Le baccalauréat (littéralement “Baie de Laurier“ “Bacca laurea“ en latin, rappelant que ceux qui triomphaient portaient la couronne de Laurier) est une épreuve “humaine“ (voire inhumaine pour certains)

Je n’ai toujours pas à ce jour vu un animal le remporter.

Quoique mon chien pourrait rendre copie blanche si on lui présentait le sujet suivant :

“Que savez vous de l’humain ? “

Obtenant ainsi auprès de profs (un peu pervertis tout de même) la note la plus élevée, tant on ne sait jamais rien de celui-ci…

Que l’homme soit le prédateur ultime de la chaine animale est indéniable (y compris et surtout contre lui-même) mais le mettre sur le même pied d’égalité que l’animal est une hérésie totale (malgré le rire supposé des hyènes, la frénésie sexuelle des bonobos et les légendaires cimetières des éléphants) ce que résumait Kant en une simple phrase que devraient lire et relire tous ceux qui viennent nous insulter chaque weekend :

“ Le respect ne s’adresse jamais, qu’à des personnes“

CHF