L i v r e ..b l a n c 2000

 

INTRODUCTION

ANALYSE GENERALE

POINTS POSITIFS

POINTS NEGATIFS

 

Notre livre blanc 2000

La Fédération des Sociétés Taurines de France vous présente ici la 7ème édition de son Livre Blanc. Comme chaque année il se veut être le reflet de la Temporada passée, analysée par des aficionados compétents, hors des milieux professionnels ou organisateurs.

Précisons encore que son analyse n'est pas exhaustive mais délivre une "image" bien réelle de la temporada 2000 en France, avec ses éléments positifs et négatifs.

Ce livre blanc est envoyé aux Maires des villes taurines de France, aux différents médias et journalistes, aux clubs taurins ainsi qu'à un nombre croissant d'aficionados isolés.

Son but est de combler un vide important : diffuser l'analyse des aficionados qui est des plus réalistes par rapport à la plupart des médias qui pèchent par omission dans leurs différents comptes rendus ou pseudo analyses de la temporada (les plus sérieux se reconnaîtront !).

En effet, si le nombre d'oreilles coupées, le nombre de courses réalisées, le nombre de toros vendus et même la couleur des costumes ou le nom des stars présentes en barrera sont toujours mis en avant, il est plus difficile de s'informer sur la présentation et la force des toros, la qualité de la lidia du maestro, le respect du règlement, le déroulement du tercio des piques, etc ....

On peut lire ou entendre des appréciations telles que : "cornes commodes ou civilisées" !..., "toros discrets de présentation, donnant certains signes de faiblesse" !..., ce qu'il faut le plus souvent traduire par : cornes scandaleusement manipulées ou toros lamentablement écroulés au sol !

A l'inverse, les véritables corridas de toros de combat, qui d'ailleurs ont de plus en plus de succès, sont traitées comme de mauvaises courses au cours desquelles les toros n'ont pas gentiment "collaboré" !...

Ce Livre Blanc permet de tirer les enseignements les plus fructueux pour les futurs choix du public et devrait donc aussi intéresser les organisateurs...

haut de page

 

ANALYSE GENERALE de la SITUATION dans le MONDE TAURIN FRANÇAIS en 2000

Paradoxalement, si aujourd'hui la corrida se porte bien en France par le nombre de courses organisées, par le nombre total de spectateurs qui y assistent et par le nombre conséquent de courses sérieuses qui figurent dans le bilan annuel, le fossé va grandissant entre les véritables corridas et les spectacles organisés pour les toreros vedettes (qui attirent un maximum de grand public).

Si les corridas de vedettes ont depuis longtemps amené une quantité de points négatifs dans les bilans de temporada (mauvaises présentations des toros, affligeante faiblesse, suspicions ou preuves de manipulations des cornes, médiocrité des élevages présentés, non respect du règlement, etc....), pour cette année 2000 le mal a atteint son paroxysme.

Si la France Taurine a des qualités reconnues, les aficionados, les organisateurs, les maires, les différents médias se doivent de ne plus fermer les yeux, de réagir, de combattre à tous les niveaux pour sauvegarder une corrida qui se justifie par sa grandeur dans nos régions de traditions (face à l'Europe qui nous regarde d'un œil inquisiteur...).

Encore une fois, arrêtons de scier la branche... en se justifiant par le mercantilisme et le pseudo-succès du toréo de pacotille devant des animaux qui font pitié

Les corridas de vedettes ont leur place dans la temporada autant que les corridas les plus "toristas" mais pas à n'importe quel "prix" et surtout pas au prix de remettre en cause l'existence même de la tauromachie par l'organisation de spectacles de bovins amoindris.

Nous avons retrouvé cette année les mêmes élevages de bétail "collaborateur" faible à faiblissime, sans mobilité, sans caste et mal présenté avec bien sûr les mêmes combinaisons de toreros vedettes. Ceci plus particulièrement dans les arènes de BEZIERS, DAX, MONT DE MARSAN NIMES et EAUZE, avec notamment du bétail de Santiago DOMECQ Samuel FLORES, VICTORIANO DEL RIO, TORRESTRELLA et comme par hasard !, ALCURRUCEN qui était sur la liste rouge de notre Fédération ....

