Nîmes : la scène de corrida est revenue sur les murs de l'école Prosper-Mérimée

Les élus heureux de constater que la fresque est revenue.

D. R. 


Les élus heureux de constater que la fresque est revenue.
De gauche à droite : Frédéric Pastor Président de la CTEM, Jean-Paul Fournier, Maire de Nîmes, Valérie Rouverand, Adjointe au Maire déléguée à l'Éducation, Daniel Jean VALADE Adjoint au Maire délégué à la Culture

En septembre dernier, à la suite d'une action de l'Alliance Anticorrida, un dessin représentant une scène de corrida avait été effacée sur les murs d'une école. Un dessin vieux de 2006 et réalisé par des enfants. Cela avait déclenché la polémique.

Fin de la polémique. Ce mercredi matin, l'école Prosper-Mérimée a retrouvé le toro et le torero, peints par des enfants en 2006 dans le cadre d'un projet pédagogique mais effacée par les services de l'Etat après une action de l'Alliance Anticorrida. Les membres de l'association avaient envoyé de très nombreux mails au recteur pour se plaindre de la présence d'un dessin représentant la corrida dans l'enceinte d'une école.

Immédiatement, les aficionados, puis les élus, s'étaient mobilisés, dénonçant alors un acte de "censure". Eux-aussi ont alors mené de nombreuses actions, écrit à l'Education Nationale. Ils ont finalement remporté la partie. "Avec l'accord de madame la rectrice et du dasen, la fresque dessinée à l'époque par les enfants ont depuis ce matin retrouvé leur place au sein de cette fresque représentant tous les monuments romains nîmois. Je me réjouis que le projet pédagogique voulu en 2006 retrouve enfin son intégrité", a commenté le sénateur-maire Jean-Paul Fournier, qui a tenu à admirer ce dessin ressuscité pendant les vacances.
D. R.