Le geste-surprise d'El Juli

 

4 oreilles pour Pablo Hermoso de Mendoza, 4 oreilles et la queue pour El Juli qui offre la pose des banderilles aux aficionados

Le match annoncé était à la hauteur de la réputation des deux toreros qui, depuis une quinzaine d’années, gambadent dans les hautes sphères des vedettes de la tauromachie. Et ce mano a mano n’a pas manqué de panache. Certes on a tout vu, ou presque, du côté de Pablo Hermoso de Mendoza et de sa cavalerie. On a tout vu, ou presque, de la tauromachie du Madrilène mais à chaque course on se laisse prendre aux charmes des pirouettes de « Habanero » devant les cornes du toro, ou les quiebros de « Chenel », ou les morsures de « Pirate » comme des quites par tafalleras, gaoneras ou delantales, les passes mexicaines du Juli. On a critiqué quand le Navarrais se fait bousculer les chevaux ou les rudoie, on a également critiqué le Madrilène  pour ses estocades en évitant la corne. Mais ces deux hommes là sont  de sacrés phénomènes.

Au premier round, devant un toro de Sanchez y Sanchez, Pablo sortit le grand jeu, certainement la meilleure faena des trois, mais il échoua avec le rejon de mort.

Même combat pour Julian Lopez devant un excellent Victoriano del Rio honoré d’un tour de piste posthume. Pas besoin de réviser les théorèmes pour expliquer comment on dessine un cercle et des circonférences et même, s’il le faut, arrêter le trait et repartir dans l’autre sens.

Round d’observation et pas de récompenses.

Pablo Hermoso de Mendoza change de technique, plus rapide, moins spectaculaire quoique … « Disparate » pour les pirouettes et « Pirate » pour la pose des banderilles courtes partagée avec le rejoneador sobresaliente, ont ajouté des points à la faena. Et comme cette fois-ci la mise à mort a été rapide et efficace, 2 oreilles viennent récompenser l’artiste. Liesse sur les gradins.

El Juli  ne se fait pas distancer et coupera également 2 oreilles même si la faena était moins intense que la première.

Retour de Pablo et nouveau festival avec « Habanero », un cheval couleur tabac, immense dans les pirouettes au fil des barrières et « Pirate » pour une pose de banderilles à deux mains qui se termine par la prise des cornes par le cavalier courbé en deux sur le cheval. 2 oreilles s’ajoutent à la collection.

Pablo Hermoso est assuré de sortir par la Porte des Consuls. El Juli sait ce qu’il lui reste à faire. Le Victoriano del Rio est un peu plus compliqué. Il commence par une série de véroniques, pieds joints puis lance un larga, genoux en terre. L’ambiance monte parmi les quelques 11000 spectateurs qui remplissent presque totalement l’amphithéâtre. Après les deux traditionnels picotazos, on ne sait pourquoi, alors que les banderilleros se mettent en place, El Juli les écarte et prend en mains les affaires. Un cadeau pour le public nîmois car El Juli avait depuis longtemps cessé de banderiller. Là les points s’accumulent parmi les arbitres et après une faena d’une très grande qualité artistique et estocade concluante au premier coup d’épée, se sont 2 oreilles et la queue que brandira le Madrilène pendant son tour de piste. La Porte des Consuls s’est ensuite ouverte pour les deux matadors ovationnés pour cette belle matinée.