Il est intéressant de relever les toreros que l'on retrouve le plus souvent devant les élevages classés en points négatifs : J. BAUTISTA (x10) J.TOMAS (x6), EPONCE (x6), S.CASTELLA (x6), EL JULI(x5), M.ABELLAN (x5), MORANTE DE LA PUEBLA (x4) JOSELITO (x4) .... A relever aussi le fait que EL JULI ait triomphé le plus souvent avec les sobreros ! ...

Il est par contre salutaire de noter que les meilleures courses, celles qui ont remporté les différents prix et surtout une grande adhésion du public, ont été des plus sérieuses pour ce qui est des élevages proposés.

Une constatation qui devrait aider les organisateurs et le public dans leur choix. Victorino MARTIN, PALHA, CEBADA GAGO, Baltasar IBAN, SAN MARTIN et H.YONNET en novillada ont été des plus remarqués ainsi que le triomphateur de l'année 2000 en France Stéphane FERNANDEZ MECA devant J.J. PADILLA.

138 courses ont été organisées en France en 2000. 12 de moins que l'année précédente. Si comme nous l'avons dit plus haut, certains spectacles de vedettes ont entaché notre temporada, il est rassurant de noter parmi les différents chiffres du bilan - les éleveurs qui ont fourni le plus de toros, Victorino MARTIN (24); PALHA (24), CEBADA GAGO (19), sont devant les ganaderias médiocres prisées par les vedettes ; - les toreros qui ont honoré le plus de contrats : S.F.MECA (15), J.J.PADILLA (14), J.BAUTISTA (13), Richard MILIAN (12) sont bien devant les grandes vedettes espagnoles.

L'analyse des différentes remarques relevées dans les villes taurines fait apparaître un maximum de points négatifs dans les arènes de DAX. Viennent ensuite MONT DE MARSAN et BEZIERS.

NIMES et BAYONNE sont considérées comme moyennes.

Les arènes de VIC FEZENSAC et ARLES sont celles qui ont donné le plus de garanties (il est évidemment nullement question ici de tenir compte du nombre de trophées distribués).

Dans les petites arènes : se distinguent par leur sérieux, le choix des cartels et l'organisation : CAPTIEUX, CERET, PARENTIS, RISCLE, ROQUEFORT, ST MARTIN DE CRAU, TARASCON, BOUGUE, RION des LANDES. D'autres, voulant absolument présenter les vedettes, matadors de toros ou novilleros, se distinguent par la médiocrité de leurs spectacles notamment EAUZE et LE GRAUDUROI.

A quelques exceptions près, les novilladas des arènes de 2è-a catégorie ont été beaucoup plus intéressantes que celles lidiées dans les arènes de 1ère catégorie.

Les éleveurs français ont encore une fois présenté de très bons novillos, notamment H. YONNET, A. GALLON, TARDIEU, EL PALMERAL.

Nous avons vu apparaître cette année des novilleros lidiadors : CASTAÑO L. VITAL PROCUNA et la confirmation de Ricardo TORRES.

En Novillada sans picador Cesar JIMENEZ a survolé la saison.

Les organisateurs de corridas concours (toutes très intéressantes) sont à féliciter : DAX, ST MARTIN DE CRAU et ARLES (Novillada).

Les organisations de PARENTIS et VIC FEZENSAC sont à féliciter pour leur initiative de communiquer oralement des informations sur le tercio des piques avant le paseo (novilladas).

Suite à notre enquête sur le fonctionnement des C.T.E.M. dans les différentes villes de l'U.V.T.F., il est apparu que la plupart des Maires des villes importantes (ou leur délégué) ont plus ou moins détourné la composition et le fonctionnement de cette commission pour en faire une simple chambre d'enregistrement.

