MONT DE MARSAN – Dimanche 28 août 2016

Novillada concours organisée par la peña LA MULETA de SAINT PERDON  pour Diego CARRETERO (gris et or), Luis David ADAME (écarlate et or) et Juan SILVA « JUANITO » (blanc et or).

1er : PINTO BARREIROS (3 ans 11 mois) ; lourd colorado liston bien emmorrillé, armé moyennement, astigordo, violent et pesant dans la cape. Le novillo fait sauter une pique placée en arrière, replacée et peu appuyée puis, venant au trot, il s’arrête au niveau du cheval et sort seul. Pas de poursuite aux banderilles, avec deux paires à cornes passées. Les piques n’ayant en rien réglé le port de tête, la faena restera prudente sur les deux bords. Final par passes aidées avec l’animal toujours tête haute. Pinchazo en frôlant l’accrochage et entière verticale en place. Silence pour les deux protagonistes.

2ème : MURTEIRA GRAVE (3 ans 5 mois) ; long negro meano en pointes, reçu par véroniques suivies de chicuelinas au centre. Arrivant au trot pour une pique en arrière, il secoue, débarque le picador et fait s’effondrer le cheval ; 2ème pique en venant en deux fois, basse, avec poussée de travers et changement légèrement protesté (pour voir quoi de plus ?). Le novillo se montre déjà tardo sur le quite d’Adame et s’arrête au 2ème tiers. Toréant main basse mais sur le voyage, le novillero se fait avertir dès la 2ème série de derechazos. A gauche, c’est extinction des feux et retours sur place, et il revient au public d’inviter l’homme à conclure, ce qu’il fera d’une entière basse et en avant. Nouveau silence général.

3ème : Miguel ZABALLOS (3 ans 7 mois) ; negro fin et avacado, cornicorto, qui se retourne vite dans la cape. Enfin un novillo qui pousse, de plus sous une pique en place ; à la 2ème, brève, il viendra en deux fois. Banderilles correctes, sans poursuite. Un peu faiblot, il arrive avec peu de charge à la muleta, mais se montre noble et met bien la tête. Juanito torée main haute et surtout de façon marginale ; ça passe à droite mais ça cafouille franchement à gauche, avec désarmé à la clé. Pas dominé, le novillo profite des bernadinas finales pour abandonner le combat et aller au toril. Mise à mort pénible avec quart de lame, deux pinchazos dans les planches et sept descabellos entrecoupés de démarrages. Avis et silence pour l’homme, applaudissements pour l’arrastre.

4ème : PEDRAZA de YELTES (3 ans 3 mois) ; quasiment un toro, colorado ojo de perdiz liston, armé brocho et vers le bas. Enfin un vrai tercio de piques mené par Ramon Florés en trois rencontres, pique en place,  avec poussées franches, le novillo venant de plus en plus loin, accélérant même à la 3ème ; ovation au picador. Et dire que Carretero avait demandé le changement après la 2ème … Au 3ème tiers, l’animal vient de loin, avec une charge vibrante, tête basse. Reconnaissons au novillero le mérite de nous « montrer » son adversaire ; à côté de cela, il tarde à prendre la main gauche, pour une seule série (ou deux ?) après quatre à droite ; heureusement, il se croise lors de son retour à droite, mais aurait pu s’éviter, et surtout nous éviter, cette circulaire inversée, tarte à la crème de l’époque. Il conclut par entière que j’ai vue verticale, tombée et en avant. Mouchoir bleu évident pour ce magnifique novillo et deux oreilles pour l’homme (la 2ème m’a paru exagérée, sans être scandaleuse).

5ème : Aurelio HERNANDO (3 ans 5 mois) ; imposant jabonero sucio armé correctement, reçu par larga à genoux. Piqué par Vicente Gonzàlez, il pousse sous trois piques plus ou moins mal données : 1ère longue et pompée, 2ème brève et sortant seul, 3ème dans l’épaule et replacée. Quite par zapopinas d’Adame qui, manifestement, veut lui aussi « son » oreille. Poursuites molles au 2ème tiers. La faena m’a paru destinée avant tout au public : entame par deux passes cambiadas au centre pieds dans la montera, suite en faisant tourner l’animal autour de lui comme pour le saouler -et nous avec-, bernadinas alors que sonne le (1er) avis, tout y passe. Le novillo, lui, se montre noble mais cogne dans la muleta à chaque passe et l’accroche à l’occasion ; c’est encore plus heurté à gauche. Peut-être y a t’il là quelques séquelles des piques mal placées … Conclusion (enfin !) avec pinchazo, entière tendue en avant et descabello. Deux avis, salut aux tiers et applaudissements à l’arrastre.

6ème : COQUILLA de SANCHEZ ARJONA (3 ans et demi) ; negro bien armé, voire très bien armé pour un Coquilla, attendu a porta gaïola. Il vient en deux fois et pousse tête haute sous une pique de côté, cherche à la faire sauter à la 2ème et fait de même à la 3ème, peut-être superflue. Banderilles arrêtées après deux paires pour cause de novillo figé. La faena sera pour moi parfaitement décousue, citée muleta sous le mufle, sur le pico et main haute, avec accrochages répétés du leurre ; imposer au novillo et à nous deux circulaires inversées dans ce contexte est pour moi une insulte au bon sens, chose pourtant la mieux partagée du monde (comme quoi pas toujours …). Tiers de lame penchée (avec choc ?) et demi-lame verticale, le novillero, déséquilibré, évitant la chute de peu. Silence final.

Présidence correcte d’Olivier Martin, assisté du Dr Vre Nicolas Mirabaud et de Sébastien Giraldez.

Après une 3ème édition en demi-teinte, cette 4ème novillada concours de Saint Perdon aura redonné des couleurs à cet exercice ô combien difficile à monter, et surtout à monter avec sérieux. Félicitations aux organisateurs pour cela : annonce des novillos en piste, annonce des picadors au micro, piques montées à l’endroit, présidence qui sait refuser une demande de changement de tiers et qui fait sonner les avis à l’heure. i Suerte pour la 5ème !