1 contribution / 0 nouveau(x)
''salauds de chasseurs''

L’homme a la pelle, et en slip, qui bouta Bougrain Dubourg et son équipe de télévision, venus dans les Landes, à l'aube d'un petit matin, faire le buzz chez lui, a gagné en partie son procès contre France 2, télévision nationale, payée grassement faut-il le rappeler par la redevance et donc par nos impôts.

Rappeler les faits est important. Imaginez-vous toute une équipe de télévision, Bougrain Dubourg, et quelques invités des médias bobos parisiens, débarquer chez vous, piétiner votre potager, bousculer votre femme, et envahir votre espace privé.

Sans compter la diffusion de ces images dans le Pays tout entier, voire au-delà, grâce aux réseaux, dits, sociaux.

Je ne connais pas cet homme, qui du reste, serait condamné pour menace avec port d’arme, selon la presse locale, la pelle étant devenue une arme entre ses mains. Mais voir une horde de gens, des caméras, des projecteurs a de quoi vous effrayer et vous mettre en colère. Surtout quand votre femme d’un ‘’certain âge’’ est bousculée et jetée à terre. Ça, ne cherchez pas, la télé ne l’a pas montré, comme toujours, l’info va dans le sens souhaité, en l’occurrence un terrible criminel chassant ‘’a la matole’’ contre le défenseurs des oiseaux, le chevalier blanc, Bougrain Dubourg

Cette action, simple premice des lois liberticides venues de la capitale, sera suivie des tentatives que l’on sait, contre la chasse, la corrida, la ruralité dans son ensemble.

Au nom d’une morale qui, a la vue de ce qui s’est passé dans cette ferme des Landes, et les gémissements larmoyants de partis de la bien-pensance, ramène l’humanité loin derrière l’animal.

Ces gens, ne vivent pas à la campagne, ne savent rien de la ruralité, pire, lâchez les dans un sous-bois pendant deux à trois jours, ils mourront de faim entre des arbres a fruits, des baies, des nourritures potentielles. Ils pleureront aux bruits de le forêt, et sursauteront à la vue de n’importe quelle boule de poil un peu curieuse qui s’approcherait  d'un peu trop près.

Et je ne parle pas des chouettes, Hulans et autres grands ducs qui les terroriseraient toute la nuit..

Ils ne savent rien des animaux, que ce qu’ils en lisent bêtement dans les bréviaires des bénis oui-oui, ils ne savent rien du travail de la terre, de l’élevage, et suivent aveuglement les partisans verdâtres des villes qui leur racontent n’importe quoi.

De l’ampoule a basse consommation qui s’allume tardivement, donc après que vous êtes sorti des toilettes qu’elles sont censés éclairer par exemple, des auto lib enterrées en douce au nord de Paris car on ne sait pas qu’en faire, des éoliennes qui maintenant qu’elles sont installées deviennent un sujet de gêne, et de bêtise (on enterre des pales entières en cachette également) aux lobbys qui avaient fait mettre des muselières aux veaux sous la mère, a ceux qui ne tolèrent pas le dressage de chiens pour aveugles, a tous ceux-là, naïfs urbains ou calculateurs. Gérants et présidents d’associations dite ‘’nature’’ grassement rémunérées et qui ne lâcheraient pas leur place dorée pour un empire, quitte à mentir effrontément, tous ceux qui politiquement raclent le fond du tiroir, en dressant des sociétés rurales et urbaines les unes contre les autres, au risque de provoquer des drames, comme pour les boucheries attaquées par les végans et assimilés, mais je t’en fiche on continue d’écouter ces gens, j’allais dire aveuglément.

De l’Anglaise imbécile qui voulait sauver des ‘’bébés towo’’ elle le prononce à peu près comme cela, a Rodilhan, mais aurait été tuée par ceux-là même qu’elle comptait défendre, au type qui sauta un jour en piste et se fit charger par un toro qui le laissa en haillons et miraculeusement en vie, a tous ces gens qui n’ont jamais approché de près un élevage, et ne savent rien du toro de combat. Savez vous par exemple que le CRAC reprend allègrement le texte du livre … ‘’ou tu porteras mon deuil ‘’ pour alléguer, l’usage de drogues ou l’histoire des sacs de ciment lâchés sur les reins du toro…et tout ca repris en boucle...

Bref, ce fossé qui se creuse, avec l’approche des élections devient un gouffre béant.

La journée de ce weekend à Mont de Marsan, partie, je crois, d’un rassemblement comme l’an passé des taurins, afin de défendre notre culture, vient d’être appuyée par les chasseurs, à qui on reproche les chasses traditionnelles, et ce ne sont plus quatre cent aficionados, mais au moins douze mille personnes qui sont attendues à Mont de Marsan demain.

Bien sûr on pourrait presque se dire que la tauromachie sera noyée dans la masse, l’état tergiverse, que sans doute les lois européennes vont finir par l’emporter (appliquées est moins sûr) pour la chasse et le bien-être animal, mais la cible visée, madame Pompili chantre d’une transition écologique sera secouée par l’épreuve.

Tous les États craignent les chasseurs, la ruralité, le peuple des champs et tout ce qui s’y accroche…les révolutions, fomentées par une certaine noblesse, partent toujours de la fourche et de la terre.

L’état, a commencé le désamorçage de cette action, même si personne n’est dupe, mais demain sera rouge au Moun opportunément pendant une journée du patrimoine

Cette action historique par le nombre, devrait en entrainer d’autres si les considérations politiques venues d’ailleurs l’emportaient sur la réalité de notre terroir.

A Noter que l’association des maires des landes sera du cortège ce qui finira de cliver politiquement les attaques régulières mais plutôt électoralistes et redonnera la parole aux locaux face aux urbains dont les problèmes et les solutions sont loin d’être les mêmes.

Enfin, puisque la bien-pensance voudrait imposer ses lois, je suggère à titre personnel que l’on réintroduise des loups, dans le bois de Boulogne, et celui de Vincennes, totalement libres bien sûr et protégés.

Après tout ils étaient dans Paris avant que ces ‘’salauds de chasseurs’’ ne les en chassent.

CHF