Ce n'est pas le cas dans les petites villes les plus sérieuses comme PARENTIS, ROQUEFORT, TARASCON, CERET ....

Mais pour les arènes de 1ère catégorie, l'exemple à suivre est certainement celui de BAYONNE, dont le Maire, Jean GRENET est à féliciter pour faire réellement et correctement travailler sa C.T.E.M.

Notre dernier Congrès a révélé un mécontentement des aficionados et du public en général suite à l'augmentation souvent importante du prix des places, ce qui les amènent de plus en plus à faire des choix parmi les cartels proposés.

Cette temporada 2000 a été marquée une fois de plus par le fiasco total du contrôle des cornes par les commissions de l'U.V.T.F. Celles-ci sont composées de deux vétérinaires et d'un représentant d'une autre ville qui a seul le pouvoir de décision !...

Résultat : quatre paires de cornes saisies pour toute la temporada !... et qui n'étaient même pas celles qu'il fallait prélever.., voilà qui est doublement ridicule.

Seul un prélèvement systématique. choisi uniquement par des vétérinaires compétents de l'A.V.T.F., peut être efficace.

L'U.V.T.F. préfère donc continuer à se faire ridiculiser par le mundillo qui, de plus se fait payer très cher ! Le public restera-t-il longtemps le dindon de la farce ?...

Nous proposons que les rapports des vétérinaires soient publiés en fin de temporada

Cette année encore nous ne pouvons passer sous silence le comportement scandaleux de certains professionnels français qui profèrent des menaces et du chantage au moment du sorteo (exemple pour un changement de tore, à AIGNAN) ou même bien avant, chez le ganadero ! , notamment chez certains éleveurs français.

Ceci doit être dénoncé publiquement et sanctionné par l'U.V.T.F.

D'autres comportements répréhensibles ont été relevés au cours de cette temporada

- L'assassinat à la pique d'un novillo d'EL PALMERAL par A BARRAGAN lors de la novillada concours d'ARLES : le novillo s'est écroulé pendant la faena, ceci sans aucune intervention de l'organisation (ni sanction ?).

La F.S.T.F. et l'A.N.D.A. l'ont publié comme le plus mauvais geste taurin de l'année...

- La sauvagerie du tandem CHOPERA/FONTECHA et des picadors (encore eux ! ) qui, lors de la novillada du 30 Juillet à MAGELLAN, ont réutilisé quatre fois un cheval blessé..

- Les arènes de LA BREDE qui ont envoyé une publicité (avec offre de réservation) indiquant le nom des toreros prévus mais rien sur les toros qui restaient à désigner !

Payez braves gens, les toros sont insignifiants !

- Enfin d'une manière générale, le comportement lamentable de l'ensemble des professionnels au cours du 1er tiers et l'absence de réaction de l'U.V.T.F., des organisateurs, des présidences et des alguaziles. Ceci reste un problème majeur.

Les "maestros" peuvent donc continuer tranquillement à massacrer à la fois le toro et la corrida au détriment du public !

Combien d'arènes qui se disent sérieuses ou de catégorie vérifient le montage des piques ?, utilisent des chevaux légers et non drogués?, font donner systématiquement les 2 piques minimum?

Contrairement à une idée reçue, le public est prêt à s'enflammer devant un bon tercio de piques, Stephane FERNANDEZ MECA l'a prouvé cette année.

Le règlement taurin municipal comporte encore quelques graves défauts et lacunes, notamment

- La responsabilité du ganadero n'est plus exigé (Art 49),

- La possibilité de tuer du bétail de moins de deux ans !... (Art 25 Becerradas, Art 43 Torero comico),

- la possibilité de manipuler les cornes en novillada sans picador (Art 45 et 46). Ces deux derniers points apportent de l'eau au moulin des anti-corridas.

- Le pouvoir n'est pas donné aux vétérinaires qui sont pourtant les seuls à pouvoir juger professionnellement d'une saisie de cornes (Art 58).

- Les lignes concentriques peuvent ne pas être à 7 et 10 m de la barrière dans les arènes ovales ou de forme non circulaire ?? (Art 64).

