Dimanche 10 avril 2016

Arènes de Garlin (plein)

Des pedrazas exceptionnels et un Adame à la hauteur

6 novillos 6 de Pedraza de Yeltes, très bien présentés, tous applaudis à l’arrastre sauf le 2e. 3 piques les 4 et 6, les meilleurs ayant été les deux derniers, le salpicado Mirabajo obtenant une vuelta on ne peut plus méritée. Force, entrain et noblesse ont été les maîtres mots de ce lot : de la bravoure pure en somme.

Joaquín GALDÓS (chocolat et or) : applaudissements et oreille
      Galdós aurait pu couper une oreille à son premier qu’il a bien toréé à la cape dès la sortie mais en lui servant ensuite une faena propre mais froide.
      Au 4e, après un batacazo du groupe équestre, les toreros se sont inhibés, laissant le cornu maître de la situation. A la muleta, le Péruvien a montré une nouvelle fois qu’il était capable de gérer son talent en nous laissant sur notre faim au vu des qualités du toro (quelques sifflets au moment de la remise du trophée). 

Diego CARRETERO (gris perle et or) : silence et vuelta
      ¡Dios te libre de un toro bravo!
Que cette profession est difficile ! Vouloir et pouvoir n’est pas exactement la même chose. Si les opportunités et la chance le lui permettent, le jeune Carretero sans doute arrivera-t-il à dominer son sujet mais il est encore un peu vert, manquant clairement de rodage. Sérieusement accroché, on a craint un moment le pire. Les 3 avis ne sont pas restés loin.
      Le 5e a lui aussi mis littéralement la panique en piste après un nouveau catapultage du varilarguero. Seul Rafael Viotti a mis un peu d’ordre dans la lidia mais les piques ont été placées très en arrière. Au derniers tiers, il a manqué de la distance et de la domination et même si le torero est arrivé à lier, le tout est resté très fade. Après de timides applaudissements, le salut a été ovationné ce qui a encouragé le torero de la Manche à donner un tour de piste.

Luis David ADAME (carmin et or) : oreille et deux oreilles
      A son premier, Adame a montré une belle carte de visite avec tous les ingrédients du toreo mexicain, en particulier la variété à la cape et la pose des banderilles. Sa faena a commencé par des pendules avant de prendre la droite dans un toreo un tant soit peu marginal. C’est sur la gauche et dans les changements de main qu’il a été le meilleur. Final de faena par bilbaínas puis manoletinas conclues par une magnifique trincherilla. Nouvelle série, par molinetes cette fois-ci, après un pinchazo, puis lame desprendida.
      Le dernier a pris trois grosses piques, en faisant mettre pied à terre le cavalier, de plus en plus loin, et il aurait sans doute pu en prendre une de plus. Concurrence aux quites entre Galdós qui a donné de bonnes medias et Adame par zapopinas très « templées », la dernière à genoux. Bon tiers de banderilles avant un début de faena à genoux également puis une bonne série à gauche. A droite, malgré une charge profonde, le niveau baisse d’un ton, le torero semblant moins à l’aise de ce côté si on en juge non seulement par le mouvement du poignet mais aussi par le placement. Au bout du compte, faena complète après un final par bernadinas avant une estocade tombée.

N.B. : prix au meilleur picador pour Óscar Bernal. Le mayoral a accompagné Adame, clair vainqueur parmi la torería andante, par la Grande Porte.

Le matin les deux novillos de la fiesta campera, très forts mais aux cornes abîmées, ont également montré de la bravoure, ce qui a mis en difficulté l’inexpérimenté Alberto Escudero qui a passé un sale moment jusqu’à se faire prendre aux planches. Carretero a logiquement été le vainqueur du référendum pour le troisième poste de l’après-midi suite à une prestation correcte face à un animal exigeant. Si dans les premiers temps le toro a pris le dessus, il a eu le courage d’insister sur la gauche jusqu’à tirer des passes méritoires.