Alignement des planètes, ou comment analyser les résultats des dernières élections régionales peut soulever de réelles espérances.

Non, il ne s'agit pas de donner de faux espoirs encore moins de jouer la partition sur le ton de la dérision, ce serait mal placé et contreproductif. Oui, les résultats des Régionales 2021 ouvrent des perspectives à l'avantage des Tauromachies, encore faut-il qu'il y ait des projets à soumettre aux conseils régionaux nouvellement élus.

       Au début du mandat précédent, Alain Rousset, président de la Nouvelle Aquitaine, avait soumis au vote de son assemblée une motion de soutien aux Tauromachies adoptée en séance malgré les oppositions que l'on peut imaginer ; il dispose aujourd'hui d'une majorité renforcée et sans alliance.

       Renaud Muselier, président de la région PACA s'est fortement engagé à financer le toropôle porté par la nouvelle majorité de la ville d'Arles et a bénéficié du soutien républicain éliminant de fait l'opposition écologiste.

      En Occitanie, Carole Delga qui n'avait pas soutenu les éleveurs de taureaux espagnols contrairement aux éleveurs de taureaux de Camargue lors de son premier mandat a su faire le constat de désaccords fondamentaux avec EELV portant notamment sur 3 points dont la corrida, points contestés par les alliés potentiels qu'elle a su tenir à l'écart de sa large majorité.

 

Coïncidence ou constat d'une évidence, ces 3 régions administratives recouvrent le territoire défini par la jurisprudence dans les termes suivants :

« Il ne saurait être contesté que dans le Midi de la France entre le pays d'Arles et le Pays basque, entre garrigue et Méditérranée, entre Pyrénées et Garonne, en Provence, Languedoc, Catalogne, Landes et Pays basque existe une forte tradition taurine ».

 

Les positionnements convergents des 3 équipes renouvelées et confortées dans leur majorité ouvrent le champ des possibles. Les instances des Tauromachies doivent donc passer à l'offensive et engager une stratégie nouvelle vis à vis de cet échelon administratif décentralisé qui est porteur des cultures et traditions locales et en charge de l'économie selon le principe européen de la subsidiarité.

 

Imaginer avec elles trois des partenariats durables dans le temps ne peut se refuser. Faire l'impasse sur une telle démarche serait une erreur historique. La FSTF qui a déjà réfléchi à de telles perspectives - les ETATS GENERAUX des TAUROMACHIES y ont contribué - mettra le résultat de ses travaux à la disposition de ceux qui portent la responsabilité des Tauromachies. Parlons en. 

Sachons tirer profit de cet alignement favorable des planètes.