- La vuelta au toro ou sa grâce peut être obtenue après avoir reçu une seule pique ! (Art 73).

- II est impératif d'ajouter un article obligeant les organisateurs à prévoir le minimum nécessaire pour soigner les chevaux blessés.

- Afin d'éviter de graves problèmes, il est aussi impératif aujourd'hui de prévoir un contrôle vétérinaire très strict afin de ne pas amener de bétail malade dans les arènes (qu'il soit Français ou Espagnol : voir les cartes sanitaires de transport) . De plus le public ne paye pas pour voir des toros malades.

- Enfin, il serait judicieux de n'autoriser la sortie "a hombros" qu'après avoir coupé deux oreilles au même toro (Art 83).

Pour terminer notre analyse de cette saison 2000 , voici quelques points qui méritent réflexion:

- Le règlement Français a le mérite d'exister mais il n'est pas appliqué, les villes qui font entériné et signé ne le respectent pas. Pourquoi ? QUI doit le faire appliquer ?, QUI contrôle ?, quel document atteste de la conformité de l'organisation ?

- Aujourd'hui la Fédération des Sociétés Taurines de France se bat seule pour faire respecter le règlement du 1er tiers, un tract d'information est distribué au public (35000 tracts distribués à Bayonne) et le même traduit en Espagnol est donné aux cuadrillas dès le matin de la course afin de les informer de notre action d'information auprès du public.

- Les caisses des piques ne sont plus vérifiées officiellement même si elles comportent toujours un plombage (du fabriquant ?) et un document non signé sur lequel sont imprimés le cachet de l'U.C.T.L. et celui du syndicat des picadors et banderilleros !

- Les anti-corridas deviennent de plus en plus compétents donc plus crédibles. Its ont des moyens importants et ils savent utiliser les médias. Les tracts, pétitions ou interventions se multiplient. Les actions en justice sont plus précises.

ATTENTION DANGER. Les situations indéfendables sont nombreuses..., qui va justifier le "combat" des bovins invalides ?, pas nous.

Les jeunes sont très sollicités par ces anti-corridas, souvent de façon insidieuse (écoles, presse pour enfants). Aujourd'hui il est primordial que toutes les parties prenantes les aident à découvrir notre monde taurin.

TOULOUSE ou sa banlieue, va peut-être enfin retrouver des arènes. Nous soutenons l'initiative mais attention les anti-corridas sont au coin de la rue. Il faudra être très vigilant sur le sérieux de toute l'organisation.

En conclusion, souhaitons une fois de plus que les aficionados et toutes les parties prenantes de nos prochaines temporadas fassent le maximum pour que cette tauromachie, que nous aimons tous, reste digne et pérenne.

haut de page

POINTS POSITIFS

Arènes de Première Catégorie française

* ARLES - Feria pascale : caste et poder des novillos de Bruno Blohorn (29/03/02), des toros de Lucien Tardieu (30/03/02) et de la corrida de Hubert Yonnet (31/03/02). Corrida encastée de Miura et lidia de Zotoluco (31/03/02) - Interessante corrida concours, avec notamment un toro de M.L.D.Perez de Vargas, un Partido de Resina et un San Martin (08/09/02)

* BAYONNE - Présentation et caste des novillos de Loreto Charro et toreo classique de Matias Tejela (14/07/02). - Prestation de Manuel Caballero, seul contre 6 toros de Javier Perez Tabernero. (15/08/02). Le choix d'un seul matador, suite aux blessures des deux autres toreros, a été fait en C.T.E.M., réunie spécialement. - Très grandes lidias et faenas de José Manuel El Cid devant des toros encastés et nobles de Victorino Martin (01/09/02) - La novillada internationale d'Adelaida Rodriguez et Nuno Velasques vaillant (29/09/02)

* BEZIERS - Félicitations pour le refus d'achat d'une corrida de Cebada Gago annoncée, en solidarité avec les décisions prises par l'U.V.T.F. en 2001 - Présentation puis combats spectaculaires des Miura (18/08/02) et faenas de Stéphane Fernandez Meca et Denis Loré POINTS

