MONT de MARSAN – Samedi 19 juillet  2014

Corrida de D. Victorino MARTIN ANDRES pour Diego URDIALES (vert prairie et or), Manuel ESCRIBANO (bleu électrique et or) et Alberto AGUILAR (turquoise et or).

Lot bien présenté, de comportement ni passionnant ni scandaleux, avec ce fond de faiblesse que l’on retrouve maintenant souvent dans cet élevage. Les tercios de piques ont pour la plupart frôlé l’indigence. Reconnaissons cependant que tous ou presque sont morts bouche fermée et remercions Urdiales qui, par son engagement et sa volonté, a sauvé cette tarde de l’anonymat.

1er(4 ans et demi) ; armé correctement, jette les pattes et prend deux piques sans relief, 1ère en place, 2ème courte (et placé trop près !). Banderilles correctes avec poursuite à la 1ère paire. L’animal charge mufle au sol dans la muleta d’Urdiales, qui se croise sur des séries courtes, mais la charge se ralentit et se raccourcit rapidement. Les naturelles sont d’abord profilées, puis de trois quarts, puis de face. La faena, courte, est parachevée d’aidées basses et la mise à mort mouvementée avec pinchazo porté en se jetant, entière avec accrochage, le matador se faisant reprendre au sol et projeter en l’air, entière plate penchée et deux descabellos. Pétition hurlante pour une oreille fêtée et applaudissements nourris (et immérités) à l’arrastre.

2ème(4 ans 5 mois) ; fin et léger, bien armé, sort abanto et est protesté car traînant un postérieur. Les véroniques d’accueil sont lentes et les deux –petites-piques sont vraiment données pour la forme. Tercio de banderilles correct du maestro, avec chute après la 1ère paire et poursuite à la 3ème. Après avoir fait illusion par sa vivacité sur les doblones, le toro charge plus lentement, mettant la tête puis cherchant l’homme et finissant par se retourner à la 3ème naturelle. Escribano frôle l’accrochage sur sa 2ème série à gauche, revient à droite pour constater que son adversaire ne passe plus et lui inflige, ainsi qu’à nous, deux séries supplémentaires et superflues pour s’en assurer. Demi-lame en arrière, deux descabellos au toril et applaudissements.

3ème(4 ans 5 mois) ; càrdeno oscuro plus lourd au museau de rat qui jette les pattes et chute à la sortie d’une pique basse puis vient d’assez loin pour une autre, replacée en arrière et prise sans conviction. Le toro suit néanmoins sur deux paires de banderilles correctes suivies d’une seule. Avec un adversaire noble mais montrant un fond de faiblesse, Aguilar réalise une faena jolie mais sans relief, avec des naturelles templées et bien lointaines conclues par des doblones. Vuelta et autres applaudissements chaleureux à l’arrastre.

4ème(5 ans et demi) ; armé plus large et long à fixer, avec un comportement bizarre qui peut faire penser à un problème de vue. Il tarde à venir au cheval, le public hurle quand le cavalier franchit les raies et il est finalement envoyé n’importe comment pour prendre une grosse puya en poussant ; replacé à la raie, il se défend sous une pique de côté. Le 2ème tiers est limité à quatre banderilles, car l’animal ne démarre pas. A la muleta, Urdiales doit arracher les passes une à une, leurre sous le mufle ; la charge est saccadée à gauche et l’animal se réveille un peu sur deux passes pour retomber dans son immobilisme. Il fallait avoir envie pour sortir une faena improbable, venue de nulle part, là où d’autres auraient renoncé bien avant. Entière en avant, oreille et arrastre cette fois sifflé.

5ème(5 ans et demi) ; un coureur reçu par larga à genoux, qui saute dans la cape puis à la tête du cheval. Les deux piques, en arrière, ne resteront pas dans les annales, même si le toro revient seul pour prendre un picotazo. Tercio de banderilles long avec une tentative de quiebro dans les planches qui finit en sesgo por fuera pour cause de toro figé et finalement un quiebro intérieur en citant assis à l’estribo. Commencée par une passe changée au centre, la faena est templée mais marginale, l’animal chargeant avec lenteur voire soseria. Final vulgaire, entière tombée, longue agonie, avis, oreille sur pétition minoritaire et arrastre applaudi.

6ème(4 ans 3 mois) ; playero un peu bizco, violent dans la cape. Le picador est correct en trois rencontres : 1ère, rien ; 2ème en secouant ; 3ème tardo et se rapprochant seul. Salut du banderillero qui pose les 1ère et 3ème paires. Au 3ème tiers, le toro trébuche, s’emmêle antérieurs et postérieurs puis désarme Aguilar qui fait mine de se croiser pour la galerie et en profite pour user et abuser du pico. Il me semble qu’il y a beaucoup de hurlements et de cinéma pour pas grand-chose face à un opposant de peu d’intérêt. Fin du pensum avec pinchazo, tiers de lame et deux descabellos. Avis tardif et silence.

Présidence correcte dans l’ensemble, par moments un peu laxiste, de Philippe Lalanne, assisté de Franck Lanati et de Nathalie Garcia.