1 contribution / 0 nouveau(x)
A PART VARA BIEN SUR

A PART VARA BIEN SUR..

Fin de weekend taurin à Céret très décevant.

Encore secoués par la course de la veille, qui m’a intéressée de bout en bout, car, comme je l’ai dit une course plurielle…et après le fiasco torero du geste matinal (voir par ailleurs…Un Everest…) nous étions supposés revenir à la normale.

Nous étions suspendus au Raso De Portillo, car les novillos du fer de la plus vieille ganaderia datant selon certains du xv -ème siècle, étaient sortis magnifiques, et durs au combat à Vic Fezensac.

Las, les Raso firent illusion, mais manquèrent de fond, même si la pique et l’entrega des trois toreros était restée à la plage.

Année après année, on voit s’étioler Robleno, il faisait un toro sur deux, maintenant, il regarde passer les trains. Certes il a son rond de serviette attitré et ses fans (il a été applaudi à sa sortie, et je me demande encore pourquoi ?) mais comme on le dit chez moi :’’il n’en fout pas une rame’’

Comme le dit l’adage, il n’y a pas de belle équipe sans grand capitaine, vu le peu d’entrain et les trucs permanents et visibles de Fernando, pico, a corne passée, le pasito patras…les deux autres toreros se sentirent moins concernés…les péons encore moins

Gomez del Pilar, oublia ses bonnes manières de Vic Fezensac, et sombra dans l’ennui et l’a peu près, quant à Maxime Solera, il resta très en dessous, et rata encore ses estocades…

Une pique bien donnée, au troisième toro, et plus grand-chose à se mettre sous la dent…

Incontestablement la première corrida restera dans les mémoires des purs aficionados, comme quelque chose de rare et précieux …déroutant les autres…

 

Le reste doit donner à réfléchir à L’ADAC…car le dimanche fut extrêmement long et lassant, une fois l’esthétique des toros admirée et la musique un poil longuette applaudie, bien plus que ce qui s’est produit dans le ruedo…une erreur de casting peut-être (suivez mon regard) …un entêtement coupable, suivez mon deuxième regard…soyons sûrs que l’ADAC saura réagir…mais comme souvent il y avait toro la ou les toreros manquaient.

A PART VARA BIEN SUR.

CHF