1 contribution / 0 nouveau(x)
six lances

 Six lances….

 

Quand à la dernière coupe du monde les brésiliens, gardiens du feu sacré du football, encaissèrent sonnés le septième but infligé par l’armada Allemande, tous les véritables amateurs de foot eurent cette étrange sensation à la fois d’incrédulité, de déception, et de sentiment que rejoué dix fois, neuf fois même si ils perdaient, les brésiliens ne le perdraient que de peu…

C’est ce sentiment là qui m’habite à la sortie de las Ventas

 

On sort d’une telle fournaise sans un poil de sec.

 

Les dés ont été jetés, et ne sont jamais vraiment retombés sur le tapis vert d’une gloire éphémère, là ou elle aurait pu être éternelle.

 

Commençons par mettre les pendules à l’heure..

Les mauvais foies.

Ceux qui ont l’ôdeur âcre du fiel qui leur coule en bouche ont lâché leur venin : “Fandiño est à sa place“ ont déjà titrés certains.

Les mêmes iront lui caresser les rognons dans le bon sens quand cette saison il ressortira et en triomphe.

C’était d’ailleurs prévisibles, puisqu’ils nous reprochent même (et je me sens visé) d’avoir entretenu un faux espoir (ah merveilleux chantres du je vous l’avais bien dit.) ou étaient-ils quand Ivan sortait par la porte grande de las ventas, ou lorsqu’il tua à cuerpo limpio ? Toujours là, à sucer les roues…superlatifs au stylo, et mots d’amour au clavier…

Mauvaise haleine…mauvaise plumes…

 

Les suceurs de roues, eux, ont déjà portés leur rameaux bénis aux pieds des statues dorées qui se marrent dans leurs fincas remplies de trophées à défaut de têtes de toros indultés.

Au moins après ça, celui là ne nous emmerdera plus…

 

Mes copains espagnols disent que une bonne partie du contrat est rempli puisque Fandiño à aligné un no hay billetes à las ventas avec des ganaderias dures, un Dimanche des rameaux, démontrant au moins une chose c’est que nous sommes nombreux à ne plus vouloir d’un toreo synthétique avec des toros de papier, et qu’on peut remplir la capitale du monde taurin avec de telles affiches CQFD.

 

Maintenant, il faut bien faire les comptes, et contrairement à certains, ne le faire que sur cette course et non pas comme d’autres en misant sur la carrière ou non de Fandiño qui les dérangent puisque hors du système.

 

Les toros sortis en piste (mis à part un Cebada Gago qui détonnait du lot) étaient des estampes à faire fuir n’importe quel torero du FIT.

 

Mais les trois premiers franchement brillèrent par leur faiblesse, et leur manque d’allant ;

 

Verre à moitié plein, Fandiño ne put lier les passes ce qui aurait déclenché les bonnes ondes positives ressenties autour de l’arène.

Verre à moitié vide il n’a pas eu le recours technique nécessaire pour faire au moins illusion. (ça on le savait aussi)

 

 

Donc la mi-temps sonnait et ça commençait à sentir le roussi.

Pas d’applaudissements, pas de trophée.

Et un Fandiño apathique, étrangement éloigné du sujet.

 

L’Escolar Gil redonna un coup de fouet au public par une sortie et un tercio de piques très intéressant, le public basculant en faveur du toro.

Franchement, Fandiño passa à côté du meilleur du lot, peut-être rongé par le doute à ce moment là.

Les picadors applaudis (la première pique donnée au Victorino qui se blessa au cheval fut mouvementée et celle à l’Adolfo donnée avec intérêt) puis les tercios de banderilles sincèrement faites et très professionnelles pour la plupart, firent qu’à un moment le seul à ne pas être applaudi fut le maestro…sauf que, le public en majorité l’applaudit avant la sortie du Palha, pour lui renouveler son soutien.

Preuve que le fameux “geste“ restait tout de même compris par la majorité.

Ce fut celle-ci qui le soutint quand une cinquantaine de coussins dégringolèrent des gradins, jetés par les plus frustrés du jour.

 

Etre seul, à assumer, à avaler, digérer et se nourrir de cette journée.

OUI C’est un fracaso, un échec aussi retentissant que l’attente qu’il avait suscité.

OUI Fandiño est un torero qui n’a pas brillé aujourd’hui

OUI Messieurs il ne fait pas partie du sérail, et je dirais tant mieux, car il sera revanchard, mais je l’ai écrit, il aura au moins essayé, à pris le risque maximal en sachant que ça pouvait se passer comme cela, comme d’autres avec des toros plus conciliants.

OUI il a probablement craqué sous la pression. Et alors ???

Doit –on tout jeter, le bébé avec l’eau du bain ?

OUI nous sommes, nous qui l’aimons bien trés déçus, mais relisez bien ce que j’ai écris il y a quelques jours, sur ce qui pouvait arriver :

 

…..“Le sommet était là, à portée de main, quelques prises à peine..

Encore un effort, juste se forcer, aller au delà de la douleur musculaire, des doigts blessés, d’une fatigue extrême, se surpasser dans l’air électrique sommital.

Mais notre guide regardant le ciel noir et glacial, décida, au final de renoncer, de redescendre vers le confort, la tranquillité, la sécurité.

Dépité, nous déroulâmes les cordes abandonnant un sommet pourtant à portée de bras ou tombait maintenant un grésil froid.

 

On aura au moins essayés dit-il entre ses dents.

Puis ce fut le silence

 

CHF