2 contributions / 0 nouveau(x)
Dernière contribution
Barcial

BARCIAL LES PATA…….TRAS

 

 

Pour la faire courte, on les a retrouvés comme a les a laissés…

Beaux, armés, certains peu dans le type.

Avec de l’allant à leur sortie et s’éteignant comme une chandelle au vent d’Automne.

 

Certes nos amis cérétans, emmerdent le monde de leurs commentaires, et empêchent de tourner en rond, il n’empêche que leur avis est plus que souvent pertinent.

 

Du positionnement du cheval, à celui des péons, y compris ceux qui se planquent derrière le burladero pour mettre de ci, de là un coup de capotazo qui dévie immanquablement la charge de l’animal, de commentaires acerbes contre le callejon qui réclame ce que le public ne demande pas, faisant “monter la sauce“.

Critiquant (et à juste titre) la présidence quand elle se perd un peu, sur des changements de tercio.

Mais la soutenant pour une oreille refusée (fallait-il en mettre une après une faena sur le bord et deux épées ? Je ne pense pas non plus) et le salut de Valencia suffisait..

Oui, les voix qui s’élèvent gênent, public et toreros, oui parfois c’est un peu casse bonbons, mais en même temps qui garderait le temple ?

D’autant que ces types font 700 Kms et paient leur place, ça leur donne un peu droit à la parole non ?

Surtout quand vous voyez les cuadrillas obéir, signe que ce qu’ils disent n’est pas faux.

 

Des picadors timides, je pique ça tombe, je pique pas, ça s’arrête, mais si je pique… aussi…et le dernier massacré et qui malgré tout a fichu un bazar monstrueux (on a pensé a une mauvaise, vue, à du vice, à tout ce qu’on veut. Mais il faut reconnaître que dès que ça devient difficile il y a peu de monde en face.)

Lameras reviens nous voir.

 

Bref, une sortie ratée pour les Barcials dont il faut revoir l’entière copie, y compris le fait que certain ressemblait plus à un Miura (Conde de la corte oblige) haut sur patte et noir comme l’ébène et qu’un seul arborait les célèbres chaussettes blanches, les autres salpico et gris souris teintés de noir arborant les couleurs des mélanges réalisés.

Il faut virer le druide de l’élevage, lui confisquer les fioles, tout jeter et recommencer encore et encore, si le patron en peut encore un peu, de lutter contre tous…

 

Alors, il faisait beau et bon au dernier soleil taurin de l’été, sans compter que nous étions tranquilles tout le monde s’était coagulé à l’ombre.

Rien de spécial pour Marcel Garzelli,  sans doute à la prochaine féria (ah si un brindis)

 

Saint Matthieu est passé, On a revu les copains, on discute encore un peu toros…les assoiffés d’oreilles n’ont pas eu leur comptant (il faut aller à Nîmes) car là, il y en a.

Nous, on se contente d’avoir vu des Barcials, et par là, le mal profond qui touche ces encastes devenues minoritaires, et les maux de l’aficion, autour.

 

Bref, ni déçus, ni conquis, un rien de nostalgie. Et comme dit l’autre, à l’année prochaine.

CHF

BARCIAL LES PATA…….TRAS

Décidément, Monsieur CHF, j'apprécie beaucoup tes humeurs. Et  même de plus en plus!

Merci pour cette reseña  originale, et combien juste