* DAX - Bonne féria dans son ensemble avec encastes variés tels : Samuel Flores nobles et duel El Juli - Antonio Ferrera (14/08/02), Dolores Aguirre très braves mais mal lidiés (15/08/02), Victorinos Martin peu présentés mais très nobles (17/08/02) - Belle 3ème édition de la corrida concours, avec en particulier un toro du Conde de la Corte (07/09/02) - Présentation et caste de la novillada de Torrestrella, avec Fernando Cruz (14/09/02)

* MONT DE MARSAN - Feria de la Madeleine : Belle initiative de commencer par une novillada encastée de San Martin, avec une bonne faena de Manuel Escribano (20/07/02) - Présentation et difficultés de la corrida de Sanchez Ybargüen et lidia de Pepin Liria (21/07/02)

* NIMES - Feria de la Pentecôte : caste et sentido de la corrida de Victorino Martin, en particulier le 6ème et Luis Miguel Encabo lidiador (18/05/02) ; de même pour les toros de Palha, braves et violents (19/05/02) qui créérent l'émotion dans le ruedo.

* VIC-FEZENSAC - Présentation et caste de la novillada de Barcial et Javier Valverde excellent lidiador (18/05/02). - Grande corrida concours, avec notamment le toro de Victorino Martin, (19/05/02) déclaré vainqueur du concours. - Corrida très encastée et mobile de Hoyo de la Gitana, et l'envie d' Antonio Ferrera avant d'être blessé (20/05/02).

Arènes de Deuxième Catégorie française

* AIRE SUR L'ADOUR - Caste et mobilité de la corrida de Victorino Martin et lidias de Stéphane Fernandez Meca et Davila Miura (15/06/02) POINTS POSITIFS (suite)

* ALES - Présentation et comportement des toros du Jaral de la Mira (11/05/02)

* BOUGUE - Le Bolsin, seule compétition du genre en France, qui persiste, avec la découverte de Ismael Lopez (05/05/02)

* CARCASSONNE - Retour de la tauromachie, après 48 ans d'absence, par la novillada sans picadors de Enrique Ponce (01/09/02)

* CERET - Grande caste et présentation des novillos de La Quinta (14/07/02 matin) - Caste des toros de José Escolar Gil, noblesse du 6ème et belle faena de Fernando Robleño (14/07/02, après-midi)

* GARLIN - novillada encastée de Fuente Ymbro et César Jimenez torero (14/04/02)

* LUNEL - Présentation des novillos de Hubert Yonnet, dont un très grand 5ème " Pescaluno " indulté, bien lidié par Emilio Laserna (21/07/02)

* MUGRON - Felicitations aux organisateurs pour avoir résisté au chantage de J.M. Manzanares fils qui demandait que l'on touche les novillos du Marquis de Domecq (01/04/02).

* PARENTIS - Présentation et combat des novillos de Barcial (10/08/02), engagement de Jorge Arellano ; même satidfaction avec les novillos de Jesus Tabernero Hernandez, d'origine identique

* RIEUMES - Retour de la tauromachie dans le midi toulousain, avec la novillada de Christophe et Hubert Yonnet, malgré les opposants (22/09/02)

* RION DES LANDES - 13ème année des Novilladas Sans Picadors

* ROQUEFORT - Caste des novillos de La Quinta (15/08/02)

* SAINT MARTIN DE CRAU - Confirmation du sérieux de la plaza, avec la belle présentation des 3 toros de Robert Margé et des 3 de Christophe Yonnet (28/04/02)

* SAINT SEVER - Bravoure et mobilité des novillos de Fuente Ymbro, et classe de Salvador Vega (18/08/02)

* SOUSTONS - Excellente novillada-concours, avec notamment un novillo de Jesus Tabernero Hernandez (11/08/02)

* TARASCON - Confirmation du sérieux de la plaza, des novillos de François André (30/06/02)

