L’heureux "desquite"…

 

 

Nombreux sont les aficionados qui ne sont pas venus aux arènes en septembre ou qui ont distillé leur présence, écœurés qu’ils étaient par la présentation, la faiblesse et le manque de caste des toros de Pentecôte. Eh bien septembre a connu le desquite. Dans l’ensemble, des toros bien présentés de type, de corpulence et de tête, mobiles, solides ou, au pire, un peu justes de forces, et encastés. Résultat ? Des courses vivantes, intéressantes, et jusqu’à passionnantes.

 

Coup d’œil sur les 5 courses.

 

La novillada de San Sebastian, un peu légère au début puis belle, manquait un peu de fond de caste, mais elle était bien armée et très mobile. Avis unanime : une course intéressante, les 3 jeunes ayant donné tout ce qu’ils pouvaient. Manolo Vanegas a survolé les débats avec qualité : il est mûr pour l’alternative. Andy Younes a encore étalé toute son envie ; sa cape continue de progresser, sa muleta pas trop. Tibo Garcia a montré son beau classicisme. Chacun a coupé son oreille.

 

Rafaelillo remplaçait David Mora : hélas pour lui, qui pouvait espérer une corrida moins coriace qu’à son ordinaire, ce toro faisait la guerre… Il a trouvé à qui parler : 1 oreille bien méritée. Juan Bautista, qui en ce moment triomphe partout, a exprimé à plein son grand moment : 3 oreilles et Porte des Consuls. Miguel Ángel Perera, pas le mieux loti au sorteo, est passé un peu inaperçu. Il faut dire qu’à part les 2 premiers, les toros du Puerto de San Lorenzo ont été rapidement invalides, 3 s’étant lamentablement déboîté une « main » et 2 ayant dû être puntillés en piste. Il faut dire que 4 étaient de septembre 2012 : ils pouvaient passer soit en novillada soit en corrida… mais ils avaient la corpulence de toros faits : on pense inévitablement aux effets, maintenant connus, d’une suralimentation dans les derniers mois (« acidose du rumen »)…

 

Le solo de Sébastien Castella avec les « Adolfos » s’est avéré passionnant de bout en bout pour l’aficionado qui savait « voir » les toros et la manière souveraine dont Castella résolvait les problèmes. Mais pour que le triomphe soit plein, il a manqué 1 ou 2 grands toros d’Adolfo… et une épée efficace de Sébastien. Le public, très nombreux et chaleureux, a réservé une grande ovation au torero lors de sa sortie. Grande course au goût de triomphe inachevé…

 

 

Les Victoriano del Río avaient force, caste et mobilité. Juan Bautista, remplaçant Roca Rey, est tombé en second sur le plus souple : magnifique faena, magnifiquement templée et expressive, rematée de son désormais classique recibir de gala. Rabo mérité et nouvelle Porte des Consuls ! Manzanares, très gêné par le vent, n’a pas réussi à obtenir le triomphe espéré. Thomas Joubert, mis KO dès le début[1] par son coriace toro de confirmation d’alternative, a fait preuve d’un mental d’acier. Passant après le triomphe majuscule de Juan Bautista, soufrant d’une forte contusion à la tête, il aurait pu se dégonfler ou du moins hésiter. Rien de tout cela. Impavide, il a toréé en allant a más… et tué d’une audacieux recibir que Juan Bautista n’aurait pas désavoué : 2 oreilles, en soi un peu généreuses, mais en la circonstance parfaitement justifiées et unanimement fêtées. Grande course !

 

Les Núñez del Cuvillo, eux aussi, n’avaient rien des toros mous et niais que l’on a pu connaître : cornus, vifs et encastés. Talavante grand torero à son premier : 2 oreilles. Lopez Simon n’est probablement pas dans un grand moment ; son toreo n’exprime, pas grand-chose… Luis David Adame a la cape fleurie des Sud-américains, un courage incontestable et déjà un beau métier à la muleta. Avec 1 et 1 oreille, il réussit une bonne alternative, sans toutefois avoir montré sa personnalité : laissons faire le temps qui va la mûrir.

 

Un souhait : que les arènes de Nîmes maintiennent ce niveau de qualité et gardent la place qui doit être la leur.

 

___________________________________

 

[1] Note de la rédaction :

 

Une cogida peu banale !

 

Ce n'est pas la corne du taureau qui accrocha de prime abord Thomas mais la queue en association avec la patte arrière droite comme le montrent ces images.

 

Photo F3 Languedoc Roussillon

 

Photo Anthony Maurin - Objectif Gard

 

Et voir le petit film de Fr3 :

 

accident Thomas par F3languedocroussillon