POINTS NEGATIFS

Arènes de Première Catégorie française

* ARLES - Choix de toros de Victoriano del Rio, mis à l'index par l'U.V.T.F. en 2001, (29/03/02) ; manque de solidarité de l'organisation, à la demande des vedettes. - Faiblesse des corridas de Valdefresno (30/03/02) et surtout de El Torero (01/04/02), toutes choisies pour les figuras. - Distribution d'oreilles pour les figuras lors d'une corrida médiocre de José Luis Pereda (06/09/02)

* BAYONNE - Faiblesse et manque de caste des Jandilla, avec les matadors de premier plan (11/08/02). - Lors de la Feria de l'Atlantique, présentation et comportement décevant des toros de Parladé pour des vedettes incapables, sauf El Juli (31/08/02) - Présentation et faiblesse des toros de San Martin, et attitude indigne de Juan Bautista (01/09/02 matin)

* BEZIERS - Grande Faiblesse du lot de Parladé dans une corrida pour les figuras (16/08/02)

* DAX - Pendant la Féria, deux corridas très faibles, de Gonzalez-Sanchez Dalp (16/08/02) et de Juan Pedro Domecq ( 18/08/02), bien entendu pour des toreros supposés " artistes " - Toros et Salsa : toros insignifiants, sans trapio ni cornes de Zalduendo, pour un mano a mano de figuras (08/09/02)

* MONT DE MARSAN - Feria de la Madeleine : toros inexistants de Javier Perez Tabernero (22/07/02) et de El Torero (24/07/02) pour les figures.

* NIMES - Feria de la Primavera : faiblesse générale des novillos de Valdefresno et du Laget ; deux corridas mixtes, donc sans sorteo, en particulier pour J.M. Manzanares fils qui choisit ses petits novillos dont ceux de Victoriano del Rio (24/02/02), mis à l'index par l'UVTF. - Présentation douteuse et faiblesse des toros de Torrealta pour cartel de vedettes jeunes et moins jeunes (09/05/02) - Feria de la Pentecôte dans son ensemble (sauf les corridas de V. Martin et de Palha), avec un ensemble de ganaderias sans intérêt pour l'aficionado : Juan Pedro Domecq (deux corridas), Domingo Hernandez, Jandilla, et Buenavista, tout des Domecq. Grande déception par la présentation et le comportement des Miura. De qui se moque-t'on ? La coupe est pleine.

Arènes de Deuxième Catégorie française

* AIGNAN - Présentation scandaleuse des toros de Juan-Luis Fraile (31/03/02)

* ALES - Déception par la présentation et le comportement des toros de Valverde (12/05/02)

* BEAUCAIRE - Toros lamentables, sans caste, d'Antonio San Roman (27/07/02)

* AIRE-SUR L'ADOUR - Report non justifié par la météo de la corrida de Palha (01/05/02)

* CHATEAURENARD - Toros mal présentés et sosos de Montalvo, pour des vedettes (06/08/02)

* COLLIOURE - Déception avec les novillos de Domingo Hernandez (16/08/02)

* EAUZE - Confirmation annaé après année du choix de toros à la présentation douteuse, avec le lot de Santiago Domecq (07/07/02)

* FLOIRAC - Présentation et faiblesse des toros de Montalvo pour vedettes (28/04/02) ; - Présentation douteuse des toros de Valdefresno (29/09/02)

* FREJUS - Présentation lamentable des toros de Parladé, pour des vedettes (20/07/02)

* ORTHEZ - Déception des toros de Ramon Flores (28/07/02)

* PALAVAS - Présentation et trapio indignes des toros de Tornay, pour un retour de Manuel Bentitez El Cordobés (01/05/02)

* SAINTES-MARIES-DE-LA-MER - Présentation intolérable des toros de Lobo de Vasconcellos (11/08/02)

* TYROSSE - Présentation lamentable des 4 toros de Eduardo Miura, complétés par 2 Veiga Teixeira (28/07/02)

haut de page